Cette page est semi-protégée.

Affaire Tariq Ramadan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramadan (homonymie).

Affaire Tariq Ramadan
Tariq Ramadan en décembre 2017, peu avant son placement en détention provisoire.
Tariq Ramadan en décembre 2017, peu avant son placement en détention provisoire.

Nature du crime Viol (France)
Viol sur personne vulnérable (France)
Agression sexuelle (États-Unis)
Viol avec cruauté (Suisse)
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Paris, Lyon, Roissy-en-France, Lille, Londres, Bruxelles, Washington, Genève
Pays associé Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date du crime 2008, 2009, 2012, 2013, 2014
Nombre de victimes 5 plaintes
Jugement
Statut instructions en cours

L'affaire Tariq Ramadan est une affaire judiciaire de droit commun et de mœurs mettant en cause l'islamologue Tariq Ramadan. Elle éclate dans le contexte du mouvement #BalanceTonPorc.

Le 20 octobre 2017, Henda Ayari porte plainte en France contre Tariq Ramadan pour « des faits de viol, d'agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement et intimidation ». Quatre jours plus tard, une autre Française dépose plainte pour des faits similaires. Peu après, quatre de ses anciennes élèves en Suisse témoignent dans la presse avoir été abusées par lui dans les années 1980 à 1990, alors qu'elles étaient âgées de 14 à 18 ans — ces faits sont prescrits. Par la suite, entre février et avril 2018, trois autres femmes – en France, aux États-Unis et en Suisse – portent plainte contre lui pour des faits de crimes et délits sexuels.

Mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable » dans le cadre des accusations des deux premières plaignantes, Tariq Ramadan est placé en détention provisoire le 2 février 2018. Il rejette les accusations dont il fait l'objet tout en reconnaissant par la suite des relations extraconjugales. En septembre 2018, il est inculpé pour « viol et contraintes sexuelles » par la justice suisse.

Le 15 novembre 2018, la chambre d'instruction prend la décision de le remettre en liberté sous conditions. Le 22 février 2019, Tariq Ramadan porte plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « dénonciation d’une infraction imaginaire » contre trois des plaignantes françaises.

Sommaire

Contexte

L'affaire débute dans le contexte du mouvement #BalanceTonPorc, qui, à la suite des révélations sur les agissements du producteur de cinéma américain Harvey Weinstein, a libéré la parole de victimes d'agressions sexuelles[1].

Accusations

Première plainte

Dans son livre autobiographique J’ai choisi d’être libre (Flammarion, 2016), Henda Ayari rapporte avoir été violentée par « Zoubeyr », un islamologue, prédicateur charismatique[2],[3]. En octobre 2017, après « avoir “gardé le silence” [...] par “peur des représailles” », elle désigne Tariq Ramadan comme étant son agresseur, et précise avoir pris cette décision afin d'« inciter d'éventuelles autres victimes à s'exprimer à leur tour »[4].

Le , la jeune femme porte plainte contre lui pour « des faits de viol, d'agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation » auprès du parquet de Rouen[5]. Selon son avocat, les faits remontent à 2012[3].

Les accusations sont formellement démenties par Tariq Ramadan dont l'avocat dépose, le 23 octobre, une « plainte pour dénonciation calomnieuse » devant le procureur du même ressort[6],[7],[5].

Le même jour, Pascal Prache, procureur de la République de Rouen, informe la presse qu'il se dessaisit de l'affaire au profit du parquet de Paris, lieu où se seraient déroulés les faits dénoncés par la plaignante[8].

Henda Ayari est entendue à l'hôtel de police de Rouen le 24 octobre 2017. Selon Le Parisien, elle déclare aux enquêteurs qu'après avoir été violée par Ramadan en 2012, elle s'est confiée à quelques fidèles dans l’entourage du théologien, puis qu'elle a été menacée par Tariq Ramadan. Elle transmet aux enquêteurs « des écrits qu'[elle] aurait conservés »[9].

À la suite de sa plainte, Henda Ayari reçoit sur les médias sociaux plusieurs soutiens, mais y est également « la cible d’injures et de théories du complot », Le Monde évoquant notamment un déchaînement d'antisémitisme[10],[11],[12]. Selon le quotidien, « si les messages de soutien à l’ancienne salafiste ont été nombreux, ceux qui lui sont hostiles ont un ton haineux d’une rare violence ». Parfois soupçonnée d'avoir organisé un scandale pour faire vendre son livre, Henda Ayari est accusée par certains internautes d'avoir été payée pour abattre Tariq Ramadan et « à travers lui, l’islam tout entier »[10]. Dans cette théorie du complot, les instigateurs désignés sont souvent les « sionistes »[note 1], et divers journaux parlent d'attaques « antisémites » contre Henda Ayari[10],[13],[14].

Fin novembre 2017, le Parquet de Paris enregistre l'attestation écrite d'un « fonctionnaire assermenté » affirmant avoir été, en 2013, harcelé sexuellement et menacé de plainte pour viol par Henda Ayari. Il s'agit d'un « contre-feu » pour Jonas Haddad, l'avocat de la plaignante qui qualifie, elle-même, cette allégation de calomnie[15]. En septembre 2018, le témoin, Djamel B., est condamné à 10 mois de prison ferme pour faux et usage de faux dans le cadre d'une recherche d'emploi ; il est aussi mis en cause dans une affaire de viol et dans une affaire de kidnapping avec séquestration[16].

Deuxième plainte

Le 26 octobre 2017, une deuxième femme, accusant Tariq Ramadan d'actes similaires remontant à 2009, porte également plainte pour viol. Il s'agit d'une femme qui souffre, à la suite d'un accident, d'un handicap aux jambes ; elle se déplace à l'époque assistée par le port d'une attelle à la jambe droite et soutenue par des béquilles. Elle évoque « des scènes de violence sexuelle d'une grande brutalité » et affirme avoir reçu des coups à plusieurs reprises, avoir été victime de fellation et sodomie, tout en manifestant son opposition : « j'ai hurlé de douleur en criant « stop ». »[17],[18],[19],[20],[note 2]. Des certificats médicaux établis après cette nuit sont versés au dossier et attestent, selon la plaignante, d’ecchymoses et de blessures[18]. Au contraire Tariq Ramadan affirme n'avoir pas eu des relations sexuelles avec Paule-Emma Aline, surnommée « Christelle » par les médias[21], évoquant un simple échange de quelques minutes dans le bar de l'hôtel[22].

Dans un entretien accordé à Vanity Fair, publié en partie le 2 février 2018, Paule-Emma Aline, donne de nombreux détails sur sa relation par internet avec Ramadan avant leur première entrevue. Elle raconte avoir rencontré l'islamologue le 9 octobre 2009 à Lyon, deux heures avant la conférence prévue pour 20 h 30. Selon le récit d'Aline, il la viole après qu'ils sont montés dans sa chambre d'hôtel, puis il se rend à la conférence confisquant ses vêtements dans un sac et lui disant : « Sois sage. Je donne des instructions. Si tu fais quoi que ce soit, je serai immédiatement averti et ça se passera mal ». Aline raconte être demeurée prostrée, et avoir passer la nuit avec Ramadan après la conférence.

Selon Le Parisien, Paule-Emma Aline n'a dans un premier temps, jamais fourni son téléphone portable aux enquêteurs, expliquant l'avoir égaré. Elle prend 5 photos « un an plus tard, d’un écran de téléphone ». Tariq Ramadan conteste être l'auteur de ces SMS. Dans un article du 6 février 2018, Le Parisien annonce qu'Aline a retrouvé le portable[23]. Une expertise informatique permet de retrouver ces SMS à caractère sexuel dans le téléphone portable d'Aline démontrant que Tariq Ramadan a menti sur ses relations avec la plaignante. Avant la rencontre, le théologien écrit : « Je veux te baiser et te gifler. Te pisser dessus et te forcer à lécher ». Aline prenant visiblement peur, il la rassure : « N’aie pas peur, je ne sais pas la violence ». Après la rencontre, Tariq Ramadan s'excuse : « J’ai senti ta gêne… désolé pour ma violence, j’ai aimé… Tu veux encore. Pas déçue ? ». Aline réplique : « J’attends depuis le 9 tes excuses plates et sincères ! Ils ont halluciné à l’hôpital en voyant mon anus déchiré »[22]. Dans d'autres messages, non datés, Aline écrit : « Si je passais un mauvais moment je serais partie. », « Tu m'as manqué dès que j'ai passé la porte. »[24]. Selon Aline, ce message est antérieur au 9 octobre[25].

Le journal suisse La Tribune de Genève écrit que Caroline Fourest a indiqué sur son compte Facebook avoir été « enfin entendue » par la police, « à la demande » d'Aline. Elle précise qu'elle a versé au dossier « de nombreux SMS, mails et captures d'écran confirmant que [le récit de Paule-Emma Aline] n'avait pas varié depuis 2009 »[26].

Paule-Emma Aline raconte, dans Marianne du 22 novembre 2017, qu'après la nuit avec Ramadan, ce dernier l'aurait harcelée pendant trois ans[27],[28], afin qu'elle se taise[29]. Elle décrit des appels téléphoniques anonymes, des menaces, des filatures, et déclare avoir subi « une pression psychologique cruelle, très intense », qui l'a « amenée à une tentative de suicide ». Elle dit aussi s'être rendue dans un commissariat de police, mais n'avoir finalement pas eu le courage de déposer sa plainte à ce moment là, puis avoir abandonné toute idée de poursuite après une menace de mort par un inconnu sur une terrasse[28].

