Bataille de Lima Site 85

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les forces armées des États-Unis image illustrant le Viêt Nam
Cet article est une ébauche concernant les forces armées des États-Unis et le Viêt Nam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataille de Lima Site 85
Description de cette image, également commentée ci-après

Lima 85 au sommet du Phou Pha Thi, site d'une grande bataille le 10 mars de 1968.

Informations générales
Date 10 et 11 mars 1968
Lieu Phou Pha Thi, Province de Houaphan, Laos
Issue Victoire des nord-vietnamiens et du Pathet Lao
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Laos Royaume du Laos
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Nord-Viêt Nam
Drapeau du Laos Pathet Lao
Commandants
Flag of the United States.svg Clarence F. Blanton
Flag of the United States.svg Richard Secord (en)
Drapeau du Laos Vang Pao
Truong Muc
Forces en présence
Flag of the United States.svg 19
Drapeau du Laos 1 000
Drapeau de la Thaïlande 300
3 000
Pertes
États-Unis : 12 morts
42 morts Thai et Hmong
inconnues (1 mort et 2 blessés sur Lima Site 85)

Guerre du Viêt Nam

Batailles

Coordonnées 20° 20′ 00″ Nord 103° 49′ 59″ Est / 20.333305555556, 103.833

Géolocalisation sur la carte : Laos

(Voir situation sur carte : Laos)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Lima Site 85.

La base radar Lima Site 85, au sommet du piton Phou Pha Thi (1 700 m d’altitude), au nord-Laos. En haut à gauche, l'émetteur TACAN, au-dessus de ses générateurs cylindriques (fin 1967-début 1968).

Importante victoire stratégique remportée par le Nord-Vietnam sur les USA, la bataille de Lima Site 85, (ou bataille de Phou Pha Thi), a eu lieu le 10 mars 1968 lors d'une campagne militaire menée pendant la guerre du Vietnam et la guerre civile laotienne : l'Armée populaire vietnamienne et le Pathet Lao détruisent une base stratégique ennemie isolée, située au sommet d'un piton rocheux, au nord du Laos (province de Houaphan), près de la frontière avec le Nord-Vietnam.


L‘United States Air Force 1st Combat Evaluation Group et la CIA avaient discrètement implanté au sommet d’un piton, à 1 700 m d’altitude, un système TACAN (amélioré ultérieurement en AN/TSQ-81) qui permettait le guidage des bombardements sur le Nord-Vietnam et la Piste Hô Chi Minh par tout temps, et de nuit comme de jour. Une piste [1] de 700 m de long avait été construite au bas de la falaise et permettait la desserte de la base et la relève des personnels.

Quelques attaques de test et harcèlement (dont un bombardement artisanal du site par 4 vieux biplans Antonov An-2 Annushka, qui sont pourchassés et décimés par un seul hélicoptère de la compagnie Air-America armé d'un fusil AK-47) ont d'abord lieu contre le site défendu par l'Armée Royale Laotienne et l'Armée Clandestine H'Mong (mise sur pied par la CIA).

Puis, le , la piste et la base sont submergés par les Nord-Vietnamiens (41e Bataillon des Forces Speciales[2], appuyé par le 766e Régiment nord-vietnamien) et le Pathet-Lao (un bataillon).

Treize « techniciens » Américains sont tués[3] ainsi que 42 Thaïs et Laotiens, et 1 nord-vietnamien.

Une controverse sur les causes de la mort au sol d’un nombre élevé d’aviateurs américains alors que l’approche ennemie était connue a eu lieu aux États-Unis. Les causes semblent avoir été le besoin pour les États-Unis de poursuivre à tout prix les bombardements – et l’efficacité de la campagne 1968 menée par le Nord-Vietnam : Offensive du Tết (et ses suites), siège de la base de Khe Sanh, poussée irrépressible vers le sud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « battle of Lima Site 85 » (voir la liste des auteurs).

  1. Landing Site, d'où le nom Lima Site suivi d'un N°
  2. Voir en:File:LS85 Phou Pha Thi.jpg montrant la falaise que les commandos nord-vietnamiens ont dû escalader.
  3. Le Laos étant théoriquement neutre, les hommes du Combat Evaluation Group avaient démissionné de l'US Air Force pour être embauchés par la firme « civile » Lockheed Martin : processus de camouflage connu aux USA comme sheep-dipping (= "passage des moutons au bain de traitement parasiticide ")

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Timothy Castle, One Day Too Long; Top Secret Site 85 and the Bombing of North Vietnam, New York, Columbia University Press, (ISBN 0-231-10316-6)
  • (en) Sharad Chauhan, Inside CIA: Lessons in Intelligence, New Delhi, APH Publishing Corporation, (ISBN 81-7648-660-4)
  • (en) Ben C. Do, Several Battles in Military Region 2 during the War of Liberation, 1945–1975, Hanoi, People's Army Publishing House,
  • (en) Martin E. Goldstein, American Policy Toward Laos, Cranbury, Associated University Press, (ISBN 0-8386-1131-1)
  • (en) Jane Hamilton-Merritt, Tragic Mountains: the Hmongs, the Americans, and the Secret War for Laos, 1942–1992, Bloomington, Indiana University Press, (ISBN 0-253-20756-8)
  • (en) George J. Marrett, Cheating death: Combat Air Rescues in Vietnam and Laos, New York, Harper Paperbacks, (ISBN 978-0-06-089157-2)
  • (en) Wayne Thompson, To Hanoi and Back: The United States Air Force and North Vietnam, 1966–1973, Honolulu, University Press of the Pacific, (ISBN 978-1-58834-283-6)
  • (en) Roger Warner, Back Fire: The CIA's Secret War in Laos and Its Link to the War in Vietnam, New York, Simon & Schuster, (ISBN 978-0-684-80292-3)
  • (en) Billy G. Webb, Secret War, Bloomington, Xlibris Corporation, (ISBN 978-1-4535-6484-4)

Sur les autres projets Wikimedia :