Nicolas Bergasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergasse.
Nicolas Bergasse
Nicolas Bergasse.jpg
Estampe (eau forte au pointillé) de Bergasse par François Bonneville (1796).
Fonctions
Député de l'Assemblée constituante de 1789
-
Député aux États généraux de 1789
Lyon
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
L. C. D. P.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Alexandre Bergasse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Membre de
Société de I'harmonie universelle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas Bergasse, né le à Lyon et mort le à Paris, est un juriste, philosophe et homme politique français, dont l'activité s'est principalement exercée pendant le début de la Révolution au sein du courant monarchien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un négociant lyonnais, Bergasse est éduqué d'abord chez les Jésuites, puis chez les Joséphistes et enfin chez les Oratoriens. Il enseigne, de façon éphémère, la classe de philosophie et de rhétorique dans les collèges de l'Oratoire. Reprenant des études de droit, il devient avocat au présidial et secrétaire auprès du lieutenant général de la sénéchaussée de Lyon.

Arrivé à Paris en , il est reçu avocat au Parlement. Fréquentant les salons, il rencontre Manuel, Jean-Jacques Rousseau, Sieyès, Lanthenas, Roland et son épouse, et devient l'ami de Jacques Pierre Brissot.

Passionné par le magnétisme animal lancé par le fameux Franz Anton Mesmer, il voit dans le mesmérisme un modèle de l’ordre social auquel il aspire. En 1783, pour soutenir financièrement le médecin allemand, il fonde, avec le banquier Guillaume Kornmann, la Société de l'Harmonie Universelle, mais se détourne bientôt du maître à qui il reproche son enrichissement personnel, et se lance dans la lutte contre le despotisme politique avec Brissot et Clavière (Société gallo-américaine).

En , il profite de l'affaire d'adultère de son ami Kornmann pour faire le procès de la corruption et du despotisme, ce qui lui vaut une remarquable notoriété. Bien qu'il perde cette cause qui l’oppose à Beaumarchais, l’opinion publique soutient ses prises de position. Beaumarchais se venge en le mettant en scène dans la Mère coupable (1792) sous le nom de Bégearss[1] .

En , il adhère à la Société des amis des Noirs et plaide pour l'égalité des droits entre les hommes et la reconnaissance de certaines libertés.

En , il publie sa Lettre sur les États généraux , brochure où il réclame l'égalité des droits, l'abolition des ordres et une division des États généraux en deux chambres. En même temps, il se montre favorable à un pouvoir royal fort. Il estime que le monarque doit être doté d'un droit de veto absolu et réserve le suffrage censitaire aux propriétaires.

Élu député par le tiers état de Lyon aux États généraux, il se range vite du côté de Mounier, chef de file des monarchiens. Membre du Comité de constitution, il se montre réticent à une Déclaration des droits de l'homme et demande une rapide réorganisation de l'ordre judiciaire pour rétablir la justice et la liberté dans le Royaume. À partir de la période prérévolutionnaire, il soutient et développe une théorie politique particulièrement originale qui mêle profondément des considérations philosophiques et juridiques : la souveraineté de la raison universelle[2]. Après l'adoption du monocamérisme et du veto suspensif, il démissionne du Comité de constitution le , puis cesse de siéger à la Constituante.

En , il s'oppose à la vente des biens de l'Église, aux assignats et à la création des départements, rompant ainsi avec ses amis Brissot et Condorcet. Ses objections sont fondées sur des principes monétaires et financiers mais aussi des principes de droit et de morale. En ce qui concerne les aspects monétaires, il s’appuie sur la théorie bien établie par Adam Smith des lettres de change ou doctrine des effets réels, qui rendent à ses yeux les assignats invalides comme forme de circulation. Il critique la dépossession des créanciers du clergé et l’impact négatif de cette dépossession sur le crédit. Il prédit l’érosion monétaire, la tendance à favoriser les agioteurs et la spéculation, la fuite des capitaux (métaux précieux) et l’érosion de la balance commerciale. Après la fuite de Varennes, il devient conseiller du roi Louis XVI et lui suggère de refuser la Constitution qu'il qualifie de « grande absurdité ». Dans ses nombreux écrits, il rejette toute idée de souveraineté populaire ou de contrat social.

En , il épouse Perpétue de Petit-Thouars, entrant ainsi dans le milieu de l'ancienne noblesse. Pour Louis XVI, il rédige une adresse aux départements et, en , un projet de constitution monarchique, projet aujourd'hui disparu. Compromis, après la journée du 10 août 1792, par la découverte de sa correspondance, il entre dans la clandestinité sans chercher à émigrer. Dénoncé le 16 nivôse an II (), il est arrêté près de Tarbes, mais semble bénéficier de la protection de Barère de Vieuzac, qui retarde son transfert vers Paris. il ne comparaît que le 13 brumaire an III (), après la chute de Robespierre, devant le Tribunal révolutionnaire qui l'acquitte.

