Omar Harfouch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Omar Harfouch
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
TripoliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Libanais (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Omar Harfouch est un pianiste-compositeur[1] et homme d'affaires né le à Tripoli au Liban[2] et possédant la double nationalité franco-libanaise[3]. Il a étudié le piano en Union soviétique, pays dans lequel il a également suivi une formation en diplomatie.[4] Propriétaire d'un groupe de communication en Ukraine, il est connu en France notamment pour sa participation à l'émission de télé réalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, et pour ses nombreuses apparitions dans des soirées jet set, des évènements liés au monde de la mode, des vidéos et dans la presse people, ainsi que pour ses activités philanthropiques souvent relayées par la presse[5],[6],[7].

Carrière en Ukraine[modifier | modifier le code]

Omar Harfouch est d'origine libanaise. A Kiev, il est propriétaire, avec son frère Walid, du groupe de média Supernova qui détient entre autres la première radio FM créée en Ukraine la radio Supernova et est éditeur et directeur de publication du magazine en russe Paparazzi[8].

Il a fait fortune en Ukraine à l'âge de 28 ans (vers 1997)[9][source insuffisante].

Il est également compositeur  ; il est l'auteur des chansons Lune, Love, Ou es-tu ?, Love Gone[réf. nécessaire]. Il est aussi l'auteur de la fantaisie orientale[10] qu'il a jouée dans des lieux prestigieux comme le Louvre d'Abu Dhabi, ou le Grand Seray à Beyrouth[11].

Il a organisé le concours Elite Model Look en Ukraine de 1997 à 2000[12].

Déclarant que « le milieu de la mode avait besoin d'une révolution », il fonde, avec son frère Walid, une société basée à Genève et chargée d'organiser en Ukraine des concours de beauté dont le jury est composé d'internautes pouvant voter directement sur Internet[13]. En 2002, il fait organiser la finale de Miss Net World à Tripoli, à l'époque du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, malgré l'embargo international qui était imposé au pays à l'époque[14].

Carrière en France[modifier | modifier le code]

Il se fait connaître du grand public en France en participant, en , à l'émission de télé réalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! au profit de Reporters sans frontières. Durant l'émission, il affirme avoir été victime de « propos à caractère raciste » de la part de Marielle Goitschel[15]. Les médias français s'intéressent alors à lui, et lui consacre plusieurs émissions comme Capital et Zone interdite sur M6. Il participe également à des talks show, que ce soit chez Marc-Olivier Fogiel, chez Jean-Marc Morandini, Thierry Ardisson[16] ou encore chez Laurent Ruquier[17].

Peu après, avec Endemol, il organise le concours Miss Europe, initialement présenté sur TF1 mais que la chaîne avait décidé de vendre[18].

En , après avoir participé à l'émission de radio de Cauet Cauet déchire diffusée sur Fun Radio, il porte plainte contre ce dernier pour diffamation et injures racistes pour des propos prononcés durant l'émission et repris par le magazine Entrevue en [19],[20]. Quelques mois plus tard, Cauet est reconnu coupable de diffamation publique envers un particulier et condamné à 500 euros d'amende et un euro de dommages et intérêts[21].

Affaire Gérald Marie[modifier | modifier le code]

Dès le début des années 2000, Omar Harfouch dénonce les dérives d'une partie du monde du mannequinat. Il accuse notamment les dirigeants de l'époque de l'agence Elite d'avoir des comportements répréhensibles vis-à-vis de certaines très jeunes mannequins (harcèlement, agression, abus sexuels).[22],[23] En 2002, il co-écrit avec Gabriel Libert, un livre l'Affaire Elite, dans lequel il revient plus précisément sur ses accusations, mais également sur les pressions et la campagne de diffamation lancée contre lui dans la presse en représailles de ses révélations.[24] Cette campagne de déstabilisation se terminera par plusieurs procès en diffamation. Omar Harfouch fera condamner pour diffamation le journal l'Express et son journaliste Renaud Revel,[25] un journaliste de la tribune de Genève[26], le magazine VSD[27], ainsi que Geneviève de Fontenay.

L'agence Elite perdra quant à elle le procès qu'elle avait intenté contre le magazine Capital qui avait relayé les accusations lancées par Omar Harfouch.[28] Depuis, Gérald Marie, l'ex patron de l'agence Elite est visé par une enquête pour "agressions sexuelles et trois viols, dont un sur mineur". Dans une interview pour le journal Marianne, Omar Harfouch déclare "tout le monde savait" et il lance un appel " à toutes les femmes qui ont été victimes d’agressions sexuelles chez Elite". Il se dit prêt à "les accompagner dans leur plainte".[29] Ces prises de position renforceront son aura dans ce milieu à tel point qu'en 2007, Frédéric Beigbeder en fera un personnage de son roman consacré au monde du mannequinat "Au secours pardon"[30].