Auditions

Confrontation avec Tariq Ramadan (1er février 2018)

Selon Europe 1, le 1er février 2018, au cours de la confrontation entre Tariq Ramadan en garde à vue et Paule-Emma Aline. Un policier demande à l'islamologue comment il explique qu'Aline puisse mentionner, dans sa plainte, qu'il porte une cicatrice à l'aine. Un témoin de la scène décrit Ramadan alors « cloué sur place » par la question, à laquelle il ne peut répondre. Un autre observateur présent relativise : « La plaignante a été incapable de décrire et de situer précisément cette cicatrice »[30].

Audition de Tariq Ramadan (5 juin 2018)

Le 5 juin 2018, lors de son audition par les juges d’instruction, Tariq Ramadan reconnaît avoir rencontré Paule-Emma Aline dans le hall de son hôtel à Lyon mais nie le fait qu’elle soit montée dans sa chambre[31]. Concernant la connaissance par Aline de sa cicatrice à l’aine, il indique dans un premier temps qu’il en a peut-être parlé publiquement et qu'Aline a pu l'apprendre par d’autres femmes. Selon lui, leurs rapports étaient « de nature virtuelle et sexuelle », Aline apparaissant ainsi seins nus pendant des échanges par Skype. Par ailleurs, il affirme ne pas lui avoir proposé de se marier, car il se méfiait de son « caractère instable ». Les magistrates interrogent Ramadan sur le SMS reçu par Aline le lendemain de la nuit des faits présumés, celui où il s'excuse de sa « violence ». Il répond que ses comptes ont pu être piratés, suggérant qu'Aline serait suffisamment compétente pour cela. Se défendant d'invoquer un complot, même si Le Parisien estime qu'« on n'en est pas très loin », il rajoute qu'Aline a été en contact avec Caroline Fourest, « son ennemie jurée » selon Le Parisien[32],[33].

Troisième plainte

Le 7 mars 2018, une troisième présumée victime, Mounia Rabbouj, surnommée par les médias « Marie », affirme sur Europe 1 qu'elle a déposé une plainte pour viols auprès du parquet de Paris. Ancienne escort girl ayant eu des relations sexuelles rémunérées avec Dominique Strauss-Kahn[note 3] lors de l’affaire du Carlton de Lille[35], elle indique avoir subi un chantage basé notamment sur ce fait de la part de Tariq Ramadan. Celui-ci l'aurait violée une dizaine de fois entre février 2013 et juin 2014, lors de rapports sexuels extrêmement violents[36].

Selon L'Express du 8 mars 2018 et Europe 1, Mounia Rabbouj, quadragénaire musulmane mère de famille, aurait remis aux policiers plusieurs centaines de captures d’écrans de messageries (SMS, Whatsapp, Viber, etc.), un enregistrement sonore « ressemblant à une liste d'instructions sexuelles » que Tariq Ramadan lui aurait donnée et une photo prise dans un lit. Elle aurait également fourni aux enquêteurs les noms des hôtels à Paris, Roissy, Lille, Londres et Bruxelles, et même certains numéros de chambre où elle aurait subi de violents sévices et humiliations comparables à ceux qui ont été décrits par Paule-Emma Aline. Elle est entendue, le 20 mars, pendant huit heures, par la 2e division de la police judiciaire de Paris[37].

Audition de Tariq Ramadan

Tariq Ramadan est entendu par les juges le 5 juin 2018. L'audition porte essentiellement sur les deux premières plaignantes, puis en fin d'interrogatoire les magistrats signalent à Ramadan qu'il sera « interrogé ultérieurement » sur les faits de la troisième plainte, mais qu'il peut néanmoins faire immédiatement une déclaration sous le statut de témoin assisté — en ce qui concerne cette plainte —[38]. La veille de l’audition la défense avait déposé « plus de 300 vidéos et plus de 1 000 photos » pour démontrer aux juges d'instruction qu'il s'agissait d'une relation consentie avec Mounia Rabbouj. Pour la première fois, Tariq Ramadan reconnait des relations extraconjugales[39]. Il se présente comme un homme très sollicité par les femmes, et affirme avoir été « harcelé » par Mounia Rabouj, qui l'aurait ensuite menacé de le « faire tomber »[40].

Selon Europe 1, Emmanuel Marsigny, avocat de la défense, affirme après l'audition que Tariq Ramadan a échappé à une troisième mise en examen[38]. Francis Szpiner, avocat de la plaignante, est en total désaccord avec cette présentation des faits[41], et dénonce une manipulation de la partie adverse : « Les juges n'ont pas statué à l'issue des explications de Tariq Ramadan ; c'est une manipulation de l'opinion ». Me Éric Morain, avocat de la deuxième plaignante, estime lui aussi que les juges n'ont « pas encore pris position ». L'avocat de Ramadan a répondu que « si les juges avaient considéré qu'il existait des indices graves ou concordants, ils n'auraient pas eu d'autre choix que de le mettre en examen ce qu'ils n'ont pas fait en décidant de l'entendre sous le statut de témoin assisté »[42]. Mais selon les informations du Parisien, la prochaine audition de Tariq Ramadan au sujet de Mounia Rabbouj aura lieu au mois de juillet, et le quotidien estime que Tariq Ramadan n'a donc pas « techniquement, échappé à une troisième mise en examen »[43].

En avril 2019, elle déclare lors d'un entretien avec GQ Magazine : « J’aimerais être confrontée à Tariq Ramadan. S’il s’excusait, je pourrais retirer ma plainte. Je veux qu’il admette qu’il m’a humiliée, que c’étaient ses jeux, pas les miens »[44],[45].

Quatrième plainte

Libération révèle, début mars 2018, qu'une plainte a été enregistrée par une Américaine musulmane, âgée d'une trentaine d'années et résidant au Koweït. Elle « aurait déposé plainte par téléphone dans la soirée du 19 février[46] », pour agression sexuelle, contre Tariq Ramadan auprès de la police de Washington[47]. Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 30 au 31 août 2013, alors que l'islamologue assistait au congrès de la Société islamique d'Amérique du Nord (en). Elle travaillait à l'époque comme « instructrice culturelle » pour le département de la Défense des États-Unis, où elle enseignait l’islam et la culture du Moyen-Orient aux militaires américains. Selon elle, il a « placé son pénis dévêtu contre sa poitrine » et l'a « touché au niveau du décolleté »[48].

À l'issue de ses investigations, l'inspecteur chargé de l'enquête pourrait, s'il y a suffisamment d’éléments, transmettre le dossier au procureur du district de Columbia qui décidera de l'opportunité de poursuivre Tariq Ramadan en justice[48].

Jonas Haddad, ancien avocat de deux plaignantes françaises, affirme avoir été en contact avec cette Américaine. Par ailleurs, Rabia Chaudry (en), avocate et essayiste américaine, a indiqué : « J'ai signalé une victime musulmane de Tariq Ramadan à un procureur fédéral aux États-Unis. Je devine qu'il y en aura davantage ». Le lien entre cette déclaration et le dépôt de plainte à Washington n'est pas avéré[49].

En juin 2018, le parquet de Paris ne dispose d'aucun élément sur cette affaire[50].

Cinquième plainte

Une Suissesse musulmane convertie, d’une quarantaine d’années à l’époque des faits[51], surnommée « Brigitte » par la Tribune de Genève, a déposé une plainte contre Tariq Ramadan le 13 avril 2018 pour des faits remontants au 28 octobre 2008. Elle l'accuse de « séquestration, contrainte sexuelle et viol avec la circonstance aggravante de la cruauté ». Les faits se seraient déroulés dans l'hôtel de Genève où résidait Tariq Ramadan, qui se serait arrangé pour faire monter « Brigitte » dans sa chambre. Selon le même journal, la plaignante « tient à garder le silence et requiert le strict respect de son anonymat »[52].

Pour son avocat Romain Jordan, le procureur genevois peut décider d’auditionner Tariq Ramadan en France, ou ce dernier peut être déplacé en Suisse pour être entendu à Genève mais cette seconde solution est peu probable[53]. En mai 2018, le parquet a désigné Adrian Holloway comme premier procureur et mandaté la brigade des mœurs pour assurer l'enquête[54].

Le 16 septembre 2018, Tariq Ramadan est mis en examen, en Suisse, pour « viol et contraintes sexuelles »[55].

Déroulement des enquêtes

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Enquête préliminaire

À la suite du dépôt de la première plainte — Henda Ayari (20 octobre) —, une enquête préliminaire est ouverte, le , par le parquet de Paris[note 4], pour « viol, agression sexuelle, violence et menace » à l'encontre de l'universitaire suisse[56]. Le 27 octobre, une deuxième plainte est enregistrée[20].

Plainte pour subornation de témoin

Les avocats de l'islamologue, — ciblant, selon Le Figaro, « notamment des propos de la journaliste Caroline Fourest » — portent plainte, le 3 novembre, pour subornation de témoin. Ils s'interrogent sur les conditions dans lesquelles les victimes présumées ont été amenées à porter plainte et sur une éventuelle entente préalable entre elles[57],[58],[59].
Selon 20 minutes, l'enquête révèlera quelques liens anciens entre les deux plaignantes, mais surtout des liens avec Fiammetta Venner[note 5] : entre le 6 mai et le 6 novembre 2017, les relevés téléphonique montrent des communications avec la ligne de Fiammetta Venner ; 116 pour Paule-Emma Aline ; 156 pour Henda Ayari. D'après Caroline Fourest, il s’agit de sa propre ligne et toutes ces communications ont eu lieu après le dépôt de la première plainte d’Henda Ayari le 20 octobre 2017[60]. En réaction, Carole Fourest porte plainte pour « dénonciation calomnieuse » le 17 février 2018[61].

Par ailleurs, la femme du chercheur Gilles Kepel — un autre adversaire de Tariq Ramadan — a rencontré « il y a huit ou neuf ans » Paule-Emma Aline en compagnie d'une animatrice de la radio Beur FM. Après cela, Aline a été présentée à Caroline Fourest. Et sur la période mai/novembre 2017, le téléphone de l'animatrice radio a été en communication 151 fois avec Aline et 57 fois avec Henda Ayari[62].

