NSU Motorenwerke AG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
NSU Motorenwerke AG
logo de NSU Motorenwerke AG

Logo de NSU

Création 1873
Disparition

1929 : 1re faillite
1977

absorbée par Audi en 1969
Fondateurs Christian Schmidt et Heinrich Stoll
Siège social Drapeau d'Allemagne Neckarsulm (Allemagne)
Activité Automobile
Produits Motocyclettes et automobiles

NSU Motorenwerke AG est une entreprise allemande fondée en 1873 et spécialisée dans la fabrication de motocyclettes et d'automobiles.

Création[modifier | modifier le code]

La firme Neckarsulm Strickmaschinen Union a débuté comme fabricant de machines à tricoter mais le succès n'est que temporaire. Christian Schmidt et Heinrich Stoll fondèrent leur entreprise dans la ville de Riedlingen sur le Danube en 1873. La société a très vite produit, également, des bicyclettes à partir de 1886, la bicyclette avait complètement remplacé la production de machines à tricoter. En 1880, les associés se séparent et Christian Schmidt transfère l'usine NSU à Neckarsulm, et dans cette ville était fondée la Neckarsulmer Strickmaschinen Union : les initiales de ces trois mots donneront la marque NSU… marque des produits qui furent fabriqués jusqu’en 1977.

Première période[modifier | modifier le code]

NSU-6-30

Dès 1886, NSU réoriente son activité vers la fabrication de bicyclettes, un produit très en vogue à l'époque[1].

Les premières motos et automobiles NSU seront construites au tout début du XXe siècle. La construction de voitures débute en 1905, avec le modèle Pipe, construit sous licence.

À partir de 1922, NSU se tourne vers l'Italie pour acquérir les licences nécessaires à la poursuite de ses activités industrielles ; les voitures avec Fiat, qui seront badgées Fiat-NSU, et les motos avec Lambretta.

En 1925, NSU engage la construction d'une nouvelle usine à Heilbronn pour augmenter la production automobile de modèles Fiat.

En 1929, la firme connaît d'énormes difficultés financières et est contrainte de vendre à Fiat son département automobile, avec l'usine d'Heilbronn. NSU devient dès lors un fabricant de motocyclettes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'activité est arrêtée dans toutes les usines.

En 1952, l'activité reprend après la reconstruction de l'outil industriel.

Deuxième période[modifier | modifier le code]

Fabrication de motos[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, NSU est le fabricant de motos le plus important au monde. Ses modèles sont détenteurs de records de vitesse dans toutes les cylindrées, de 50 à 500 cm³. En août 1956, Wilhelm Herz est le premier homme à dépasser les 200 miles par heure (322 km/h) sur une moto NSU Max Standard[1].

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, NSU fabrique un véhicule minimaliste, destiné à la motorisation de base c'est le cyclomoteur Quickly, qui connaît en Allemagne un succès comparable à la Mobylette ou au Vélosolex[2] .

Assez rapidement, avec le retour progressif à la prospérité NSU remonte en gamme et produit des motos performantes et solides , de cylindrée moyenne (les Fox pour la catégorie 125 Cm3 et les Max pour la cylindrée 250Cm3).

La Sportmax comporte une solution noble, la distribution à simple ACT (arbre à cames en tête) qui est entraîné par un système inhabituel (dit supermax): deux bielles légères décalées d'un quart de tour dans un boîtier indépendant placé le long de l'ensemble cylindre culasse[3]. Le moteur peut ainsi fonctionner à hauts régimes sans soucis, délivrant ainsi plus de puissance.

Pour le modèle compétition usine (Renn-max), pilotée le plus souvent par l'as Wener Haas c'est toutefois la solution plus conventionnelle de l'entraînement des deux ACT par arbre vertical et pignons côniques (comme sur la Norton Manx) qui est retenue.

La firme NSU se distingue aussi par son effort publicitaire, que ce soit avec les succès en Grand Prix ou à travers des campagnes de presse aux annonces, toujours teintées d'un humour un brin acide : Une publicité en vers de mirliton ironise par exemple sur un général dont la solde a été raccourcie....et qui, obéissant, se plie à l'austérité de l'après guerre en roulant en cyclomoteur Quickly.

Avec la défaveur progressive de la moto en tant que transport quotidien qui marque la décennie 60 (Le grand retour se fera avec l'arrivée des motos japonaises), NSU ferme son département compétition et se tourne de pus en plus vers l'automobile, souvent en adaptant des Fiat pour le marché allemand.

Fabrication de voitures[modifier | modifier le code]

En 1957, NSU tente de reprendre la fabrication de voitures, notamment après la mise au point avec Ferdinand Porsche, durant les années 1933-1934, du prototype d'une voiture à moteur arrière refroidi par air, la Type 32, dont le projet restera sans suite. NSU négocie alors avec Fiat le rachat du nom NSU ce qui aura pour conséquence de transformer Fiat-NSU en Fiat Neckar.

À partir de 1958, des voitures NSU sont construites à nouveau et le développement du moteur Wankel débouche sur la production de la Spider en 1964. Les modèles les plus connus sont les NSU TT et TTs (à vocation sportive) et les Prinz (à deux ou quatre cylindres, appelées plus tard « 1000 »).

En 1977, la dernière voiture est construite : la Ro 80 (lancée en 1967), une des très rares véritables étapes dans l’histoire de l’automobile (voiture de l'année en 1968 avec son moteur Wankel).

Curieusement, en 1966, alors que NSU a quasiment abandonné la fabrication de motos, le moteur NSU de la petite voiture sportive 1200 TS, dont la technique est assez motocycliste (tout aluminium, refroidissement par air et distribution par ACT, avec un rendement spécifique élevé) est utilisé par un petit industriel, Friedel Münch pour produire une grosse moto de prestige (ou Superbike), la Münch Mammuth.

La marque est absorbée par Audi en 1969.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Passion NSU
  2. (en) « NSU Quickly », Wikipedia, the free encyclopedia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  3. « NSU MAX 1956 », sur zabytkowemotocykleirowery.pl (consulté le 19 février 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :