Société des amis des Noirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adresses de la Société des amis des Noirs à l'Assemblée nationale en février 1790 et mars 1791.

La Société des amis des Noirs est une association française créée le qui avait pour but l'égalité des Blancs et des hommes de couleur libres dans les colonies, l'interdiction immédiate de la traite des Noirs et progressive de l'esclavage[1],[2] ; d'une part dans le souci de maintenir l'économie des colonies françaises, et d'autre part dans l'idée qu'avant d'accéder à la liberté, les Noirs devaient y être préparés, et donc éduqués.

Cette association fut fondée par Jacques Pierre Brissot, Étienne Clavière et l'abbé Grégoire, avec un système d'élections trimestrielles. Plusieurs présidents se sont succédé, parfois durant plusieurs mandats, mais jamais de manière consécutive : Jacques Pierre Brissot, Étienne Clavière, Condorcet et Jérôme Pétion de Villeneuve.

Le Club de l'hôtel de Massiac, fondé par de riches colons de Saint-Domingue et des Petites Antilles, fut son principal adversaire concernant l'abolition de l'esclavage dans les colonies.

Historique[modifier | modifier le code]

J. P. Brissot, député à la IIe législature et défenseur des hommes de couleur,
estampe gravée par Marie-Anne Croisier, Paris, BnF, département des estampes, 1791-1793.

Première association française abolitionniste, cette Société est créée le , jour où elle tient ses premières résolutions lors de sa séance inaugurale au n° 3 rue Française chez Jacques Pierre Brissot[3].

Ne suis-je pas un homme ? Un frère ?
Médaillon abolitionniste, musée national Adrien Dubouché.

Cette société a pour modèle une société créée au Royaume-Uni un an plus tôt, la Society for Effecting the Abolition of the Slave Trade (Société pour l'abolition du commerce des esclaves) dont Thomas Clarkson, un des cofondateurs, invite Jacques Pierre Brissot à une des réunions[4].

Elle adapte le médaillon créé par Josiah Wedgwood pour la société abolitionniste londonienne en 1787, et traduit sa devise : « Ne suis-je pas un homme ? Un frère ? »

En 1789, cette société compte 141 membres, dont des personnalités telles que Mirabeau, Condorcet, La Fayette, l'abbé Henri Grégoire, l'abbé Sieyès, le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, Louis Monneron, et Jérôme Pétion de Villeneuve. Le mouvement abolitionniste ne se réduisait cependant pas à la Société des amis des Noirs. Contrairement à ce qui s'est souvent dit, Robespierre n'en fit jamais partie, pas plus qu'Olympe de Gouges, d'après ses propres dires[5] - au moins pendant ses deux premières années d'existence.

Entre 1789 et 1791, la Société des amis des Noirs publie dans les journaux Le Patriote français, L'Analyse des papiers anglais, Le Courrier de Provence, La Chronique de Paris et l'Adresse de la Société des amis des Noirs à l'Assemblée nationale qui connaît deux éditions, l'une en février 1790[6] et l'autre en mars 1791[7].

Société élitiste, de programme « modéré » et gradualiste, elle mena une activité de publications, d'interventions auprès de l'administration et du gouvernement, d'abord contre la traite des Noirs, puis pour l'égalité des droits des métis libres. Elle fut initialement mise en échec dans ces initiatives par les colons de Saint-Domingue et leurs représentants, notamment Antoine Barnave, regroupés à Paris dans le Club Massiac, riches en moyens et réseaux de relations, puissants à la cour, dominant la Constituante, puis la Législative à ses débuts. Elle contribua cependant à la popularisation des idées antiesclavagistes, en France et dans les colonies, et participa au renforcement, dans la conscience de nombreux Noirs et métis, de la légitimité de leurs droits d'hommes, et de celle de leurs luttes. Ainsi, face aux difficultés rencontrées pour faire avancer ces idées, certains Amis des Noirs, tel l'abbé Grégoire, se sont exprimés en ce sens en septembre 1791 au Club des jacobins[8].

Les membres de la Société furent néanmoins très vite absorbés par les activités administratives et ministérielles, particulièrement à partir du ministère Girondin, et l'activité de la Société déclina. En mars 1792 ce ministère girondin en la personne notamment de Clavière parvint à convaincre Louis XVI de sanctionner le le décret législatif du 24 mars consacrant l'égalité des Blancs et des hommes de couleur libres.

Politique et héritage[modifier | modifier le code]

Penchant politiquement dès 1790 vers les Girondins, la Société des amis des Noirs qui avait tant fait pour déshonorer l’esclavage et disqualifier l’argumentation colonialiste dominante montra les limites de ses orientations modérées, fidèle à sa recherche d'une abolition progressive et du soutien des colons, alors que ses principaux membres étaient arrivés au gouvernement. Elle choisit de tenter de réprimer l'insurrection des esclaves, préférant accorder la pleine qualité de citoyens aux seuls hommes libres de couleur. Mais elle fut très vite dépassée, et par le sort politique des Girondins, et par la rapide évolution de la situation politique en France et à Saint-Domingue, qui aboutit à la proclamation de l'abolition de l'esclavage par la Convention montagnarde et le Comité de salut public le [9].

Par ailleurs, dès sa création et même après sa disparition (vers l'automne 1791) elle fut rendue responsable, par ses informations, des révoltes et agitations des esclaves à partir de 1789. Elle fut dénoncée par les partisans de l'esclavage et de la colonisation, jusqu'à la seconde et dernière abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, d'être cause principale du soulèvement des esclaves de Saint-Domingue en août 1791, et de la perte de la colonie. Accusations maintes fois renouvelées dans la première moitié du XIXe siècle[10]. Elle fut également accusée par les colons et les armateurs d'être aux mains des Anglais pour affaiblir la France[11].

