Nourredine Aba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aba.
Noureddine Aba
Naissance
Aïn Oulmene, Algérie
Décès
Paris, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture algérien
Genres

Nourredine Aba (ou Noureddine), né le à Colbert (Aïn Oulmene) dans la wilaya de Sétif en Algérie, est un poète, dramaturge et conteur algérien créateur en 1991 de la Fondation Aba décernant des prix aux meilleurs écrivains de l'année. Il fit le lycée à Sétif où il connut Kateb Yacine.

Après avoir été mobilisé de 1946 à 1945, Noureddine Aba se tourne vers le journalisme, où il suit le procès des criminels nazis à Nuremberg. Il devient ensuite conseiller technique à l'édition et collabore à la revue Présence africaine dès sa création. Il se tourne peu après à l'écriture en se consacrant en faveur des causes justes qui luttent pour la libération de l'Homme et la reconquête de sa dignité.

Plusieurs de ses pièces furent jouées en Europe. A partir de 1982, Noureddine Aba donne des conférences dans des universités européennes et nord-américaines. Il a également enseigné la littérature algérienne à l'université d'urbana-Champaign (Illinois- Etats Unis).

Noureddine Aba fonde en 1990 la fondation littéraire qui porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'aube de l'amour, poésie, 1941
  • Au delà des ombres, poésie, 1942
  • Les portes crépusculaires et huit bracelets pour nostalgies, poésie, 1943
  • La Toussaint des énigmes, poèmes, 1963
  • Gazelle après minuit, poèmes, 1978
  • Mouette, ma mouette, poésie, 1984
  • Zaâtar s'est tu à la tombée de la nuit, 1981
  • Deux étoiles filantes dans le ciel d'Alger, 1979
  • La gazelle égarée, conte, 1979
  • Les quatre ânes et l'écureuil, 1982
  • Montjoie-Palestine ou l'An dernier à Jérusalem
  • L'Aube à Jérusalem
  • Le Dernier Jour d'un nazi, 1982
  • La Récréation des clowns
  • Tell El Zaatar s'est tu à la tombée du soir
  • L'Annonce faite à Marco ou À l'aube sans couronne,
  • L'Arbre qui cachait la mer
  • Le Chant perdu au pays retrouvé, récit poétique, 1978

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]