Nahal Tajadod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nahal Tajadod
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction

Nahal Tajadod, née le à Téhéran, est une femme de lettres iranienne d'expression française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le à Téhéran, Nahal Tajadod est issue d'une famille d'érudits iraniens. En 1977, elle vient en France étudier le chinois à l'Institut national des langues et civilisations orientales et rédige une thèse sur Mani, fondateur du manichéisme. Elle est une spécialiste du bouddhisme, du christianisme en Iran, et du poète perse Rûmî[1].

De culture française, docteure en chinois, elle pratique les trois systèmes d'écriture (alphabet latin,arabe et chinois), ce qui lui permet de travailler notamment sur les rapports historiques entre la Perse et la Chine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mani le Bouddha de lumière : catéchisme manichéen chinois, Paris, éditions du Cerf, 1990
Ce livre est une adaptation de sa thèse de doctorat fondée notamment sur l'analyse d'un des trois textes chinois manichéens mis au jour en 1907 dans les grottes de Mogao près de Dunhuang, texte intitulé Moni guangfo jiao fa yi lüe yijuan, qu'on pourrait traduire[2] par « Compendium des doctrines et règles de la religion du Buddha de Lumière Mani, en un chapitre ».
  • Légende de la Perse ancienne, Paris, éditions Gründ, 1993.
  • Les porteurs de lumière : péripéties de l'Église chrétienne de Perse, iiie – viie siècle, Paris, éditions Plon, 1993
  • Le dernier album des miracles : chroniques d'une famille persane, Paris, Plon, 1995.
  • À l'est du Christ : vie et mort des chrétiens dans la Chine des Tang, viie – ixe siècle apr. J.-C., Paris, Plon, 2000.
  • Roumi le brûlé, Paris, éditions Jean-Claude Lattès, 2004.
  • Le Volcan, la Lune, la Pluie, avec Abbas Kiarostami, Ahmad Karimi-Hakkak, Mojdeh Famili, Hélène Renard, Jean-Claude Carrière et Michael Beard, édition à compte d'auteur (Hélène Renard, Mas Ermeline, Route de Vallabrègues, 13150 Tarascon), 2005.
  • Chants d'amour de Rûmi, avec Jean-Claude Carrière, Kudsi Ergüner et Pierre Rigoboulos, disque compact, Paris, éditions Gallimard, 2006, coll. « À voix haute ».
  • Passeport à l'iranienne, Paris, éditions Jean-Claude Lattès, 2007.
  • Les porteurs de lumière : l'épopée de l'Église de Perse, préface de Jean-Claude Carrière, Paris, éditions Albin Michel, 2008.
  • Debout sur la terre, Paris, éditions Jean-Claude Lattès, 2010.
  • Elle joue, Paris, Albin Michel, 2012.
  • Sur les pas de Rûmi, avec les dessins de Federica Matta, préface de Jean-Claude Carrière, Paris, Albin Michel, 2006 (édition de poche, sans les dessins, Albin Michel, 2013).
  • Une robe de papier pour Xue Tao, ouvrage collectif sous la direction de Vincent Durand-Dastès et de Valérie Lavoix, Espaces et signes, 2015.
  • Les simples prétextes du bonheur, Paris, éditions Jean-Claude Lattès, 2016.
  • L'affamé : les dits de Shams de Tabriz, Paris, Les Belles Lettres, 2020.

Traductions[modifier | modifier le code]

Elle a traduit du persan, en collaboration avec Jean-Claude Carrière, les recueils de poèmes suivants :

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nahal Tajadod est mariée à Jean-Claude Carrière avec qui elle a une fille née en 2003, Kiara Carrière[3].

Distinction[modifier | modifier le code]

Nahal Tajadod a reçu la grande médaille de la francophonie en 2007[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nahal Tajadod », sur www.lacauselitteraire.fr
  2. Bryder Peter, « Nahal Tajadod, Mani le Bouddha de Lumière. Catéchisme manichéen chinois, 1990 » in Études chinoises, vol.10, n°1-2, Printemps-Automne 1991, pp. 228-233. [lire en ligne (page consultée le 18 février 2021)]
  3. « Hollywood honore l'écrivain-scénariste Jean-Claude Carrière », Le Parisien, 8 novembre 2014.
  4. « Nahal TAJADOD - Académie française », sur www.academie-francaise.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]