Mohamed Khattabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Khattabi
Imamkhattabi.jpg

Mohamed Khattabi, Salon du Bourget, 2015

Biographie
Naissance
Nationalité
Marocaine - Canadienne
Activité
Imam

Mohamed Khattabi est un imam, prédicateur et conférencier de nationalité marocaine-canadienne, né le 19 juillet 1961 à Casablanca, au Maroc. Il est l'imam et recteur de la mosquée Aïcha de Montpellier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille traditionnelle, il grandit au Maroc. Dès l'âge de quatre ans, il débute son cursus scolaire au sein de l’école traditionnelle de l'apprentissage du Coran.كلاب كبير

Cursus scolaire (1965 - 1981)[modifier | modifier le code]

Il apprend la mémorisation du Coran chez un maître nommé Faqih Khattabi Si-Salah, avant de rejoindre, deux ans après, en parallèle avec la madrassa coranique, l'école privée Bouchaib Ezzemouri de Casablanca. Il y fera ses études primaires.

Il suit deux cursus simultanés, un traditionnel et un autre contemporain durant cinq ans, puis rejoint le collège Mansour Eddahabi. À l'âge de 16 ans il intègre le lycée Al Khawarizmi jusqu'au baccalauréat scientifique passé au lycée Jamal Eddine El Mahyaoui, à Casablanca. Après ses études au Maroc, en 1981 il décide de rejoindre son frère aîné au Canada.

Études supérieures (1982 - 1988)[modifier | modifier le code]

Mohamed Khattabi intègre le Collège français de Montréal en 1982, deux sessions pour l’obtention de l’équivalence du Baccalauréat, le diplôme d'études collégiales en Sciences (DEC), avant de terminer son cursus en Mathématiques informatiques à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). En 1989 il se marie et fait la connaissance de la prédication. Il obtient son diplôme d'enseignant en informatique en 1991. Il fait ses premières interventions au sein des mosquées Fatima et Al Oumma de Montréal, durant des conférences du samedi soir. Il est, durant cette période, le président de la première association musulmane au sein de l’UQAM (AEMUQAM : Association des Étudiants Musulmans de l'Université du Québec à Montréal) et le premier imam, au sein de cette université, à y faire le sermon du vendredi. En effet, chaque vendredi voyait l’Université attribuer aux étudiants musulmans un espace à son association pour y pratiquer la prière collective. [1],[2]

Implication dans la prédication (1989 - 1993)[modifier | modifier le code]

Mohamed Khattabi intègre la MAYA (Muslim Arab Youth Association), organisation musulmane nord-américaine impliquée dans la structuration de la pratique musulmane en Amérique du Nord. Il participe aux différents congrès annuels organisés par la dite MAYA lors des périodes de Noël (édition de Cincinnati, Houston, Dallas, Phoenix, dernière édition à laquelle il a participé en 1991).

La MAYA lui délivre le diplôme l'autorisant à exercer la fonction d'imam, apte à diriger les prières du vendredi. Jusqu'en 1993, il fera ses marques en Amerique du Nord, ou il apprendra la pratique de l'islam de la conviction, de la science et de l'intelligence.

Il y apprendra, par le biais de multiples interventions auxquelles il assistera, la pratique de l'islam en Occident et les différences dans les pratiques selon les différents lieux du globe.

Mohamed Khattabi aura eu l'occasion d'assimiler ces éléments via ses rencontres avec des savants et penseurs contemporains de toutes nationalités, lui ayant apporté les différents points de vue de la compréhension islamique, tels que : les marocains, docteurs Moustapha Ben Hamza en matière d’Oussoul al Fiqh (fondements du la jurisprudence), El Moqrie Idriss Abou Zayd, le maître algérien Mahfoud Annahnah, le docteur tunisien Rachid El Ghanouchi, le maître égyptien Faraj Allah Achadily dans le domaine de la psalmodie du Coran et de la mémorisation, les docteurs égyptiens Youssouf Al Qaradawi et Issam Al Aryane, les docteurs soudanais Issam Al Bachir et Mohamed Qotbi, le docteur saoudien Souleyman Abdelhamid, les docteurs jordaniens et palestiniens Abdelfattah Abou Ghoudah et Ahmed Naoufel ou encore le docteur iraquien Ahmed Arrachid.

Parmi tous ses maîtres, le plus notable sera Maître Zoubir Dahane que l’imam Mohamed Khattabi côtoiera durant six années de suite à Montréal (1984-1990) à travers bon nombre de voyages, séminaires, formations, débats… Maître donc il dira qu'il doit en grande partie ce qu'il est aujourd'hui.

Mohamed Khattabi partira ensuite en Occident pour prêcher.