Les deux plaignantes affirment, quant à elles, avoir eu besoin de nouer des contacts, dans un contexte de menaces provenant de l'entourage de Tariq Ramadan[62].

Pressions sur les plaignantes

Le 16 novembre, placée sous protection policière à la suite de menaces de mort, Henda Ayari porte plainte contre X pour « menace et insulte ». Se confiant au journal Le Parisien, elle accuse Tariq Ramadan de relayer de fausses informations contre elle afin d'inciter ses fidèles à l'attaquer sur les réseaux sociaux[63],[64].

Le 15 avril 2018, Henda Ayari affirme avoir porté plainte après que son véhicule a été vandalisé et ses affaires volées dans un parking. Elle impute ce vol à des soutiens de Ramadan. Par ailleurs, Ayari estime avoir été mal reçue par les policiers, ne pas être prise au sérieux et affirme être sans nouvelle de « la mesure de protection » qu'elle réclame. Elle déclare vivre dans l’angoisse et la peur, être surveillée et agressée régulièrement, et commencer à regretter d’avoir porté plainte contre Tariq Ramadan[65],[66].

Paule-Emma Aline affirme recevoir des emails d'inconnus qui fournissent des éléments très précis sur sa vie privée et sur son emploi du temps. Elle déclare : « Cette surveillance nous terrorise »[67].

Selon Marianne, les comités de soutien de Tariq Ramadan ont affirmé publiquement avoir utilisé les fonds collectés via différentes cagnottes pour la défense de Ramadan pour faire de « la surveillance » et des « enquêtes privées »[67],[note 6].

Le 25 mars 2018, Mounia Rabbouj porte plainte pour agression : deux hommes armés et masqués l'auraient agressée dans le hall de son immeuble. Ils lui auraient volé son portable, l'auraient rouée de coups, insultée, aspergée d'eau et menacée de revenir l'immoler. Il s'agit selon elle d'une vengeance pour sa plainte contre Tariq Ramadan. Elle affirme aussi recevoir quotidiennement des menaces par téléphone et sur les réseaux sociaux[68].

Selon le journaliste Ian Hamel, Myriam Ramadan, la fille de Tariq Ramadan, a sur son compte Twitter partiellement révélé le nom de la plaignante suisse. Il s'agit d'une infraction en droit suisse[69].

Conversations entre Henda Ayari et Tariq Ramadan

D'après Libération, Henda Ayari disait lors de ses premières déclarations ne pas avoir été en contact avec Tariq Ramadan à la suite du viol présumé[70]. Le 15 novembre 2017, les avocats de Tariq Ramadan remettent au parquet une vieille conversation entre leur client et la première plaignante, ayant eu lieu 15 mois après les abus sexuels allégués. Le Parisien estime que cette conversation illustre « toute la complexité de l'affaire », Henda Ayari écrivant notamment à Ramadan : « des personnes qui te haïssent m'ont monté la tête contre toi en te faisant passer pour un monstre pervers et sans cœur ». Les avocats de la plaignante déclarent que cette conversation est sortie de son contexte et que Henda Ayari était à l'époque « sous l'emprise » de Tariq Ramadan[71].

Le , la défense verse au dossier 280 messages envoyés via Facebook à Tariq Ramadan par une personne se présentant comme Henda Ayari[72],[73],[70]. Ces messages, dont l'un comporte le numéro de téléphone de Henda Ayari, sont datés de juin 2014 à septembre 2014, ce qui contredirait les déclarations de Henda Ayari quand elle affirme avoir cessé de correspondre avec l'islamologue à la mi-2013[74]. Selon BuzzFeed, dans ces messages, « il n'est jamais question précisément du viol et des agressions dont Henda Ayari dit avoir été victime ». Lors de ces échanges, la personne qui signe ses messages Henda écrit que certaines personnes lui ont demandé de témoigner contre Tariq Ramadan en 2012, à l'époque des faits dont elle a accusé l'islamologue dans sa plainte de 2017. BuzzFeed estime que des messages sont « troublants ». Ainsi, le , Henda écrit : « Bon je te propose un week-end complet. Tu m'invites dans un hôtel sympa. Si possible avec grande baignoire. On va kiffer tout le week-end. » Et, toujours selon BuzzFeed, le message est suivi de textes « à caractère sexuel ». L'un des avocats de Henda Ayari note que les messages proviennent d'un compte Facebook anonyme[72].

Enquête de la presse sur un alibi de Tariq Ramadan

En février 2018, la presse indique que Tariq Ramadan n'est pas arrivé à Lyon à 18 h 35 le , mais à 11 h 15 en publiant la réservation de l'islamologue. Ainsi, la défense de Tariq Ramadan concernant les accusations de Paule-Emma Aline est mise à mal : celle-ci accuse Tariq Ramadan de l'avoir violée dans l'après-midi, alors que selon sa défense, il ne serait arrivé à Lyon que dans la soirée[75]. Yassine Djemal, président de l'Union des jeunes musulmans (UJM), témoigne : « Moi-même et un collègue, Monsieur Morsli Jamel, avons récupéré Monsieur Ramadan vers 11h35–40 à l’intérieur de l’aéroport, dans le hall. [...] Nous avons dû arriver aux alentours de 12h15 à l’hôtel. Il s’agissait de l’hôtel Hilton »[76].

La robe de Mounia Rabbouj

Le 18 avril 2018, les juges d'instruction demandent une expertise ADN d'une robe noire de Mounia Rabbouj, qu'elle a conservée depuis 2013 roulée en boule dans un sac en plastique. Elle affirme que du sperme de Tariq Ramadan se trouverait sur la partie centrale de cette robe[77],[78].

Emmanuel Marsigny, avocat de Tariq Ramadan, déclare que ce dernier reconnaît avoir eu une « relation » avec Mounia Rabbouj, mais pas celle qu'elle a décrite et Emmanuel Marsigny refuse de dire si cette relation était ou non à connotation sexuelle[79]. La reconnaissance d'une relation avec Mounia Rabbouj par le prédicateur provoque une prise de distance chez plusieurs de ses soutiens. Pour Saïd Branine, responsable du site communautaire Oumma.com : « Dans les milieux musulmans croyants, que Tariq Ramadan ait eu des relations extraconjugales est une chose considérée comme très grave, inacceptable ». Une des campagnes de soutien financier à Tariq Ramadan est ainsi suspendue, d'aucuns demandant à être remboursés[80]. Le 5 juin 2018, Tariq Ramadan reconnaît des rapports et jeux sexuels consentis[81].

Audition de Henda Ayari (15 mai 2018)

Le 15 mai 2018, Henda Ayari est auditionnée par les juges pendant plusieurs heures. Henda Ayari affirme avoir été contactée pour la première fois par Ramadan après qu'elle a mis une photo d'elle non voilée sur Facebook. Libération juge qu'il existe de « grosses imprécisions sur la chronologie des faits ». Les avocats de Tariq Ramadan ont versé au dossier une copie d’écran d’un SMS reçu par Ramadan où Henda Ayari écrit : « Je suis désolé (sic) si ma photo vous a choqué, ce n’était pas vraiment mon intention ». Or ce message est daté du 23 avril 2012, c'est-à-dire après le 6 avril 2012, date où Ramadan aurait violé Henda Ayari dans sa chambre d'hôtel. L'enquête a cependant démontré que Ramadan descendait bien à l'hôtel de la gare de l'Est, lieu où Henda Ayari affirme avoir été violée au printemps 2012. Il y réservait souvent la même chambre, parfois sous un nom d’emprunt[70]. Selon Franceinfo, lors de cet interrogatoire, Henda Ayari modifie ses dépositions et évoque un viol qui a eu lieu le soir du 26 mai 2012 à l’hôtel Crown Plaza, place de la République, dans le 11e arrondissement de Paris. Cette date diffère de deux mois de celle d'abord énoncée. Henda Ayari effectue cette modification après avoir fouillé dans de multiples archives, notamment ses talons de chèque et ses relevés de compte[82].

Par ailleurs, Henda Ayari dément les allégations de Tariq Ramadan qui indique qu'elle se serait prostituée, affirmant qu'il s'agit d'« une nouvelle révélation mensongère pour me décrédibiliser et salir ma réputation »[83].

Les maîtresses de Tariq Ramadan

Tariq Ramadan s’est marié en 1986 avec Iman. Le couple a quatre enfants.

Le 5 juin 2018, entendu par les juges d’instruction, Tariq Ramadan, outre une relation extraconjugale avec Mounia Rabbouj, reconnaît quatre autres relations extraconjugales avec des femmes ayant été entendues au cours de l’enquête. C’est le cas de Denise, une Suissesse qui a été sa maîtresse entre 2005 et 2009[43]. Selon la Tribune de Genève, il s'agirait d'une ancienne élève du collège de Saussure[84]. Celle-ci évoque un certain « penchant » de Tariq Ramadan pour la « domination », mais témoigne n'avoir subi aucune violence[43]. Les juges ont demandé à Tariq Ramadan s'il est « adepte de pratiques sexuelles violentes ou brutales ». Il indique n'avoir jamais soumis une femme à des violences, mais évoque des « rapports fougueux, de domination » et ce dans un « cadre de consentement et de complicité ». Toutefois, certains messages l'accablent ; ainsi, il écrit à une ancienne maîtresse : « si je te vois, je te viole ». Une autre de ses anciennes amantes indique avoir refusé des rapports sexuels violents, ce à quoi il ne se serait pas opposé[40]. Tariq Ramadan précise : « Quand on me dit non, c’est non », continuant de nier les viols dont il est accusé[85]. Une des juges lui demande : « Sont-elles toujours en mesure de vous dire non ? », il affirme alors avoir reçu des refus et n'avoir jamais utilisé son statut pour les maintenir sous son emprise[40].