Sous la Restauration, il soutient Louis XVIII, mais le nouveau régime le déçoit rapidement. Dans un ouvrage publié en 1821, il demande l'annulation de la vente des biens des émigrés et leur indemnisation. À l'origine de la Sainte-Alliance, il combat la franc-maçonnerie et l'esprit révolutionnaire. Apprécié par Charles X, qui finit par le nommer conseiller d’État honoraire quelques jours avant la chute du régime. Profondément déçu par la Révolution de 1830, il se retire de la vie publique, deux ans avant sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications en faveur du mesmérisme[3]
  • Lettre d'un médecin de la faculté de Paris à un médecin du collège de Londres ; ouvrage dans lequel on prouve que le Magnétisme animal n'existe pas, 1781.
  • Considérations sur le Magnétisme animal, ou sur la théorie du monde et des êtres organisés, 1784

Publications parues dans le cadre de l'Affaire Kornmann (1787-1789)

  • Mémoire sur une question d'adultère, de séduction et de diffamation, pour le sieur Kornmann contre la dame Kornmann, son épouse, le sieur Daudet de Jossan, le sieur Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais et M. Le Noir, Conseiller d’État, ancien lieutenant de Police suivi de Pièces Justificatives, 1787.
  • Observations de M. Kornmann sur un écrit de M. de Beaumarchais, 1787.
  • Note de M. Kornmann relative à son procès contre Beaumarchais, 1787.
  • Observations du sieur Kornmann en réponse au mémoire de M. Lenoir , 1787.
  • Nouvelles Observations pour le sieur Kornmann contre M. Lenoir, 1787.
  • Observations du Sieur Kornmann sur une lettre du Sieur Daudet, à l'imprimeur Muller, 1787.
  • Mémoire du sieur Kornmann en réponse au mémoire du sieur de Beaumarchais, 1787.
  • Observation du Sieur Kornmann sur un Écrit signé Séguin et Dubois (suivi de Réponses des Propriétaires Associés dans l’acquisition des Quinze-Vingts aux Réflexions du Sieur Kornmann), 1787.
  • Discours sur l’humanité des juges dans l’administration de la justice criminelle, 1787.
  • Réflexions préliminaires dans la cause du sieur Bergasse avec le prince de Nassau, 1788.
  • Observations du sieur Bergasse, sur l'écrit du sieur de Beaumarchais, ayant pour titre : « Court mémoire, en attendant l'autre », dans la cause du sieur Kornmann, 1788.
  • Précis pour le sieur Kornmann contre le sieur Le Page, docteur en médecine, 1788.
  • Considérations sur la liberté du commerce. Ouvrage où l'on examine s'il est avantageux ou nuisible au Commerce que le transport des denrées et des Marchandises soit réduit en un privilège exclusif, Londres, 1788.
  • Observations du sieur Bergasse, dans la cause du sieur Kornmann, 1789.
  • Plaidoyer prononcé à la Tournelle-criminelle, le jeudi 19 mars 1789, par le sieur Bergasse, dans la cause du sieur Kornmann, 1789.
Œuvres parues pendant la Révolution française et la Restauration 
  • Discours et Rapports prononcés à l'Assemblée constituante.
  • Protestation contre les Assignats-Monnoie, 1790.
  • Essai sur la loi, la souveraineté et la liberté de la presse, 1817.
  • Essai sur la propriété, 1821.
    Bergasse y attaque la vente des biens nationaux, etc.

Au commencement de la Révolution française, on a fait paraître plusieurs fois sous son nom des pamphlets odieux auxquels il n'avait en aucune part.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Beggar » signifie « mendiant » en anglais.
  2. Thérence Carvalho, « Nicolas Bergasse et la souveraineté de la raison universelle », Journal of Interdisciplinary History of Ideas,‎ 2013, vol. 2, n° 1, p. 1-23 (lire en ligne)
  3. Joseph-Philippe-François Deleuze, Histoire critique du magnétisme animal, volume II, 2e édition, 1819.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Denis Bergasse, D’un rêve de réformation à une considération européenne : MM. les députés Bergasse (XVIIIe – XIXe siècles), édité par l’auteur, 1990.
  • Louis Bergasse, Un philosophe lyonnais : Nicolas Bergasse : essai de philosophie chrétienne sous le premier empire, Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1938.
  • Louis Bergasse, Un défenseur des principes traditionnels sous la révolution : Nicolas Bergasse, avocat au parlement de paris, député du tiers état de la sénéchaussée Lyon 1750-1832, Librairie Académique Perrin, Paris, 1910.
  • Thérence Carvalho, « Nicolas Bergasse et la souveraineté de la raison universelle », Journal of Interdisciplinary History of Ideas, vol. 2, no 1,‎ , p. 1-23 (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  • Léopold de Gaillard, Autres temps : Nicolas Bergasse, député de Lyon à l’Assemblée constituante ; deux enclaves de l’ancienne France : Orange et Avignon, Paris, Plon, 1893.
  • René Martineau, Un avocat du temps jadis, Nicolas Bergasse, Limoges, Ducourtieux et Gout, 1907.

Liens externes[modifier | modifier le code]