Opération Rolling Thunder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rolling Thunder.
Opération Rolling Thunder
Description de cette image, également commentée ci-après

F-105 Thunderchief bombardant des cibles nord-vietnamiennes.

Informations générales
Date du au
Lieu Nord-Viêt Nam
Issue Échec stratégique américain
Belligérants
États-Unis d'Amérique États-Unis
Flag of South Vietnam.svg Sud-Viêt Nam
Flag of Vietnam.svg Nord-Viêt Nam
FNL Flag.svg Việt Cộng
Commandants
Joseph H. Moore
William W. Momyer
George S. Brown
Phung The Tai (Défense aérienne)
Nguyen Van Tien (Force aérienne)
Pertes
1084 militaires morts, blessés ou disparus
938 avions perdus
52 000 militaires et 182 000 civils tués
120 avions détruits

Guerre du Viêt Nam

Batailles

L'opération Rolling Thunder était une campagne de bombardements aériens intensifs de la guerre du Viêt Nam effectués par l'USAF, l'US Navy et la Force aérienne du Sud-Viêt Nam contre le Nord-Viêt Nam et le Laos, entre le et le . Elle est considérée comme un échec stratégique.

Objectif[modifier | modifier le code]

Les quatre objectifs de l'opération (qui ont évolué au fil du temps) étaient de remonter le moral des troupes de l'Armée de la République du Viêt Nam (Sud-Viêt Nam), de convaincre le Nord-Viêt Nam à cesser son soutien à l'insurrection communiste du Việt Cộng, de détruire les défenses aériennes et les transports nord-vietnamiens. La réalisation de ces objectifs a été rendue difficile par les contraintes imposées aux États-Unis et leurs alliés par des exigences de la guerre froide et par l'aide militaire et de l'assistance reçue du Nord-Viêt Nam par ses alliés communistes : l'URSS et la République populaire de Chine (RPC).

Bilan de l'opération[modifier | modifier le code]

L'opération est devenue la plus importante bataille air / sol menée durant la guerre froide et la plus difficile menée par l'US Air force depuis la Seconde Guerre mondiale lors des bombardements sur l'Allemagne. L'opération a d'ailleurs nécessité autant de bombes qu'il en est tombé sur toute l'Europe de l'Ouest lors de la Seconde Guerre mondiale[1].

En 1968, Rolling Thunder est déclaré comme un échec stratégique, n'ayant pu venir à bout de ses objectifs prévus.

506 avions de l'US Air Force, 397 de l'US Navy et 19 du Corps des Marines ont été perdus au cours de ces opérations.

Les pertes vietnamiennes sont quant à elles importantes, puisque 52 000 soldats et 182 000 civils furent tués lors de bombardements. Plus tard, un rapport de la CIA dressera un bilan très sévère : Rolling Thunder a sa place comme l'opération la plus ambitieuse, la plus coûteuse et la plus inefficace de l'Histoire[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cette estimation du nombre de bombes tombées au Vietnam est donnée par Robert McNamara dans le reportage The Fog of War.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Clodfelter et Tim Spaulding, « The Limits of air Power: The American Bombing of North Vietnam », Airpower journal., vol. 21, no 4,‎ , p. 114 (ISSN 0897-0823).
  • (en) Clark Dougan et Stephen Weiss, Nineteen sixty-eight, Boston, MA, Boston Pub. Co, coll. « Vietnam experience », , 192 p. (ISBN 978-0-939-52606-2, OCLC 9905799).
  • (en) Robert M Gillespie, « The joint chiefs of staff and the escalation of the Vietnam Conflict, 1964-1965 », M.A. Clemson University,‎
  • (en) Allan Goodman, The search for a negotiated settlement of the Vietnam War, Berkeley, Institute of East Asian Studies, University of California, coll. « Indochina research monograph » (no 2), , 123 p. (ISBN 978-0-912-96690-8, OCLC 14999204)
  • (en) George McT. Kahin, Intervention : how America became involved in Vietnam, New York, Knopf, (ISBN 978-0-394-54367-3 et 978-0-385-24099-4)
  • (en) Chris Hobson, Vietnam air losses : United States Air Force, Navy and Marine Corps fixed-wing aircraft losses in Southeast Asia 1961-1973, Hinckley, England North Branch, MN, Midland Specialty Press, , 288 p. (ISBN 978-1-857-80115-6, OCLC 48835097)
  • (en) H. R. McMaster, Dereliction of duty : Lyndon Johnson, Robert McNamara, the Joint Chiefs of Staff, and the lies that led to Vietnam, New York, HarperCollins, , 446 p. (ISBN 978-0-060-18795-8 et 978-0-060-92908-4, OCLC 36207626, lire en ligne)
  • (en) Edwin E. Moïse, Tonkin Gulf and the escalation of the Vietnam War, Chapel Hill, University of North Carolina Press, , 304 p. (ISBN 978-0-585-02565-0 et 978-0-807-86348-0, lire en ligne)
  • (en) John Morrocco, Thunder from above : air war, 1941-1968, Boston, MA, Boston Pub. Co, coll. « Vietnam experience. », , 192 p. (ISBN 978-0-939-52609-3, OCLC 10709721)
  • (en) John B. Nichols et Barrett Tillman, On Yankee station : the naval air war over Vietnam, Annapolis, Md, Naval Institute Press, , 179 p. (ISBN 978-0-870-21559-9, OCLC 15590351)
  • (en) John T Smith et M L Dockrill, « Rolling Thunder: The Strategic Bombing Campaign: North Vietnam, 1965-1968 », The Journal of strategic studies., vol. 19, no 2,‎ , p. 291 (ISSN 0140-2390)