Montée du Chemin-Neuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Montée du Chemin Neuf)
Aller à : navigation, rechercher
Montée du Chemin-Neuf
Image illustrative de l'article Montée du Chemin-Neuf
Cascade de la montée
Situation
Coordonnées 45° 45′ 31″ nord, 4° 49′ 23″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Saint-Jean (5e arr.)
Tenant Rue de la Bombarde
Aboutissant Place des Minimes
Morphologie
Type Montée
Longueur 600 m
Histoire
Création 1562 (création par ordonnance consulaire du 31 mars 1562)
Monuments Fontaine dite du Chemin Neuf, Hôpital de l'Antiquaille
Protection Site du patrimoine mondial

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Montée du Chemin-Neuf

La montée du Chemin-Neuf est une rue du quartier du Vieux Lyon, dans le 5e arrondissement de Lyon. Elle est avec la montée Saint-Barthélémy une des deux voies principales de communication entre les quartiers Saint-Jean et Saint-Just. Comme son nom l'indique, c'est une rue en forte pente : avec une altitude de départ à 175 m et une arrivée à 248 m, elle compte un dénivelé de 69 mètres, ce qui correspond à une pente de 11,5 %.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La dénomination Chemin Neuf date de sa création en 1562 par l'ordonnance consulaire du 31 mars 1562 qui en décidait la construction (on peut noter que le Pont Neuf à Paris, qui est de même le plus ancien pont de Paris, date de la même époque, avec une construction en 1577)[1]. C'est le baron des Adrets, commandant en chef des armées protestantes, entré dans Lyon dans la nuit du 29 au 30 avril 1562, qui traça son parcours[2], afin de relier les parties haute et basse de la ville[3].

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La présence de loges maçonniques[modifier | modifier le code]

Le no 33 (maison Renon ou Puylata suivant les sources) fut une loge maçonnique, portant successivement les noms de Loge Égyptienne, puis de Sagesse Triomphante. Joseph Balsamo, Giacomo Casanova, Martinès de Pasqually y furent initiés. Jean-Baptiste Willermoz y était vénérable de la loge de la Bienfaisance. Les loges de l’époque étaient mystiques, pratiquant des expériences de magnétisme (celles initiées par Franz-Anton Mesmer, des guérisons et manifestations multiples[1],[4].

Louis-Claude de Saint-Martin, disciple de Martinès de Pasqually et de Jean-Baptiste Willermoz avant de quitter la franc-maçonnerie, logea au no 53 montée du Chemin Neuf en 1775 et 1776[5],[6].

La Révolution et le siège de Lyon[modifier | modifier le code]

Pendant le Siège de Lyon, les troupes révolutionnaires avaient pris le Fort de Sainte-Foy et bombardaient la ville avec des boulets chauffés à rouge dans le but de provoquer des incendies. La lutte contre ces derniers était la priorité : ainsi, en août 1793, la municipalité faisait éclairer tous les premiers étages de chaque rue. Toutefois, le Chemin Neuf étant très visible depuis les positions ennemies, l'éclairer aurait fourni aux révolutionnaires une aide balistique, et le couvre-feu y était donc appliqué. La montée constitua à partir de fin septembre un chemin privilégié d'accès au bastion insurgé du Vieux-Lyon pour les troupes nationales.

Une rue d'artisanat au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1845, au no 4, Alexis Brun Bastenaire fonda un atelier de vitraux d'où sortirent notamment les vitraux de l'égliseSaint-Louis de la Guillotière et ceux de l'église Notre-Dame-Saint-Vincent. Cet atelier fut à) partir de 1880 le premier lieu d'expérimentation du jeune verrier Lucien Bégule, avant qu'il n'aille créer en 1881 son propre atelier dans la Montée de Choulans[7],[8].

Au no 35, Jean Louis Auguste Dousselin (1815-1896) installa en 1860 un atelier de moulage de cierges et bougies en cire, acide stéarique et paraffine. L'entreprise, qui existe depuis 1792 et avait son siège rue de la Bombarde (aujourd'hui à Couzon-au-Mont-d'Or), fut reprise par son fils Auguste Dousselin (1857-1936), qui emménagea dans des locaux plus spacieux situés au no 33 quai Arloing[9],[10].

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

La catastrophe de Fourvière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catastrophe de Fourvière.

Dans la nuit du 12 au 13 novembre 1930, à la suite de fortes pluies, un premier glissement de terrain (vers une heure du matin) se produisit, emporta plusieurs immeubles de la montée du Chemin Neuf et de la rue Tramassac et priva le quartier d'électricité. De nombreux sauveteurs vinrent tenter de sauver d'éventuels survivants sous les décombres, mais, une heure plus tard, une seconde et plus importante coulée emporta dix-neuf pompiers et quatre policiers. Enfin, encore une heure plus tard, un ultime effondrement paracheva la destruction de la zone ; jamais reconstruite, celle-ci est désormais végétalisée, et une fontaine a été inaugurée juste au-dessus du lieu du sinistre par Louis Pradel en 1963[11],[12].

