Nicolas Ghesquière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Ghesquière
Nicholas Ghesquiere Paris Fashion Week Spring Summer 2019.jpg
Nicolas Ghesquière en 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
CominesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Nicolas Ghesquière est un styliste français, né le à Comines (Nord).

Directeur artistique de la maison de couture Balenciaga de 1997 à 2012, il est nommé directeur artistique des « collections Femme » de Louis Vuitton à la fin de l'année suivante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Ghesquière grandit à Loudun[1] dans la Vienne. Il a 12 ans quand il évoque son intention de devenir designer. Deux années plus tard, il fait un premier pas dans le monde de la mode au cours d'un stage chez agnès b.[1],[2].

Après avoir été assistant chez Jean Paul Gaultier de 1990 à 1992, styliste maille chez Thierry Mugler[1], designer chez Trussardi, il est nommé en 1997 directeur artistique de la collection « Le Dix » (ligne de prêt-à-porter Femme créée par Josephus Thimister) chez Balenciaga[3].

Autodidacte, il reprend la maison Balenciaga après le Belge Josephus Thimister. Nicolas Ghesquière redéfinit la ligne de cette maison mythique qui, depuis 2001, fait partie du groupe de luxe français Kering.

En 2001, il y reçoit le prix international du CFDA pour ses collections de vêtements destinés aux femmes[1].

En donnant un nouveau souffle à la maison Balenciaga, Nicolas Ghesquière entre dans le cercle fermé des superstars de la mode, des créateurs sur qui il faut désormais compter. Intrigant, original et surdoué, il livre un travail précurseur en matière de tendances. Sa mode, à la fois chic et avant-gardiste, élitiste et futuriste, rend compte d'un imaginaire singulier, empreint notamment de science-fiction, du film Star Wars ou encore de la série culte L’Âge de cristal[2].

Le sport fait aussi partie de ses influences, comme le prouvent ses vêtements gainés et sanglés aux découpes sportswear, qui trouvent les faveurs de personnalités telles que Charlotte Gainsbourg, Françoise Hardy, Kate Moss ou Asia Argento. En 2003, il ouvre une boutique à New York, tandis que celle de l’avenue George-V à Paris est entièrement repensée par l’artiste Dominique Gonzalez-Foerster. Le , PPR, maison mère de la maison Balenciaga, et le créateur annoncent la fin de leur collaboration pour le [4],[3].

Un an plus tard, le , Nicolas Ghesquière est nommé directeur artistique des « collections Femme » de Louis Vuitton, où il prend la succession de Marc Jacobs[5],[3]. Chez cette marque, il collabore régulièrement avec Woodkid pour l'habillage sonore de ses défilés[6].

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Biographie de Nicolas Ghesquière », sur businessoffashion.com (The Business of Fashion) (consulté le )
  2. a et b Anne-Cécile Beaudoin, « Louis Vuitton - Le sacre de Nicolas Ghesquière », sur parismatch.com, (consulté le )
  3. a b et c « Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  4. « Nicolas Ghesquière quitte la maison Balenciaga » [archive du ], Style, sur lemonde.fr, M, (consulté le )
  5. Sylvia Jorif, « Nicolas Ghesquière remplace Marc Jacobs chez Vuitton », sur elle.fr, (consulté le )
  6. Fabrice Pliskin, « Woodkid, boule à facettes », L'Obs, no 2921,‎ , p. 88 à 89 (ISSN 0029-4713)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

  • Katell Pouliquen, « Nicolas Ghesquière, héritier radical : interview », L'Express Styles, no 3168,‎ , p. 60 à 63 (ISSN 0014-5270)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]