En 2015, il publiera un livre "Models : le mannequin de A à Z" afin d'aider et d'accompagner les jeunes filles qui veulent se lancer dans la carrière de top model.[31] Il avait publié précédemment en octobre 2006 un autre livre Mystères, scandales et… fortune[32].

Le 4 septembre 2020, il rend hommage à Beyrouth, après les explosions qui ont ravagé la capitale libanaise lors d'un concert exceptionnel au Sénat français.[33] Il présente à cette occasion sa nouvelle composition ""Beyrouth, ne meurt pas".

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 27 mars 2014, il se marie avec Yulia Lobova[34].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Omar HARFOUCH : sa biographie, son actualité, ses livres », sur Lisez! (consulté le )
  2. « Entre le Liban, la Russie et l’Ukraine, une collaboration de longue date », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  3. « Me Barillon au pays des top models - concours de l'agence Élite en Ukraine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ), Le Matin, .
  4. « Omar HARFOUCH - English », sur spark.adobe.com (consulté le )
  5. « Concert Omar Harfouch | The Global Gift Gala Foundation | FASHION EVENT » (consulté le )
  6. Fontenay et Entrevue condamnés pour diffamation « Copie archivée » (version du 26 février 2008 sur l'Internet Archive), Le Nouvel Observateur, .
  7. Ménard, l'homme qui veut gâcher les JO de Pékin, Le Monde, .
  8. Une bombe vise le directeur du mensuel Paparazzi, Reporters sans frontières, .
  9. Reportage télévisé Tellement people
  10. « La Fantaisie Orientale : Omar Harfouch / Full version. » (consulté le )
  11. Tendance Ouest, « L'Aigle. Une Ornaise assiste au "Concert pour Beyrouth", au Sénat à Paris », sur tendanceouest.com (consulté le )
  12. « Omar HARFOUCH : sa biographie, son actualité, ses livres », sur Lisez! (consulté le )
  13. MissNet, concours de beauté révolutionnaire par Internet, démarre en Ukraine, Canoë inc., .
  14. Gaddafi plays host to beauty pageant, The Independent, .
  15. Richard Virenque gagne « Je suis une calamité, sortez-moi de là », Le Figaro, .
  16. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Jeanne Moreau et Omar Harfouch pour Reporters sans frontières », sur Ina.fr (consulté le )
  17. « "On n'est pas couché" Episode dated 5 May 2007 (TV Episode 2007) - IMDb » (consulté le )
  18. Miss France / Miss Europe : Rien ne va plus ! , TouteLaTélé,
  19. « Omar Harfouch porte plainte contre Cauet »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Nouvel Observateur, .
  20. « Omar Harfouch contre CAUET » [vidéo], sur YouTube (consulté le ).
  21. « Sébastien Cauet condamné pour diffamation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ), Média Matin Québec, .
  22. « Mode : encore un parfum de scandales », sur ladepeche.fr (consulté le )
  23. Par Propos recueillis par Valérie Brioux Le 20 juin 2002 à 00h00, « Je maintiens mes accusations contre l'agence Elite », sur leparisien.fr, (consulté le )
  24. Gabriel Libert et Omar Harfourch, L'Affaire Elite, (lire en ligne)
  25. « Le journal L'Express condamné », sur LExpress.fr, (consulté le )
  26. « Journaliste de la «TG» inculpé pour diffamation », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  27. « VSD condamné pour diffamation envers Omar Harfouche | Jean-Marc Morandini », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le )
  28. « Elite perd son procès en diffamation contre «Capital» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  29. Gabriel Libert, « Affaire Gérald Marie : "Tout le monde savait", affirme Omar Harfouch », sur www.marianne.net, 2020-09-30utc16:54:49+0200 (consulté le )
  30. « Omar HARFOUCH : sa biographie, son actualité, ses livres », sur Lisez! (consulté le )
  31. « Omar Harfouch - Models - LCi news with Philippe ballard » (consulté le )
  32. Omar Harfouch, Mystères, scandales et-- fortune, P. Petiot, , 225 p. (ISBN 978-2-84814-044-5)
  33. Cyril Fourneris, « Explosions à Beyrouth : hommage en musique au sénat français », sur euronews, (consulté le )
  34. Thomas Robert, « Que devient le millionnaire Omar Harfouch ? », sur www.programme-tv.net, (consulté le )
  35. Omar HARFOUCH, Models : Le mannequinat de A à Z, Cherche Midi, , 194 p. (ISBN 978-2-7491-4357-6, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]