Par ailleurs, Tariq Ramadan explique aux juges d’instruction : « Je n'étais pas seulement sollicité comme un intellectuel mais comme un homme. [...] Je vais vous dire un truc : en 2005, j'ai été élu parmi les sept hommes les plus sexys du monde par un journal suisse, Le Matin ». Ainsi, il entend démontrer que son « physique jugé avantageux » lui permet d’écarter toute suspicion de prédateur sexuel[86]. Il affirme que c’est lui qui est harcelé par les femmes[87].

Le 22 octobre 2018, alors qu'il les avait niées jusque là, Tariq Ramadan reconnaît des relations sexuelles consenties avec les deux premières plaignantes qui l’accusent de viols, mais réfute ceux-ci[88]. L’analyse du matériel informatique de Tariq Ramadan révèle 776 photographies à caractère pornographique, essentiellement des selfies de plusieurs dizaines de femmes[89].

Confrontation entre Henda Ayari et Tariq Ramadan

Le 19 juillet 2018 se déroule devant les trois juges d'instruction chargés de l'affaire la première confrontation entre Henda Ayari et Tariq Ramadan. Le même jour, il est révélé dans la presse que les enquêteurs ont établi que le 26 mai 2012, date à laquelle elle dit avoir été violée par Tariq Ramadan, Henda Ayari se trouvait au mariage de son frère cadet — entendu, le 9 juillet, par la brigade criminelle dans le cadre de la vérification de l'emploi du temps de la plaignante[90]. Devant les juges, Henda Ayari, qui maintient ses accusations, déclare ne pas être sûre de la date exacte[91],[90],[92],[93], mais ses conseils la situent « entre le 26 avril et le 5 juin »[94].

Un agenda de 2012, remis au juge par la plaignante, indique à la date du 26 mai un rendez-vous avec Tariq Ramadan à l'hôtel Crowne Plaza. L'enquête établit que Tariq Ramadan y avait bien réservé une chambre pour ce jour-là, avant d'annuler : l'avocat de Henda Ayari déclare que cette mention dans l'agenda démontre qu'elle connaissait la date prévue initialement pour le rendez-vous, date qu'elle n'a pu apprendre que de Ramadan[90],[95],[93]. Interrogé sur ce point, Tariq Ramadan n'a pas pu expliquer comment Ayari avait eu connaissance de cette date[94].

À l'issue de la confrontation les magistrats jugent « prématurée » l'annulation de la mise en examen de Tariq Ramadan sollicitée par la défense. Ils soulignent que si Henda Ayari a eu des déclarations « hésitantes », il subsiste des « indices graves ou concordants » qui ont conduit à cette mise en examen[96].

Par ailleurs, en ce qui concerne Paule-Emma Aline, les éléments matériels présentés « se sont révélés exacts » d'après l'enquête, ses déclarations renouvelées étant « circonstanciées et précises »[97].

Détention de Tariq Ramadan

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Garde à vue

Le 31 janvier 2018, dans le cadre de l'enquête préliminaire, Tariq Ramadan est placé en garde à vue par la police judiciaire de Paris[98].

Au cours de cette procédure qui dure 48 heures, Tariq Ramadan est confronté pendant trois heures et demie à la deuxième plaignante, Paule-Emma Aline. Il nie les faits et, selon une des sources de Paris Match, « chacun est resté sur ses positions »[99]. Selon la même source, Tariq Ramadan s'est retrouvé en difficulté car la plaignante avait connaissance d'une petite cicatrice à l'aine, indécelable sans un contact rapproché[100]. Il admet avoir eu une relation de séduction avec la plaignante sur les réseaux sociaux, puis une rencontre d'une demi-heure dans un hôtel lyonnais, mais nie tout acte sexuel. Il reconnaît l'existence de la cicatrice, mais ne donne pas d'explication sur le fait que son accusatrice en a connaissance[101],[102].

Selon Le Parisien, Henda Ayari a refusé la confrontation, « fragilisée par de nombreuses attaques d’internautes sur les réseaux sociaux »[103].

D'après Libération, une dizaine de jours avant sa garde à vue, Tariq Ramadan a mobilisé ses réseaux, ses proches organisant notamment une réunion à laquelle 150 personnes ont participé et dont l'objectif était de créer un mouvement international intitulé « Résistance et alternative » rassemblant des délégués de 35 pays différents[104]. Le but étant de lutter contre la « campagne de diffamation à l’encontre de Tariq Ramadan »[105].

Mise en examen

Le 2 février 2018, il est présenté au juge d'instruction devant lequel le parquet requiert[note 7] une mise en examen[107]. Le jour même, Tariq Ramadan est mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable »[108]. Il s'agit là de l'aboutissement d'une enquête préliminaire qui aura duré trois mois, au cours de laquelle la police judiciaire a versé au dossier de nombreux échanges à caractère érotique ainsi que des témoignages d'autres femmes concernant des faits similaires, aucune d'entre elles n'ayant porté plainte[100].

Détention provisoire

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Placement en détention

Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis

En ce qui concerne sa détention, il demande que le débat devant le juge des libertés et de la détention soit reporté. Dans l'attente, il est placé en détention provisoire[109].

Après la mise en examen de Tariq Ramadan, et le fait que la garde à vue a mis en lumière que Paule-Emma Aline, était au courant de la cicatrice de Ramadan entre le sexe et l'aine, les théories du complot des pro-Ramandan sur internet redoublent : certains avancent par exemple que la police surveillait les chambres d'hôtel de Ramadan avec des caméras et ont transmis l'information à Paule-Emma Aline, ou bien qu'une officine gouvernementale malveillante a eu connaissance du dossier médical de Ramadan[110],[111].

Le 6 février 2018, le juge des libertés et de la détention décide de maintenir Tariq Ramadan en détention provisoire. La mesure doit permettre de « préserver de toute pression les témoins ». Les enquêteurs pensent que Tariq Ramadan est un homme craint, et que sa détention rassurera d'autres femmes, qui pourraient alors témoigner contre lui[104]. Étant donné que Tariq Ramadan possède un double passeport égyptien[note 8] et suisse, cette détention est aussi une garantie qu'il ne puisse fuir la justice[113].

Il est détenu à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, dans une section spéciale, dite « spécifique », pour le mettre à l’abri d'éventuelles agressions de la part d'autres détenus, étant donné que le milieu carcéral exècre les crimes sexuels, et du fait de sa célébrité[113].

Appel contre le placement en détention provisoire

Le 7 février 2018, Tariq Ramadan fait appel de son placement en détention provisoire, arguant qu'il a un alibi pour ce qui concerne Paule-Emma Aline et que cet alibi n'a pas été vérifié à cause d'un document égaré par la justice[114],[115]. Il affirme aussi qu'il existe des contradictions dans les témoignages des deux femmes accusatrices. Les avocats de Ramadan s'interrogent sur les explications données par Aline qui, après le viol qu’elle dit avoir subi, ne s'est pas sauvée de la chambre d’hôtel avant le retour de son agresseur présumé[116],[114].

Lors de la confrontation avec Ramadan en garde à vue (1er février 2018), elle dit : « J’étais groggy et je suis tombée dans les pommes un moment » et affirme que Ramadan a quitté la pièce en emportant ses affaires « dans un grand sac blanc ». D'après Le Parisien, lors de sa plainte en 2017, Paule-Emma Aline, handicapée aux jambes, affirmait que Tariq Ramadan avait mis sa robe « sur une étagère en hauteur » afin qu’elle ne puisse l’atteindre. Outre le fait qu'Aline connaissait la cicatrice de Ramadan près du sexe, le juge des libertés et de la détention avait mis aussi en avant la similitude des faits dénoncés par les deux accusatrices. La défense de Ramadan explique cette similitude par les liens entretenus antérieurement par les deux femmes : en effet, après avoir soutenu ne pas connaître Henda Ayari, Aline s’est rappelée lui avoir parlé en 2012[116],[114].

Dans leur note envoyée au juge des libertés et de la détention, les avocats de Ramadan signalent également que le viol présumé d’Henda Ayari est difficile à dater. Henda Ayari affirmait que son agression avait eu lieu fin mars/début avril 2012[117]. Or, Tariq Ramadan a transmis à la justice un mail du 23 avril 2012, qui montre qu'à cette date, Henda Ayari ne pouvait pas avoir été déjà agressée. Elle-même reconnaît : « Ce qui est certain, c’est que j’ai envoyé ce message avant d’avoir été agressée. Donc je ne peux pas vous dire si je me suis trompée sur la date des faits ou s’il y a un problème concernant la date de ce message. »[116],[114]

Pour son appel, Tariq Ramadan fait la proposition aux juges de payer une caution de 50 000 euros, de remettre son passeport suisse, et d'avoir une obligation de pointer chaque jour au commissariat, ainsi qu'une interdiction d’entrer en contact avec les deux accusatrices et de quitter le territoire[118].

Le 21 février, les avocats de l'islamologue demandent le dépaysement de la procédure, « en arguant de dysfonctionnements au préjudice de leur client[119] »[note 9].

Le 22 février 2018, la justice décide de maintenir Tariq Ramadan en détention provisoire[122]. Selon la radio française RTL, qui dit avoir accès à la décision des magistrats, Tariq Ramadan est maintenu en détention provisoire car il est « à craindre qu'il renouvelle les faits de viol s'il était remis en liberté, même placé sous contrôle judiciaire ou muni d'un bracelet électronique ». Ils estiment en outre que la proposition de résider dans le local d'une association suisse en Seine-Saint-Denis n'est pas une « garantie suffisante face au risque de fuite » et que la détention est « l'unique moyen d'empêcher toute pression sur les témoins ou les victimes »[123].

