Nicolas Buttet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicolas Buttet
Image illustrative de l’article Nicolas Buttet
Le père Buttet en 2009.
Biographie
Naissance
Monthey
Ordre religieux Eucharistein
Ordination sacerdotale
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason

Nicolas Buttet, né le à Monthey (Suisse), est un prêtre catholique suisse, fondateur et modérateur de la fraternité Eucharistein et de plusieurs œuvres en Suisse et en Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Nicolas Buttet, suisse, est né le 7 octobre 1961 dans la commune valaisanne de Monthey. De 1976 à 1981, il étudie au lycée-collège de l'Abbaye de Saint-Maurice où il obtient sa maturité. Il entre alors à l'université de Fribourg où il étudie le droit. Il obtient sa licence en 1986 et exerce comme juriste. Au cours de ses études, il s'investit en politique. Bien que d'éducation catholique, il est « allergique à l’Église, au Pape ».[réf. nécessaire]

À 23 ans, il devient le plus jeune député au Parlement cantonal du Valais et secrétaire cantonal du PDC valaisan[1].

Il se convertit à la foi catholique en 1985 après une suspicion de maternité chez sa compagne d'alors, maternité qui aurait pu remettre en doute sa carrière politique et professionnelle. Il se consacre alors dans le célibat, de manière privée[Quoi ?], tout en poursuivant ses activités politiques.

Néanmoins, le travail ne le satisfait plus. À Noël, il rejoint un ami pendant 3 semaines, au Cottolengo, une maison d'accueil de personnes handicapées près de Turin. Une nuit, on lui demande de changer plusieurs personnes souillées. De retour à la chapelle, il dit faire l'expérience de la présence de Dieu dans l'eucharistie : « j’ai eu la certitude intérieure, intime, profonde que, dans cette hostie, Jésus était présent. Je me disais: Le Corps du Christ est là. Un voile s’effondrait. »[2]

Missions dans l'Église catholique[modifier | modifier le code]

En 1987, jeune avocat, proche de Patrick de Laubier, professeur de sociologie à Genève, il est contacté par le conseil pontifical Justice et Paix pour, pendant deux ans, participer à l'équipe de préparation du côté catholique de la conférence œcuménique européenne Justice, paix et sauvegarde de la Création qui se tient à Bâle en mai 1989. Il intègre ensuite le conseil pontifical Justice et Paix, où il devient responsable des questions Justice et Paix pour l’Asie et des questions d’éthique économique[3].

En 1992, Nicolas Buttet ressent le besoin de devenir ermite et quitte son travail au Vatican, en accord avec le cardinal Roger Etchegaray. Il passe cinq ans dans un ermitage à côté de l'abbaye Saint-Maurice, à Notre-Dame du Scex, en Valais, dans une grotte de 9 m2. Des jeunes gens le rejoignent, lui demandent de les former et de les accompagner dans la foi. Puis, ils s'installent dans des appartements, pour accueillir des SDF[4].

Petit à petit émerge un groupe de jeunes désireux de fonder une communauté. Une vieille ferme lui est offerte dans ce but. Nicolas refuse de quitter son ermitage, mais obéit à l'évêque[Qui ?] en rejoignant le groupe naissant. Il fonde la Fraternité Eucharistein à Saint-Maurice-d'Agaune.

Le 29 juin 2003, Nicolas Buttet est ordonné prêtre par l'évêque de Fréjus-Toulon Dominique Rey.

Responsabilités et fondations[modifier | modifier le code]

  • Modérateur de la Fraternité Eucharistein, qui accueille notamment des jeunes en difficulté[5].
  • Animation du Groupe Dorothée et Nicolas de Flüe[6].
  • Le Père Buttet a aussi contribué, pour une large part, à la création d’un centre d’études anthropologiques, l’institut Philanthropos qui a été inauguré en 2004[6].
  • En lien avec cet institut, le Père Buttet a participé à la Fondation Écophilos dont l’objectif est un regard de vérité sur la personne humaine au travail[6].
  • Il est membre du Conseil d'administration de la Fondation Zermatt Summit.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Spécialiste de l'Eucharistie, Nicolas Buttet est intervenu comme conférencier au Congrès eucharistique international de Québec, qui a eu lieu du 15 au 22 juin 2008 à Québec. Il faisait également partie des conférenciers lors du 2e Zermatt Summit (16 au 18 juin 2011[7]). Il est présenté comme ayant été Assistant Professor de sociologie aux universités de Genève et de Fribourg, et Assistant auprès du Cardinal Roger Etchegaray au Conseil pontifical Justice et Paix à Rome.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il a publié trois volumes sur le thème de l'eucharistie :

  • Aimer et faire connaître l’amour (éd. de l’Emmanuel),
  • Brûlé au soleil de Dieu (éd. du Cerf)
  • L’Eucharistie à l’école des saints (éd. de l’Emmanuel).

Il a écrit aussi :

  • "Le disciple que Jésus aime : cinq attitudes fondamentales de la vie chrétienne" (éd. de l'Emmanuel).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]