Au secours pardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Au secours pardon
Auteur Frédéric Beigbeder
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Grasset & Fasquelle
Lieu de parution Paris
Date de parution
Type de média Livre papier
Nombre de pages 318
ISBN 978-2246678014
Chronologie

Au secours pardon est un roman de Frédéric Beigbeder, paru aux éditions Grasset & Fasquelle en 2007[1]. Pour la sortie de son adaptation au cinéma, il a également été réédité avec le même titre que le film : L'Idéal[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Ce roman est présenté comme la suite de 99 francs. Cette fois, Octave Parango est devenu un chasseur de mannequins qui part pour la Russie pour trouver la perle rare pour une firme de cosmétiques nommée L'Idéal (en référence à la société L'Oréal). Comme dans 99 francs, il est question de vie facile, d'amour superficiel avec sa dose de drogue et d'alcool, mâtiné d'une histoire d'amour entre Octave et une gamine de quatorze ans.

Octave, l'ancien rédacteur publicitaire déjanté de 99 francs, s'est fait envoyer en Russie pour sillonner les rues à la recherche d'un visage parfait, un mannequin de rêve pour une publicité à faire rêver ; il est un talent scout. Mimétisme, effet-miroir, tous les ingrédients du rêve par la publicité sont ici distillés mais son problème est bien de trouver la perle rare, celle à laquelle des milliers de femmes avides de plaire voudront s'identifier. Mais comme toujours chez Frédéric Beigbeder, la dénonciation, la satire apparaît sous les comportements incohérents d'Octave quand il va rencontrer Lena, une adolescente de Saint-Pétersbourg qui servira de révélateur et de réflexion sur la liberté précaire de nos sociétés.

Lena Doytchevski a quatorze ans, Octave en a quarante, mais il tombe fou amoureux de la préadolescente au point de devenir romantique à l'extrême et d'entamer une relation non consommée avec elle. Grâce à lui, Lena devient le futur visage du nouveau produit de la marque de cosmétiques L'Idéal. Mais l'entourage et le milieu dans lequel gravite Octave va causer sa perte : Sergueï Orlov, un milliardaire qui a fait fortune dans tous les moyens permis par la chute du communisme (pétrole, armes, pornographie), va attirer Lena dans un monde qui lui correspond plus.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Selon Jacques de Decker et Pierre Maury dans Le soir, « Au secours pardon est à ranger avec le meilleur Houellebecq et le plus flamboyant Moix parmi les dénonciations souffrantes et sulfureuses de notre monde pris de folie. » Il y parle de l'énorme mutation culturelle qui a touché la Russie depuis l'écroulement du communisme. « Pendant trois quarts de siècle, le sexe fut la seule distraction des Russes, avec la vodka et la délation, mais elle s'est bien rattrapée depuis. Le débauché Octave Parango se sent à l'aise dans cette Russie-là qui a digéré en peu de temps tous les tics de l'occident. »

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

L'auteur réalise en 2015 une adaptation de son propre roman qui porte le titre L'Idéal. Gaspard Proust reprend le rôle d'Octave Parango laissé par Jean Dujardin. Le film est sorti le [3].

Édition[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Au secours pardon », sur Grasset & Fasquelle (consulté le 4 avril 2015)
  2. « L'Idéal (Au secours pardon) », sur livredepoche.com (consulté le 5 juillet 2016).
  3. AlloCine, « L'Idéal », sur AlloCiné (consulté le 7 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]