Hospitalisation et problèmes de santé

Tariq Ramadan arrive à l'audience du 15 février en ambulance, affaibli par une sclérose en plaques et une maladie non identifiée, qui d'après lui est une neuropathie[118],[124],[122]. Plusieurs médecins l'ont examiné en prison et ont considéré que son déplacement devait se faire sous escorte médicale. Ses avocats affirment que son état de santé est incompatible avec une détention. Les magistrats ordonnent une expertise médicale, et reportent leur jugement[125],[118]. Par ailleurs, Le Parisien signale que, selon ses informations, aucun membre de la famille de Tariq Ramadan n'a pu pour le moment obtenir un droit de visite[124]. Le 16 février, Tariq Ramadan est hospitalisé[126].

Pour Libération, la détention de Ramadan, la non prise en compte de son alibi, ainsi que l'annonce de sa sclérose en plaques marquent un « tournant » dans l'affaire : ses soutiens s'élargissent, pour la première fois la femme de Ramadan s'exprime dans une vidéo, et des associations jusque-là restées silencieuses apportent leur soutien à Ramadan, comme le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF). La fédération Musulmans de France, qui encourageait auparavant les femmes éventuellement victimes à se manifester, effectue un revirement et apporte désormais une caution morale à l'accusé, affirmant n'avoir « durant ces décennies [...] jamais constaté la moindre immoralité ou contradiction entre les valeurs promues par Tariq Ramadan et son comportement ». Pour Libération, les soutiens de Ramadan ont habilement exploité les derniers évènements, lançant le thème de l'« acharnement médiatique, judiciaire et politique » contre le théologien[125].

L'expertise médicale de Ramadan est effectuée le 15 février, et la conclusion est rendue le 19 février. Selon l'expert, l'état de santé de Ramadan est compatible avec sa détention. Il estime que les deux pathologies citées chez Ramadan « ne peuvent être considérées comme certaines au jour de la présente expertise », et qu'il est nécessaire de faire un « bilan neurologique complet et sérieux qui n'a pas été fait depuis les années que semblent durer les troubles allégués ». Pour ce médecin, les pathologies en question ne peuvent pas s'aggraver brutalement ni provoquer la mort de Ramadan. D'après Le Parisien, selon une source proche du dossier, l'expertise n'a duré que 15 minutes et contredit les attestations des médecins habituels de Ramadan, ainsi que l'avis d'un médecin généraliste de la prison. Ce dernier a estimé le 13 février que l'état de santé de Ramadan était « incompatible avec la détention ». Le 19 février, selon une source proche du dossier, l'état de santé de Ramadan s'aggrave et il est admis aux urgences[127].

Le 28 février 2018, à la suite d’un appel interjeté par les avocats de Tariq Ramadan, le juge d'instruction ordonne une nouvelle expertise afin de déterminer si son état de santé est compatible avec la détention[128]. Le 8 mars 2018, Tariq Ramadan est transféré de sa cellule de la prison de Fleury-Mérogis à une unité surveillée de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris[129].

Selon les conclusions de la seconde expertise médicale, rendue le 18 avril 2018, Tariq Ramadan souffre bien d'une « sclérose en plaques depuis 2006, diagnostic considéré comme certain ». Les deux médecins considèrent qu'il peut rester en détention mais insistent sur le fait que dans ce cas, il doit bénéficier de soins liés à son état de santé, notamment de quatre séances de kinésithérapie hebdomadaire. Le rapport indique également qu'aucun élément « ne permet de retenir le diagnostic de neuropathie périphérique des membres inférieurs »[130].

Libération sous caution de Tariq Ramadan

Le 24 avril, les avocats de Tariq Ramadan — plaidant que de plus en plus d'éléments remettent en cause la crédibilité des plaignantes[note 10] — déposent une nouvelle demande de mise en liberté. Ils contestent notamment la photo versée au dossier par Paule-Emma Aline, prise selon elle le lendemain de la nuit avec Ramadan, et montrant son visage « tuméfié ». Selon la défense, cette photo ne montre aucune violence et « curieusement » n'est pas datée. Ils demandent une investigation sur une autre photo et un enregistrement Skype qui pourraient indiquer qu'Aline n'était pas séquestrée dans la chambre de Tariq Ramadan pendant la conférence, mais y assistait[77].

Les avocats s'appuient aussi sur de nombreuses discussions sur Skype du 13 au 20 octobre 2009 entre Paule-Emma Aline et une ancienne maîtresse de Ramadan. Selon eux, ces échanges dénotent chez la plaignante un état d'esprit « totalement différent » de celui semblant apparaître lors de la procédure. Selon RTL, Aline y « dénonce la relation sexuelle forcée et violente que lui a imposée Tariq Ramadan », mais elle parle aussi de son « charme » et plaisante : « c’est vrai qu’il est beau gosse sinon on se serait pas fait avoir lol ». Et les avocats remettent en cause sa « crédibilité », car Aline évoque lors de ces conversations en 2009 des pressions exercées par « les politiques et le président » pour qu'elle porte plainte[132].

La demande de mise en liberté est rejetée par la justice le 4 mai. Le juge des libertés et de la détention justifie sa décision afin, notamment, « d'éviter tout risque de pression sur les victimes ». Me Emmanuel Marsigny, déplorant cette décision, indique qu'il va « demander le dessaisissement du service enquêteur »[133],[134].

Le 15 mai 2018, le parquet annonce avoir confié l'enquête à la brigade criminelle à la place de la 2e direction de la police judiciaire. Les magistrats expliquent cette décision par « l'importance des investigations restant à réaliser », notamment à l'étranger. Ainsi, trois commissions rogatoires sont délivrées en Suisse, en Belgique et en Grande-Bretagne[135],[136].

Le 22 mai, la cour d'appel de Paris décide du maintien de Tariq Ramadan en prison. Par ailleurs, la chambre d’appel refuse de demander une nouvelle expertise médicale[137].

L’avocat de Tariq Ramadan dépose une nouvelle demande de mise en liberté pour son client le 15 juin. Celle-ci est rejetée le 30 juillet[138]. La cour d'appel de Paris a confirmé le 8 août le rejet de cette demande de mise en liberté[139]. Une troisième demande de mise en liberté provisoire est rejetée en septembre 2018[140].

Le 22 octobre 2018, l'avocat de Tariq Ramadan dépose une quatrième demande de mise en liberté[141]. La demande est rejetée par les juges[142]. Tariq Ramadan fait alors de nouveau appel.

Le 15 novembre 2018, la chambre d'instruction décide de le remettre en liberté sous conditions : verser une caution de 300 000 euros, ne pas sortir du territoire français, remettre son passeport suisse, pointer une fois par semaine au commissariat et ne pas entrer en contact avec les plaignantes ou certains témoins. Il reste poursuivi pour viols[143],[144].

Plaintes pour dénonciation calomnieuse et dénonciation d’une infraction imaginaire

Le 22 février 2019, Tariq Ramadan dépose plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « dénonciation d’une infraction imaginaire » contre les trois plaignantes françaises. RTL rappelle que ces plaintes « n’auront pour l’heure aucun effet sur la procédure. La "dénonciation calomnieuse" ne peut en effet être instruite que si la justice prononce un non-lieu, une relaxe ou un acquittement concernant les accusations initiales. »[145].

Rejet de la levée des mises en examen de Tariq Ramadan

Le 14 mars 2019, la cour d'appel de Paris rejette la demande de levée des deux mises en examen pour viol de Tariq Ramadan[146].

Autres témoignages

Élèves mineures à Genève

Selon une enquête de la journaliste Sophie Roselli de la Tribune de Genève publiée début novembre 2017, quatre femmes déclarent avoir été harcelées ou avoir eu des rapports sexuels avec lui, dans les années 1980 à 1990. Les faits sont prescrits[147]. Ces femmes ont accepté de témoigner après les deux premières plaintes afin d’apporter leur soutien et d’expliquer qui était Tariq Ramadan selon elles[148].

Vue aérienne du collège de Saussure à Genève.

Elles étaient, à l'époque des faits présumés, âgées de 14 à 18 ans, élèves du cycle des Coudriers puis du collège de Saussure, à Genève, dans la ville natale de Tariq Ramadan[149]. Elles évoquent « un professeur charismatique usant et abusant de son emprise psychologique sur elles », séduisant, avec un discours captivant, intimidant, capable de stratagème relationnel pervers, manipulateur, « tordu », et plusieurs font état de violences psychologiques ou même physiques pour l'une d'entre elles[150],[151].

L'une des quatre femmes parle de « relations intimes » ayant eu lieu à « deux ou trois reprises » « à l’arrière de sa voiture » lorsqu'elle avait 15 ans. Une seconde raconte qu'ils ont commencé à s'embrasser lorsqu'elle avait 17 ans, puis qu'ils ont eu des relations sexuelles régulières à partir de ses 18 ans. Elle se décrit comme ayant été « fascinée, sous son contrôle » dans « une relation de dépendance », « malsaine», mais n’a jamais été menacée, ni subi de violences physiques. Une troisième affirme avoir eu avec lui trois relations sexuelles consenties mais très violentes à l'âge de 18 ans, évoquant « des bleus sur tout le corps ». La quatrième, âgée de 14 ans à l'époque, « dit s'être attiré les foudres de l'islamologue après avoir refusé ses avances »[150],[147],[1].

Mi-novembre, l'ancien directeur du Collège de Saussure affirme que, dans les années 1990, un élève a accusé Tariq Ramadan d'avoir eu des relations sexuelles, interdites, avec deux élèves. Tariq Ramadan a nié les faits, mais le directeur lui a demandé de ne plus se retrouver seul à seul avec des élèves[152].