Des signes avant-coureurs s'étaient déjà produits auparavant (notamment l'enfoncement dans la chaussée d'un rouleau compresseur, à la suite de quoi le maire de Lyon, Édouard Herriot, avait demandé au professeur Desperet (mort le 17 mai 1929, donc avant la catastrophe) un rapport. Le 12 mai 1925, ce dernier avait adressé ses conclusions, montrant explicitement les dangers qu'encouraient les habitants de ce secteur. Le coût des travaux nécessaires à la stabilisation (6 millions de francs) dissuada les autorités, qui décidèrent simplement une interdiction de circulation aux poids lourds. La semaine précédant le drame, le cantonnier du quartier alerta également sa hiérarchie, mais sans résultat.

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative

Le no 51 de la montée (bar l'Alcazar) fut durant la guerre le lieu de rendez-vous des miliciens et de la Gestapo. Une plaque située juste devant cette adresse incite à se souvenir de Guy Bernard, tué par la milice le 18 février 1944 en tentant de s’évader[13].

La Communauté du Chemin-Neuf[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communauté du Chemin Neuf.

En 1971, à la suite de la découverte par Laurent Fabre et Bertrand Lepesant du Renouveau charismatique et leur expérience personnelle de la rencontre avec l'Esprit-Saint, un groupe de prière se créa au N°49, maison située sous un des trois jardins terrasses de la montée. De ce groupe de prière sept personnes décidèrent de fonder une communauté de vie et de prière ; le nom en fut assez naturellement Communauté du Chemin Neuf, ce qui correspondait aussi à la spiritualité de la communauté naissante.

La Communauté est toujours présente dans sa maison-mère. Elle a également pris la responsabilité du foyer d'étudiants Marie Thérèse, situé au no 59.

partie basse de la Montée.

Services[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La montée du Chemin Neuf, en raison de sa forte déclivité, n'est desservie par aucun bus. En revanche, elle est encadrée par deux stations de la ligne de funiculaire Saint-Jean - Saint-Just : Ce site est desservi par la station de métro Vieux Lyon - Cathédrale Saint-Jean. Ce site est desservi par la station de funiculaire Minimes - Théâtres Romains.

Par ailleurs, même si, toujours en raison de la pente, aucune station de Vélo'v n'est située dans la montée même, plusieurs se trouvent à proximité de ses extrémités :

  • 5001 - Place Varillon (funiculaire St Just) - Devant le no 63 rue de Trion.
  • 5004 - St Jean - Entre la cathédrale et le funiculaire.
  • 5008 - Sainte Irénée - Place Sainte Irénée.
  • 5050 - Théâtres Romains - no 50 rue de l'Antiquaille.
  • 5053 - Saint Just - Face au no 8 rue de Trion.

Auberge de jeunesse[modifier | modifier le code]

L’auberge de jeunesse a été inaugurée en 1998 du no 41 au no 45 de la montée. Elle a reçu le label qualité le 6 novembre 2008. Ce fut la septième auberge française certifiée[14]. Elle est équipée de 180 lits et accueille en moyenne 65 % d'étrangers[15].

Consulat de Finlande[modifier | modifier le code]

Au no 63 de la rue se situe le consulat honoraire de Finlande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Rues de Lyon : montée du Chemin Neuf », Rues de Lyon, (consulté le 5 octobre 2011)
  2. « Lyon : des rues et des légendes - Chemin Neuf », Roland Thévenet, (consulté le 5 octobre 2011)
  3. Louis Maynard, Rues de Lyon, avec indications de ce qu'on peut y remarquer en les parcourant, éditions des traboules, notice sur le Chemin-Neuf
  4. « Le comte de Cagliostro - catalogue de l'exposition du 27 mai au 11 juin 1989. », Bruno Marty, (consulté le 5 octobre 2011)
  5. « La maison de Saint-Martin à Lyon : 1775 / 1776 », Xavier CUvelier-Roy, www.philosophe-inconnu.com, (consulté le 5 octobre 2011)
  6. Robert Amadou, Les leçons de Lyon, 1999, Dervy, Paris, page 126.
  7. « Les ateliers de Choulans », sur http://www.begule.com/, Lucien Bégule, maître verrier lyonnais (consulté le 15 novembre 2012)
  8. Le Vitrail dans l’Ouest Lyonnais, « Lucien Bégule, Maître verrier de Lyon », sur http://patrimoine.amis-st-jacques.org/, Patrimoine jacquaire en Rhône-Alpes, (consulté le 15 novembre 2012)
  9. « Historique », sur http://www.dousselin.net/, Dousselin Industrie (consulté le 15 novembre 2012)
  10. Nadine Halitim-Dubois, « Usine de bougies dite Dousselin », sur http://www.culturecommunication.gouv.fr/, Ministère de la Culture, (consulté le 15 novembre 2012)
  11. « Catastrophe de Fourvière : les coups du destin », Histoire de Lyon, ? (consulté le 5 octobre 2011)
  12. « Catastrophe de Fourvière : Les évènements et les causes », Archives de Lyon, (consulté le 5 octobre 2011)
  13. « Lyon sous l’Occupation (juin 1940 – août 1944) », Sylvain Ortega, (consulté le 5 octobre 2011)
  14. « Auberge de jeunesse Lyon "La ville des lumières" », Fédération unie des auberges de jeunesse, ? (consulté le 5 octobre 2011)
  15. « L'auberge de jeunesse du Vieux-Lyon », Site officiel de la mairie du 5°, ? (consulté le 5 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]