Pascal Décaillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Décaillet
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (57 ans)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession

Pascal Décaillet, né le , est un journaliste et entrepreneur suisse, directeur de son propre bureau de journalisme, "Pascal Décaillet Productions", situé à Carouge, dans le canton de Genève, ainsi que de l'Agence Decaprod, animateur et producteur de radio, chroniqueur de presse écrite, animateur et producteur de télévision, travaillant notamment pour la chaîne de télévision Léman Bleu[1].


Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses premières années de journalisme à la rubrique nationale du Journal de Genève, il a été correspondant au Palais fédéral pour la Radio suisse romande puis chef de la rubrique nationale et producteur des trois grandes tranches de l'information de celle-ci soit Les Matinales, le 12h30[2], et "Forum", durant 17 ans[3].


Depuis le 6 juin 2006, il est entrepreneur indépendant, responsable de son propre bureau de journalisme, "Pascal Décaillet Productions", et produit ses propres émissions[2]. Depuis le , travaille pour Léman Bleu en tant que producteur responsable de l'émission Genève à chaud, un débat politique quotidien. En 2002, il a reçu le Prix Suisse des Médias pour son reportage sur le drame de Nanterre. Il a été désigné meilleur journaliste de Suisse romande, fin 2005, par un jury de professionnels, réuni chaque année par le Schweizer Journalist. En 2007, il a été désigné journaliste de l'année[4]. Pascal Décaillet a été plusieurs fois cité par le bimensuel économique Bilan (la dernière fois, en avril 2013) dans les "300 les plus influents de Suisse".


Il est ou a été chroniqueur pour la Revue jésuite Choisir, La Tribune de Genève, au Matin dimanche (2005 à 2010), au Nouvelliste, au Giornale del Popolo[2] et au bimensuel économique Bilan. Il tient depuis 2011 une page hebdomadaire, "L'Actu de Décaillet" dans GHI, et, depuis janvier 2013, une chronique "Coup de Griffe" dans Lausanne Cités.


De 2008 à 2010, il a été producteur responsable et présentateur du "7-8" sur Radio Cité. Pascal Décaillet a produit et présenté aussi, tous les dimanches soir en direct, l'émission politique "Le Grand Oral", diffusée simultanément sur deux TV privées de Suisse romande, La Télé (VD + FR) et Léman Bleu (GE). Depuis janvier 2013, il produit et présente, tous les dimanches soir, le "Grand Genève à chaud", de 18h à 19h, sur Léman Bleu.


Pascal Décaillet enseigne les techniques d'écriture radio, dans le studio de formation de son entreprise à Carouge, aux étudiants de l'université de Genève, dans le cadre du Master en Sciences de la communication et des médias de cette Université.

Thèses[modifier | modifier le code]

" S'il fallait en donner une, parmi tellement d'autres, je dirais que je suis très attaché à la figure de Léon XIII (1878-1903), le pape du Ralliement à la République et de la Doctrine sociale. Mais aussi à De Gaulle, Mendès France, Delamuraz, Tschudi: voyez, rien n'est simple! Je n'appartiens assurément à aucun parti, ni d'ailleurs à aucune communauté grégaire. La seule, invisible, dont je me reconnais membre, est l'Église catholique romaine. Mais… je vous en ai déjà beaucoup trop dit! "

"J'aime la primauté du suffrage universel, le fédéralisme et surtout, l'idée que notre petit pays, fragile mais tellement attachant, conserve sa souveraineté nationale. En cela, oui, je suis un conservateur. J'aime aussi l'idée de frontière, le protectionnisme agricole, l'encouragement à produire et consommer local, la préférence à l'emploi pour les résidents, toutes choses qui me rapprocheraient en effet de l'UDC ou du MCG."

Entretien avec GHI - 7 mars 2013


Pascal Décaillet défend des positions néo-conservatrices. Il est proche de la pensée d'Uli Windisch, rédacteur du média de droite lesobservateurs.ch[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Coups de griffe, huit ans de chroniques au Nouvelliste. Publié en compagnie du philosophe François-Xavier Putallaz et du prêtre Nicolas Buttet. Éditions Saint-Augustin, avril 2006. 327 pages.

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pascal Décaillet », sur lemanbleu.ch (consulté le 19 avril 2013).
  2. a, b et c Laurent Nicolet, « Bio express », Migros Magazine, no 8,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  3. ATS/sch, « Forums de la RSR: Pascal Décaillet s'en va », sur rts.ch,‎ (consulté le 19 avril 2013).
  4. « Prix du journaliste de l'année », sur cominmag.ch,‎ (consulté le 19 avril 2013).
  5. http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Pascal-D-caillet-se-lance-dans-le-n-o-conservatisme-28478223 Décaillet séduit par un projet conservateur, 17 février 2011, 20 minutes