Le 12 mars 2018, la ministre de l'instruction publique Anne Emery-Torracinta, tout en reconnaissant que l'affaire « suscite manifestement encore beaucoup d'émotion », a indiqué qu'elle n'envisageait pas d'enquête administrative. Selon elle, le dossier de Tariq Ramadan à Genève « est vide ». En mars 2018, Le Matin note que sur « les quatre témoignages d'anciennes élèves accusant Tariq Tamadan d'abus sexuels, un seul a pu être confirmé », l'identité de la jeune femme étant connu, mais, précise Anne Emery-Torracinta, « aucune des victimes ne s'est toutefois manifestée »[153]. « Je n'ai pas le moyen de solder un passé duquel on n'a aucune trace », a-t-elle indiqué[154]. Néanmoins une enquête externe est ouverte pour analyser les dysfonctionnements et notamment la raison pour laquelle le dossier de Tariq Ramadan est resté vide[155]. Celle-ci sera dirigée par deux experts désignés par le Conseil d'État genevois, des personnalités indiscutables pour François Longchamp, président du Conseil d'État[156]. Le rapport est rendu le 31 octobre 2018 au Conseil d’État[157], et des recommandations concernant la prévention ou la prise en charge d'éventuelles futures victimes sont présentées au gouvernement genevois[158].

En décembre 2018, une nouvelle femme suisse, élève de Tariq Ramadan dans les années 1990, témoigne qu'il fut son amant alors qu'elle avait 18 ans[159].

Majda Bernoussi

En Belgique, Majda Bernoussi, qui se décrit comme une musulmane pratiquante, affirme avoir été la maîtresse de Tariq Ramadan pendant cinq ans entre 2009 et 2014[160]. Elle a dès 2014 dénoncé le comportement sexuel de Tariq Ramadan, critiquant son double visage : « Son métier, c'est de parler de vie privée et de morale. Or, il n'y a pas une once de moralité en lui »[161]. Elle indique « s'être sentie violée mentalement », sous la coupe d'un « manipulateur destructeur ». Après leur relation, elle a témoigné via YouTube et Facebook du comportement de Tariq Ramadan avec les femmes, publiant notamment une photo de lui en caleçon dans une chambre d'hôtel[162]. D'après elle, des dizaines, voire des centaines de femmes ont été victimes de Tariq Ramadan, et des dizaines sur les réseaux internet le décrivent comme un « monstre sans foi ni loi, qui a profité de tout, de leurs âmes et de leurs corps. Pour s'en aller après, lâchement »[163].

En avril 2018, Mediapart et l'hebdomadaire belge Le Vif révèlent un accord confidentiel conclu en février 2015 entre Tariq Ramadan et Majda Bernoussi, « qui avait commencé à faire état sur Internet de leur « relation » et de son « emprise » psychologique. Moyennant le versement par l'islamologue de 27 000 euros, elle a retiré toutes ses publications, et accepté de taire ses accusations »[164],[165]. Les deux parties ont promis de ne plus être en contact et Majda Bernoussi de ne plus « envoyer des messages injurieux et/ou menaçants » à Tariq Ramadan ou ses proches, faute de quoi elle devra s'acquitter de « dommages et intérêts de 500 euros par violation »[166]. Le président du tribunal de première instance de Bruxelles, Luc Hennart, confirme les informations données par Mediapart et l'hebdomadaire Le Vif[167]. Inès Wouters, avocate de Tariq Ramadan dans cette affaire, déclare : « [...] je confirme qu’en droit civil belge, un accord négocié et conclu entre les parties et qui est acté par un juge, a la même valeur qu’une décision de justice », et ajoute : « Un accord transactionnel peut avoir beaucoup de raisons et notamment d'éviter un litige qui est très coûteux. Il n'est pas nécessairement une reconnaissance de quoi que ce soit »[162].

Fin avril 2018, Majda Bernoussi passe sur Europe 1 et raconte sa relation avec Tariq Ramadan, qui lui aurait juré qu'il était divorcé. Elle décrit un manipulateur désirant « une soumission complète ». Elle affirme qu'il y a un fossé entre sa personnalité en privé et celle lors des passages médiatiques : « L'éthique, la morale, la foi, la bonté, c'est des choses qu'il réserve face caméra. Hors champ, je n'ai jamais eu affaire à ce type là ». Elle dit ne jamais l'avoir vu prier. Majda Bernoussi affirme aussi qu'elle a communiqué en 2015 avec « au moins 25 femmes » qui avaient vécu la même chose qu'elle avec Tariq Ramadan : « il faisait ça de manière industrielle. Dans la vraie vie c'est un véritable barbare, aussi bien intellectuellement que physiquement. (...) Il s'adapte à chaque profil, il n'a aucune limite et il se donne le droit. Il me disait tout le temps : 'je suis protégé, je ne suis pas un homme ordinaire' ». En ce qui concerne ses rencontres avec Tariq Ramadan, Majda Bernoussi ne décrit pas de violences (sexuelles ou non), tout juste « des comportements qui sortaient du cadre habituel ». Mais son témoignage intéresse les enquêteurs : selon Europe 1, la police française a demandé à l'entendre, jugeant qu'elle pourrait éclairer la personnalité de Ramadan[168],[160].

Divers

Le 23 octobre, le journaliste Ian Hamel, auteur de La Vérité sur Tariq Ramadan : sa famille, ses réseaux, sa stratégie (2007), affirme avoir lu, depuis 2012, « cinq ou six témoignages de femmes accusant Tariq Ramadan de les avoir insultées, violées, frappées et menacées ». Selon lui, et bien qu'il ne puisse confirmer leurs déclarations « vu qu’elles n’ont pas porté plainte et [qu'il n’a] pas les preuves », « l’accumulation pose question : pourquoi l’accusent-elles systématiquement de la même chose ? »[11].

Réagissant à la suite de la première plainte, Caroline Fourest — « l’une des principales opposantes du théologien », selon Le Parisien[58] — déclare savoir que Tariq Ramadan « menait aussi une double vie, à l'opposé de ses nombreux sermons ». Elle affirme avoir rencontré quatre femmes (depuis 2009) dont les récits ressemblent à celui de Henda Ayari. Selon l'éditorialiste « toutes avaient vécu à peu près la même histoire. Une demande de conseil religieux transformé en relation sexuelle compulsive, parfois consentie, souvent violente et très humiliante, avant de finir en menaces. L'une d'elles avait subi un traitement pouvant faire l'objet d'une plainte. Je l'ai présentée à un juge »[169].
Cette rencontre, qui a eu lieu en 2009, n'aboutira pas à un dépôt de plainte, car, selon Caroline Fourest, la personne ne s'est pas sentie « d'aller au bout » ayant été intimidée et menacée[58]. L'essayiste, qui déclare être « bien placée pour connaître la violence des réseaux des Frères musulmans », affirme qu'une « tornade […] se serait abattue sur cette jeune femme si elle avait osé briser l'omerta à l'époque. Maintenant que Henda Ayari a eu ce courage, c'est différent[169] ».

Le 28 octobre, Le Parisien publie le témoignage d'une troisième jeune femme qui, selon le quotidien, avait envisagé de porter plainte en 2014 et déclare : « Tariq Ramadan a abusé de mes faiblesses[170]. » Elle raconte avoir « été harcelée et menacée » par le théologien[171].

Le 29 octobre, l'un des soutiens de Ramadan, admettant que le théologien ait pu avoir des liaisons hors du cadre de son mariage, contrairement à ce qu'il professe dans ses conférences et écrits, déclare (sous couvert d'anonymat) : « Je veux bien admettre qu’il ait eu des relations extraconjugales. Mais de là à commettre des viols, il y a un écart[172]. »

Bernard Godard, ancien fonctionnaire des renseignements généraux, connaissait les faits relevant de harcèlement et non de viols ; il déclare au sujet de Ramadan « qu'il avait beaucoup de maîtresses, qu'il consultait des sites, que des filles étaient amenées à l'hôtel à la fin de ses conférences, qu'il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu'il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. Mais je n'ai jamais entendu parler de viols. J'en suis abasourdi[173]. »

Le 16 novembre, Mediapart publie une enquête, titrée « Violences sexuelles : le système Tariq Ramadan », basée notamment sur des témoignages affirmant que le silence des femmes était obtenu par une « mécanique de contrôle et de menaces »[1].

Le 20 février 2018, Ian Hamel correspondant du Point, rapporte le témoignage d'une femme anonyme, qui affirme avoir eu une relation avec Ramadan pendant plusieurs années. Selon elle, ce dernier lui promettait le mariage en lui jurant qu'il était divorcé. Elle déclare avoir menacé de dénoncer son comportement, puis avoir reçu le 14 novembre 2012 un « très long mail » de l'avocat Jean-Pierre Allaman, un homme sur lequel le journal Le Point et Mediapart ont enquêté sans pouvoir le retrouver, ni au barreau de Paris, ni au barreau de Genève[174],[175].
En 2013, le même Jean-Pierre Allaman a menacé de poursuivre en justice Sara, qui avait « décidé de révéler sur les réseaux sociaux son histoire » ; n'ayant jamais rencontré l'islamologue, elle avait eu avec lui « de nombreux échanges épistolaires sexuels ». Marine Turchi de Mediapart, s'interroge sur le fait qu'il puisse s'agir d'un pseudonyme utilisé par Ramadan pour faire pression sur la jeune femme — une pratique punie par la loi —, en ajoutant que « d'autres courriers suivront, cette fois-ci de cabinets d’avocats bruxellois et genevois bien réels, dénonçant du "harcèlement" et une "atteinte à la vie privée"[174] ».