Cependant, aux côtés d'Olympe de Gouges, et pendant plus de trois ans, ses membres furent presque seuls à se préoccuper de ces questions et, de ce fait, se montrèrent plus avancés sur le sujet que nombre de révolutionnaires jacobins ou cordeliers[12]. En mars 1790, Mirabeau prononce au club des Jacobins un discours resté longtemps inédit contre la traite des noirs. Il y emploie, pour désigner les navires négriers, l'expression « bières flottantes »[13]. En février 1791, dans un pamphlet contre Gouy d'Arcy, le député esclavagiste de Saint-Domingue, Brissot déforme l'expression en « longues bières ». Or, en avril 1793, dans son projet de déclaration des droits de l'homme et de réglementation de la propriété, opposé à celui de Condorcet, Robespierre, qui ne fut jamais membre de la société, reprend l'expression « longues bières » originaire donc de deux membres fondateurs de la Société des amis des noirs, auxquels il était opposé sur d'autres terrains[14].

Sous le Directoire, une Société des amis des noirs et des colonies vit le jour avec à sa tête quelques-uns de ses anciens membres de la première (l'abbé Grégoire, Lanthenas)[15]. En 1999, sont publiés les procès-verbaux des séances de ces deux sociétés qui confirment la modération de leurs plans[16].

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des amis des Noirs, 1788-1799 : Contribution à l'histoire de l'abolition de l'esclavage, Paris, Éditions de l'Unesco / Edicef, coll. « Mémoire des peuples », , 429 p. (ISBN 92-3-203306-2 et 2-84129-553-2, présentation en ligne). .
  • Marcel Dorigny, Les Abolitions de l'esclavage, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 4098), , 128 p. (ISBN 978-2-13-079468-4). 
  • Jean-Pierre Barlier, La Société des amis des noirs, 1788-1791 : Aux origines de la première abolition de l'esclavage, 4 février 1794, Paris, Éditions de l'Amandier, coll. « La bibliothèque fantôme », , 196 p. (ISBN 978-2-35516-102-5). 

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », , 272 p. (ISBN 2-7071-1731-5) ; 2e édition 2003 avec une postface de l'auteur.
  2. Jean Sévillia, Historiquement correct : Pour en finir avec le passé unique, Paris, Perrin, , 453 p. (ISBN 2-262-01772-7), p. 253.
  3. Barlier 2010, p. 83.
  4. Nelly Schmidt, La France a-t-elle aboli l'esclavage ? - Guadeloupe-Martinique-Guyane (1830-1935), Perrin, , 361 p. (ISBN 978-2-262-03040-7).
  5. Olympe de Gouges, L'Esclavage des noirs ou L'heureux naufrage, Côté-femmes éditions, , p. 15. En janvier 1790, au nom de son indépendance d'esprit, l'auteure dément son adhésion à cette société dans Réponse à un champion américain.
  6. Société des Amis des Noirs et des colonies (France), Adresse à l'Assemblée nationale pour l'abolition de la traite des noirs, par la Société des amis des Noirs, de Paris. Février 1790 : XVIIIe – XXe siècle : 1790-1993, Lille, Imprimerie de L. Potier de Paris, .(notice BnF no FRBNF36400188). Reproduction de l'édition de, Paris, l'imprimerie de L. Potier de Lille, 1790. 22 p., (notice BnF no FRBNF37237548)
  7. Étienne Clavière, Adresse de la Société des amis des Noirs à l'Assemblée nationale, à toutes les villes de commerce, à toutes les manufactures, aux colonies, à toutes les sociétés des amis de la constitution, adresse dans laquelle on approfondit les relations politiques et commerciales entre la métropole et les colonies, etc. : XVIIIe – XXe siècle : 1791-1991, Paris, Editions, .(notice BnF no FRBNF36400239). Reprod. de l'édition, rédigée par Étienne Clavière pour la Société des amis des Noirs, Paris, de l'imprimerie du patriote françois, 1791. VII-128 p., (notice BnF no FRBNF37243734).
  8. Jean-Daniel Piquet, « Un discours inédit de l’abbé Grégoire sur le décret du 15 mai 1791 « Discours de M. Grégoire sur la révocation du décret relatif aux gens de couleur » », Annales historiques de la Révolution française, no 363,‎ janvier-mars 2011, p. 175–183 (lire en ligne).
  9. Claude Mazauric, « La Société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage », Annales historiques de la Révolution française, no 317,‎ juillet-septembre 1999, p. 554-556 (lire en ligne), compte-rendu de Dorigny et Gainot 1998.
  10. Barlier 2010.
  11. Dorigny 2018, p. 19.
  12. Benot 1988.
  13. Marcel Dorigny, Les Bières flottantes des négriers, un discours non prononcé par Mirabeau pour l'abolition de la traite des nègres novembre 1789-mars 1790, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1999.
  14. Jean-Daniel Piquet, « “Mise au point sur Robespierre et les bières flottantes” », dans l’Incorruptible. Bulletin des amis de Robespierre, no 78, 2011/4, 10 p., p.  5-6.
  15. Voir notamment le Règlement de la Société des amis des noirs et des colonies, adopté dans sa séance tenue à Paris le 30 frimaire, an VII (20 décembre 1798). (notice BnF no FRBNF34136369)
  16. Dorigny et Gainot 1998.