Omar Harfouch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harfouch.
Omar Harfouch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
TripoliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Omar Harfouch est un homme d'affaires né le à Tripoli au Liban[1] et possédant la double nationalité libanaise et française[2]. Propriétaire d'un groupe de communication en Ukraine, il est connu en France pour sa participation à l'émission de télé réalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, pour ses nombreuses apparitions dans des soirées jet set, dans des vidéos et dans la presse people[3] et pour ses activités philanthropiques souvent relayées par la presse[4],[5],[3].

Carrière en Ukraine[modifier | modifier le code]

Omar Harfouch est d'origine libanaise. A Kiev, il est propriétaire, avec son frère Walid, du groupe de média Supernova qui détient entre autres la première radio FM créée en Ukraine la radio Supernova[3] et est éditeur et directeur de publication du magazine en russe Paparazzi[6].

Il a fait fortune en Ukraine à l'âge de 28 ans (vers 1997)[7][réf. insuffisante].

Il est aussi un compositeur ukrainien ; il est l'auteur des chansons Lune, Love, Ou est-tu ?, Love Gone[réf. nécessaire].

Il a organisé le concours Elite Model Look en Ukraine de 1997 à 2000.

Déclarant que « le milieu de la mode avait besoin d'une révolution », il fonde, avec son frère Walid, une société basée à Genève et chargée d'organiser en Ukraine des concours de beauté dont le jury est composé d'internautes pouvant voter directement sur Internet[8]. En 2002, il fait organiser la finale de Miss Net World à Tripoli, en compagnie du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, malgré l'embargo international qui était imposé au pays à l'époque[9].

Carrière en France[modifier | modifier le code]

Il se fait connaître du grand public en France en participant, en avril 2006, à l'émission de télé réalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! au profit de Reporters sans frontières. Durant l'émission, il est au centre d'une polémique lorsqu'il affirme avoir été victime de « propos à caractère raciste » (il est noir de peau) de la part de Marielle Goitschel qui de son côté ne prétend l'avoir traité « que de minus »[10]. Les médias français s'intéressent alors à lui, et il fait l'objet de plusieurs émissions comme Capital qui met à jour sa personnalité et Zone interdite sur M6. Il participe à des talks show, que ce soit chez Marc-Olivier Fogiel, chez Jean-Marc Morandini, ou encore chez Laurent Ruquier.

Peu après, avec Endemol, il organise le concours Miss Europe, initialement présenté sur TF1 mais que la chaîne avait décidé de vendre[11].

En mai 2006, après avoir participé à l'émission de radio de Cauet Cauet déchire diffusée sur Fun Radio, il porte plainte contre ce dernier pour diffamation et injures racistes pour des propos prononcés durant l'émission et repris par le magazine Entrevue en juillet 2006[12],[13]. Quelques mois plus tard, Cauet est reconnu coupable de diffamation publique envers un particulier et condamné à 500 euros d'amende et un euro de dommages et intérêts[14]. Il intente 23 procès en première instance et en cour d'appel[réf. nécessaire] dont deux contre Geneviève de Fontenay[15], et quatre procès contre la revue à scandale Entrevue.

En octobre 2006, il sort un livre : Mystères, scandales et... fortune. La même année, il sort son autobiographie Omar Harfouch : Confessions d'un milliardaire où il évoque ses relations amour-haine avec le milieu français de la presse « people ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Omar Harfouch : le menteur mystère »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 17 mai 2017), France Dimanche,
  2. « Me Barillon au pays des top models - concours de l'agence Élite en Ukraine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 17 mai 2017), Le Matin, .
  3. a, b et c « Omar Harfouch, l'affairiste à paillettes qui roule pour RSF »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 17 mai 2017), Marianne,  ; 88 notes pour piano solo, Jean-Pierre Thiollet , Neva Ed., 2015, p. 211. (ISBN 978 2 3505 5192 0)
  4. Fontenay et Entrevue condamnés pour diffamation, Le Nouvel Observateur, .
  5. Ménard, l'homme qui veut gâcher les JO de Pékin, Le Monde, .
  6. Une bombe vise le directeur du mensuel Paparazzi, Reporters sans frontières, .
  7. Reportage télévisé Tellement people
  8. MissNet, concours de beauté révolutionnaire par Internet, démarre en Ukraine, Canoë inc., .
  9. Gaddafi plays host to beauty pageant, The Independent, .
  10. Richard Virenque gagne « Je suis une calamité, sortez-moi de là », Le Figaro, .
  11. Miss France / Miss Europe : Rien ne va plus ! , TouteLaTélé,
  12. Omar Harfouch porte plainte contre Cauet, Le Nouvel Observateur, .
  13. https://www.youtube.com/watch?v=WSuQIj8l55g
  14. « Sébastien Cauet condamné pour diffamation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 17 mai 2017), Média Matin Québec, .
  15. [http://www.news-de-stars.com/genevi�ve-de-fontenay/genevieve-de-fontenay-perd-son-proces-contre-omar-harfouch_art4613.html « Geneviève de Fontenay perd son procès contre Omar Harfouch »]

Liens externes[modifier | modifier le code]