Fin février 2018, le dossier d'enquête compte les témoignages sous X — le juge des libertés et de la détention estime leurs justifications suffisamment fondées et recevables pour préserver leur anonymat (celles-ci affirmant avoir fait l'objet de pressions et intimidations) — de trois femmes, qui ont été entendues par les enquêteurs, à Paris et en Suisse. Elles décrivent « un comportement sexuel particulièrement brutal » de la part de Tariq Ramadan[74].

Interviewée sur RTL le 8 mars 2018, Henda Ayari, la première plaignante, affirme avoir reçu des « dizaines de témoignages de victimes ». Au sujet de la troisième plaignante, elle déclare : « J'apporte mon soutien total à cette personne qui a eu le courage, elle aussi, de dénoncer les agissements de cet homme qui m'a agressée (...) et je pense qu'il est temps que la parole se libère. » Elle la met en garde face au « déchaînement de violence et de haine qu'elle affirme avoir subi » mais rassure que si « j'ai eu un sentiment de regret, surtout les trois premiers jours. J'ai eu très peur. Aujourd'hui, je peux dire que non, je ne regrette pas du tout »[176].

Réactions

Critiques

Après le second dépôt de plainte pour viol contre Tariq Ramadan, le journal Marianne titre : « une violence à l'état pur » puis déclare : « les faits rapportés sont d'une violence inouïe »[177]. Saïd Branine, responsable du site Oumma.com, écrit : « C'est un grand choc. Les faits qui lui sont reprochés sont en contradiction avec l’image policée que Tariq Ramadan a toujours renvoyée. Même s’il était en perte de vitesse, il bénéficiait toujours d’une grande aura[171] ».

Selon Caroline Fourest, qui a étudié les cassettes de cours de Tariq Ramadan, sur celles-ci, son « ton » est celui d'un « prédicateur obsédé par la sexualité », ce qui est selon elle le signe d'une « névrose »[169]. Pour elle, Tariq Ramadan « arrive à manipuler ces femmes, à leur faire croire qu'elles ont cherché ce qui leur arrive, à les culpabiliser de ce qu'il leur a fait subir (...) Il exerce une véritable emprise sur ses proies comme sur ses fidèles »[178].

Manuel Valls, ancien Premier ministre, déclare : « Depuis des années, je dénonce la duplicité de Tariq Ramadan... aujourd'hui la vérité éclate grâce à des femmes courageuses. Merci à elles ! »[179]. Manuel Valls voit en Tariq Ramadan un « soi-disant intellectuel, promoteur de la charia, prédicateur islamique  », et accuse certains médias de « complicité » envers l'islamologue, tandis que Libération s'étonne du silence des organisations et figures de l'islam en France[180],[181].

Dans une tribune parue dans Le Monde, une douzaine de féministes musulmanes, dont Sarah Zouak, « emblématique d’une jeune et nouvelle génération d’activistes et féministes musulmanes » selon Libération[182], déclarent : « certaines parmi nous ont directement été confrontées au sexisme de Tariq Ramadan. Leurs interactions avec lui ont été marquées par des tentatives malsaines de séduction, une volonté de contrôle affectif et de manipulation psychologique ». Et, selon elles, « un incroyable silence semblait régner autour du fait que cet homme se plaçait en guide religieux de nombreuses jeunes femmes en détresse à qui il distribuait sa carte de visite après chaque conférence »[183],[184]. Plusieurs journaux présentent Tariq Ramadan comme un « gourou », ayant sur ses fidèles une « emprise »[185],[186],[187].

Selon Omero Marongiu-Perria, sociologue et spécialiste de l'islam français, ancien membre des Frères musulmans de 1993 à 2004, « un certain nombre d'associations très proches » de Tariq Ramadan « étaient au courant de ses frasques sexuelles et l'ont protégé ». Il affirme de plus que « a priori » des proches de Ramadan « connaissaient son comportement violent dans la sphère intime vis-à-vis des femmes », tout en signalant que si cette « information » était avérée, alors cela serait « évidemment plus grave ». Il estime que la carrière de Ramadan, construite « sur une personnalité et un discours prônant le puritanisme religieux » est désormais compromise et que « la masse des musulmans risque de se détourner de lui ». Il ajoute: « C'est tout un mythe qui s'écroule »[188].

Réagissant aux témoignages des deux femmes ayant porté plainte contre Ramadan, la députée Clémentine Autain déclare : « je salue le courage de ces femmes. Les témoignages que j’ai lus dans la presse sont glaçants. Je souhaite que la justice puisse faire son travail au plus vite »[189].

D'après l'islamologue Stéphane Lathion[note 11], ami de Tariq Ramadan durant vingt ans, « des dérapages se sont produits dès le milieu des années 1980, au moment même où il organisait des actions humanitaires dans son école des Coudriers », et que « des faits plus précis, plus violents » lui furent rapportés lorsque Tariq Ramadan travaillait au Collège de Saussure, à Genève : « Ce fut un choc, un sentiment de trahison ». Pour lui, Tariq Ramadan a infligé « trente années de souffrance » à des femmes et n'exprime aucun remords. Par ailleurs, Stéphane Lathion accuse l'Union des organisations islamiques de France (UOIF, devenue depuis Musulmans de France), d'avoir été au courant depuis des années des « mœurs sexuelles de Tariq Ramadan »[191]. Par ailleurs, Stéphane Lathion affirme que, lorsqu'il est devenu maître d'enseignement et de recherche à l'Université de Fribourg, Tariq Ramadan l'a « couvert d'insultes », « de façon inexplicable ».

Après la mise en examen de Tariq Ramadan en janvier 2018, Christophe Castaner, délégué général de La République en marche est interrogé par un journaliste au sujet du « double langage » de Tariq Ramadan. Le journaliste lui demande s'il n'y aurait pas eu trop de complaisance vis-à-vis de Tariq Ramadan par crainte d'être accusé d'islamophobie. Castaner répond qu'effectivement Tariq Ramadan était une « star » des médias, qu'il était même invité par des organisation politiques, que « peu de voix s'étaient élevées pour le dénoncer », et que cela « doit nous interroger collectivement »[192].

L'avocate et essayiste américaine Rabia Chaudry (en), qui a été en contact avec une présumée victime américaine du théologien, affirme : « Ce n'est pas un complot international ; […] Je sais que c'est dur pour notre communauté mais cela ne nous sert pas de nous cacher la tête dans le sable. Il fera probablement de la prison et ce sera probablement juste »[193].

Tariq Ramadan, ses proches et Emmanuel Marsigny

En octobre 2017, Tariq Ramadan dénonce « une campagne de calomnie qui fédère assez limpidement [ses] ennemis de toujours » et conclut : « le droit doit maintenant parler, mon avocat est en charge de ce dossier, nous nous attendons à un long et âpre combat. Je suis serein et déterminé[194]. » Contacté par Mediapart, son avocat fait savoir qu’il ne « communiquer[ait] pas »[12]. Ses avocats, Yassine Bouzrou et Julie Granier, dénoncent un « déferlement médiatique » et déclarent : « Le temps médiatique n'est pas celui de la justice et en aucune façon, le premier ne doit ni ne peut s'imposer au second. Nous lui avons donc expressément demandé [à Tariq Ramadan] de ne pas s'exprimer en retour[195] ». Le même mois, Yamin Makri, cofondateur de l’Union des jeunes musulmans, un mouvement proche de Tariq Ramadan, réagit aux accusations contre l'islamologue en évoquant sur son compte Facebook un « complot sioniste international »[171]. Selon le journal Le Temps, Tariq Ramadan est connu notamment « à travers sa lutte pour défendre la cause palestinienne », et, réagissant aux accusations dont il fait l'objet, ses « alliés dénoncent un complot de réseaux pro-israéliens. Mais la plupart d’entre eux demeurent silencieux ou invoquent la présomption d’innocence »[196].

Dans une vidéo inédite enregistrée à la mi-novembre 2017, avant sa mise en détention, et publiée le 14 mars 2018 par un site très actif dans sa défense[197], le MuslimPost, Tariq Ramadan s'exprime sur les accusations dont il fait l'objet. Il y affirme être « totalement innocent » et « confiant de l’évolution des investigations, avec le temps de la justice ». Selon lui, il ne s'agit pas d'un complot et l'affaire n'a rien à voir avec l'islam[198].

Après l'aveu par Tariq Ramadan d'avoir eu une relation avec l'une des plaignantes, Yamin Makri indique : « Je ne trouverais cependant pas anormal que des membres du comité de soutien, au vu de ces éléments, se retirent » tout en précisant qu'il restera son ami. Sa femme évoque pour sa part qu'elle n'a pas pu « avoir une discussion profonde et franche pour le moment ». Toutefois elle maintient son soutien à son mari et dénonce toujours un « lynchage médiatique »[199].

Famille

En février 2018, Iman Ramadan, épouse de Tariq Ramadan, prend la défense de son mari dans une vidéo largement partagée sur internet[200]. Par la suite, en avril 2018, elle indique que « les contacts limités » qu'elle a eus avec son mari depuis son placement en détention ne lui permettaient pas d'avoir « une discussion profonde et franche pour le moment ». Elle déclare également : « Mon mari est un homme. Il n’est pas un ange. Il n'est pas parfait. Il peut commettre des fautes. Notre famille le soutient pour un crime qu'il n'a pas commis. Le reste, c'est entre lui et Dieu, et entre lui et sa famille. »[201].

Sa fille Maryam Ramadan, née en Suisse et qui vit habituellement au Qatar, est venue en France en mai 2018 pour rencontrer Tariq Ramadan à l'hôpital carcéral de Fresnes. À cette occasion elle déclare soutenir celui-ci affirmant n’avoir jamais constaté d’acte violent de sa part. Par ailleurs alors qu’avec sa mère elle rencontre son père trois fois par semaine, elle estime son état de santé comme alarmant[202]. Concernant l’infidélité de son père, elle indique : « c’est une question qui ne regarde que mon père et ma mère ». Elle considère qu’il s’agit d’un « procès de moralité »[203], et que les plaignantes bénéficient d'une « présomption de sincérité »[204].