Imamat en Europe (depuis 1993)[modifier | modifier le code]

En 1993, Mohamed Khattabi rejoint l'Europe. Sa première mosquée est celle d'Abou Bakr à Rotterdam, aux Pays-Bas, mosquée qu'il dirigera durant une année.

Il rejoint ensuite, en 1995, le Nord de la France afin de diriger la mosquée des Bienfaiteurs d'Escaudain. Il quitte la mosquée en 1996, pour rejoindre la mosquée Assalam de Tourcoing (nommée aussi mosquée de la Croix-Rouge). L'imam quittera son poste en juillet 2001.

La mosquée de Cannes deviendra la mosquée de l'imam durant deux mois. Il y découvrira les relations parfois sombres entre mosquées et argent, la mosquée Al Madina Al Mounawarra étant entièrement construite grâce au seul investissement d'un homme d'affaires saoudien[3].

C'est en novembre 2001 qu'il rejoint la mosquée Lumière et Piété de Nîmes. Il restera à Nîmes jusqu'en octobre 2003.

En septembre 2004 et pour une période de dix ans, il devient imam de la mosquée Averroès de la Paillade, à Montpellier. C'est dans cette mosquée mise à disposition par Georges Frêche qu'il s'installe définitivement comme étant l'imam référentiel de l'agglomération[réf. nécessaire][4],[5]. Les prêches toujours en français et en arabe, il y traitera la question du nationalisme, du tribalisme et de la recherche de la citoyenneté.

Mohamed Khattabi a été précurseur de la Journée Découverte en juin 2013, organisée afin d'ouvrir les portes de la mosquée aux non-musulmans de la ville[6].

Il est contraint, en novembre 2013, de quitter la mosquée Averroès contre son gré, après l'avoir temporairement quitté deux fois auparavant. On lui reproche d'avoir fait diminuer le nombre de fidèles lors de la prière du vendredi[7]. Il est actuellement imam et recteur de la mosquée Aïcha de Montpellier depuis août 2014 et instigateur d'une campagne pour financer un centre cultuel et culturel musulman à Montpellier[8].

Méthode, pensée[modifier | modifier le code]

Mohamed Khattabi dispose d'une chaîne Youtube où il met à disposition tous ses prêches et cours [9], qui parfois ont fait l'objet d'une attention particulière de la part de l'opinion publique, notamment suite à certains de ses prêches qui ont retenu l'attention de quelques médias nationaux ou internationaux[10], comme par exemple sa position sur les femmes ou l'Occident.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Il a été condamné en mai 2016 à six mois de prison avec sursis pour recel de fraudes aux allocations et « travail dissimulé » suite à des lavages de défunts qu'il pratiquait[11]. Il a fait appel de cette condamnation[12].

L'imam été assigné à résidence durant l'état d'alerte le 22 novembre 2015, assignation levée par manque de preuve[13],[14],[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Groupes multiculturels et communautaires - Services à la vie étudiante », sur vie-etudiante.uqam.ca (consulté le 7 novembre 2016)
  2. « Vérification de sécurité nécessaire », sur www.facebook.com (consulté le 7 novembre 2016)
  3. « Ces politiques qui font la manche auprès des émirs », Challenges,‎ (lire en ligne)
  4. Stéphanie Le Bars, « La crainte de musulmans face à la », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. « Mosquée contre mosquée », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  6. Romain Berchet, « La mosquée de la Paillade à Montpellier ouvre ses portes pour casser les amalgames », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  7. « L'imam de la Paillade refuse d'être démis de sa fonction », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Lattes : Aïcha, nom de baptême d’un projet de mosquée au sud », sur MidiLibre.fr (consulté le 28 octobre 2016)
  9. « Mosquée Aïcha », sur YouTube (consulté le 28 octobre 2016)
  10. « Djihad : l’imam Khattabi est-il dangereux ? | La Gazette de Montpellier.fr », sur www.lagazettedemontpellier.fr (consulté le 28 octobre 2016)
  11. « Montpellier : 6 mois de prison avec sursis requis contre l'imam Khattabi - France 3 Languedoc-Roussillon », France 3 Languedoc-Roussillon,‎ (lire en ligne)
  12. Le patron de la « task force » anti-Daech condamné pour diffamation, lemonde.fr, 23 juin 2017
  13. Delphine de Mallevoüe, « Mohamed Khattabi, l'imam au double langage pris au piège de l'état d'urgence », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  14. « Montpellier: La mosquée Aïcha dénonce l'assignation à résidence de son imam », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  15. « L’imam d’origine marocaine Mohamed Khattabi n’est plus assigné à résidence », Bladi.net,‎ (lire en ligne)