Déclarations d’Emmanuel Marsigny

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Le 15 mars 2018, Emmanuel Marsigny affirme avoir « saisi le parquet pour qu’il fasse cesser la diffusion de fausses nouvelles proprement insupportables et qu’il rectifie les erreurs matérielles ». Il demande au procureur de la République de Paris de publier un communiqué afin de « corriger les informations parcellaires et inexactes relayées par la presse» sur son client. Il demande « que le débat soit équitable, que la présomption d'innocence soit respectée »[205],[206],[207]. Il ajoute que « des éléments présentés par la presse comme acquis ou confirmés sont en réalité contredits par les investigations déjà réalisées et infirmés par certains témoins cités par les plaignantes elles-mêmes », et il renforce la défense de Tariq Ramadan : d'après lui, « quand on demande à l'une de décrire la chambre d'hôtel à Paris (où auraient eu lieu les faits), elle décrit une chambre d'hôtel qui n'a rien à voir »[note 12], et il affirme que le certificat médical de Paule-Emma Aline, la seconde plaignante, « n'évoque aucune trace de violence » [208],[207].

Le 19 avril 2018, dans une interview donnée à France Info, Me Emmanuel Marsigny dénonce dans l'affaire Tariq Ramadan un « manque d’objectivité et une différence de traitement » par rapport à d'autres personnes mises en examen pour viol mais qui n'ont pas fait de détention provisoire, comme Georges Tron, ancien ministre[209].

Interviewé le 2 mai 2018 sur Europe 1, Emmanuel Marsigny met en doute « la loyauté des services de police », qui, d'après lui, ont « notamment dissimulé dans des scellées des éléments à décharge pour Monsieur Ramadan » dans l'affaire concernant Paule-Emma Aline, la seconde plaignante. Il reproche en outre aux policiers de ne pas avoir suffisamment interrogé cette dernière, et de ne pas avoir imprimé la photo qu'elle aurait prise le lendemain des faits. Emmanuel Marsigny met aussi en doute la bonne foi des policiers en ce qui concerne Mounia Rabbouj, la troisième plaignante. Selon lui, elle a décrit aux policiers ce qui lui était arrivé et elle a dit « quand j'ai raconté ça, on m'a dit que c'était du viol ». Marsigny demande alors si c'est Mounia Rabbouj qui dit que c'était du viol, ou si « on aimerait » que ce soit un viol parce que « Monsieur Ramadan est quelqu'un qui suscite un grand nombre d'animosités »[210].

Associations musulmanes et Oumma.com

Le 10 novembre 2017, Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), s'exprime sur l'affaire. Il souhaite que la justice se prononce « rapidement ». Il déclare que Tariq Ramadan n'est « pas un ami du CFCM », mais qu'il doit bénéficier de la présomption d'innocence. Ahmet Ogras affirme que si Tariq Ramadan avait été salarié du CFCM, il aurait été mis en congé tout comme il l'a été de l'université d'Oxford. Par ailleurs, Ahmet Ogras estime que les interventions dans cette affaire de l'ancien Premier ministre Manuel Valls et de Caroline Fourest sont préjudiciables aux victimes, et d'une manière générale il demande « aux adversaires politiques » de Tariq Ramadan « de ne pas se mêler de cette affaire, dans l'intérêt des victimes »[211].

Said Branine, créateur du site d’information Oumma.com, déclare : « On voudrait maintenant que nous, musulmans, le condamnions avant jugement, que nous soyons unanimes pour dire qu’il est pervers, dangereux, menteur. [...] Mais pourquoi ne pas regarder les choses en face: ce « Frère Tariq » ne nous a jamais représentés. Il n’était pas notre porte-parole »[212].

Pour Amar Lasfar, président de Musulmans de France, « La pensée de Tariq Ramadan reste intacte ». Lors d'une conférence de presse donnée le 31 mars 2018 dans le cadre de la 35e rencontre annuelle des musulmans de France au Bourget, il a demandé à respecter la « présomption d'innocence » de Tariq Ramadan et exprimé l'espoir qu'il soit bientôt « libéré » et « blanchi ». Il a ajouté que le théologien a sans doute sous-estimé « le combat médiatique » et précisé que « ses livres se vendent comme des petits pains »[213].

Fin novembre 2018, Mohamed el-Moctar el-Shinqiti, analyste politique mauritanien et chroniqueur médiatique à Al Jazeera, par ailleurs proche du pouvoir qatari, appelle les musulmans à ne plus soutenir Tariq Ramadan, « accro au sexe avec un mépris des personnes abusées et usant de tromperie envers les musulmans », ajoutant qu'il « menait une vie parallèle éloignée de la morale islamique et de ses valeurs ». Il s'agit de la première condamnation publique émanant de milieux musulmans[214].

Soutiens ou neutres

Avant la mise en examen de Tariq Ramadan

Au Royaume-Uni, où l'islamologue est moins connu et moins controversé[215], « le silence demeure presque complet ». Fin octobre 2017, l’université d'Oxford qui l'accueille « fait le dos rond » et les médias restent discrets : ceux qui relayent l'information, le font « brièvement et de façon purement factuelle »[216]. Le 7 novembre, « d'un commun accord », il est mis en congé de son poste de professeur d'études islamiques contemporaines à l'université d'Oxford[217], qui précise : « un congé n'implique aucune présomption ou acceptation de culpabilité... »[218].

Cette affaire se conjugue, selon Caroline Hayek dans L'Orient-Le Jour, à une perte d’influence déjà patente de Tariq Ramadan mais qui cette fois-ci ne porte pas sur des prises de positions polémiques mais sur « son image de modèle de vertu fracassée »[219].

La journaliste suisse Romaine Jean estime que les réactions de la presse à l'affaire Ramadan sont « indignes », elle les compare à un « lynchage » effectué par une « meute ». Elle relève que Le Monde qualifie la plainte de Henda Ayari d'« accablante », un terme inapproprié selon elle tant que la culpabilité de Ramadan n'est pas établie. Elle note aussi que des publications donnent « les détails les plus sordides du dossier », alors que la justice n'a pas rendu son verdict : cela pose selon elle la question de la « protection de la personnalité », en ce qui concerne Tariq Ramadan[220].

Edgar Morin, qui venait de retrouver Tariq Ramadan dans le livre d'entretien L'Urgence et l'essentiel (Don Quichotte, octobre 2017), estime que l'islamologue était avant cette affaire déjà victime d'une diabolisation — des attentats « daechistes » ayant déclenché en France une « vague dénonçant l’islamisme et ses supposés agents […] » — et que cette affaire de mœurs est utilisée pour le « détruire ». Le philosophe se déclare « surpris et troublé par la première accusation de viol et sévices, ainsi que par les accusations qui suivirent » et, relevant « la contradiction entre son discours religieux de pureté et de pudeur, et son comportement très profane de séducteur et pire, selon les accusations, de macho dominateur », il écrit : « Je tiens seulement à distinguer mon opinion sur sa pensée politico-religieuse de la réprobation de tout mon être pour des actes qui offensent et humilient […] ». Pour Edgard Morin, « il faut attendre les confrontations d’un procès pour se faire son opinion sinon de façon plus complète, du moins de façon plus correcte »[221].

À la suite des témoignages d'anciennes élèves en Suisse, des comités de soutien se forment de part et d'autre. L’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse appelle ainsi à la « constitution d'un collectif de femmes et d'hommes libres pour soutenir le professeur face au lynchage médiatique ». Selon sa présidente Nadia Karmous, Tariq Ramadan « est quelqu'un de fiable et de bienveillant » et les femmes qui l'accusent seraient des « frustrées »[222],[223].

Le 23 novembre 2017, Rony Brauman, Éric Fassin, Lluis Sala Molins — parmi une quarantaine d'intellectuels — soutiennent que « l'affaire Tariq Ramadan relance violemment les campagnes menées contre les représentants de l’antiracisme » et que « ceux qui ont croisé ou débattu avec Tariq Ramadan : de Pascal Boniface à Edwy Plenel et Mediapart, d’Edgar Morin à Alain Gresh, du CCIF à François Burgat » subissent une « traque »[224].

Après la mise en examen de Tariq Ramadan

Stand de soutien à Tariq Ramadan lors de la 35e rencontre annuelle des musulmans de France, le 31 mars 2018.
Manifestation de soutien à Tariq Ramadan à Paris, le 11 mars 2018.

Sans prendre position sur la culpabilité ou non de Ramadan, Marwan Muhammad, directeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), s'interroge sur le caractère politique de cette affaire et estime que la présomption d'innocence n'est absolument pas exercée, tant sur le plan médiatique, politique que judiciaire. Il relève en outre des éléments qui sont selon lui « ne donne pas un caractère probant » aux déclarations d'Ayari et de Paule-Emma Aline. Il note les soupçons de collusion entre les accusatrices et Caroline Fourest, qui voue d'après lui depuis toujours une « haine viscérale » à Tariq Ramadan[225],[226]. Et, en février 2018, il déplore la détention de Tariq Ramadan, et évoque une « chasse au sorcières raciste », même si par ailleurs il apporte son soutien aux victimes de violences sexuelles[125].

Une tribune de soutien, publiée sur Mediapart le 21 février 2018, a été co-signée par plus d'une cinquantaine de personnalités, parmi lesquelles des intellectuels et des « militants contre l'islamophobie », dont Houria Bouteldja, Marwan Muhammad, Éric Hazan, Dominique Ziegler, Françoise Vergès, Didier Lestrade, Alain Gresh, François Burgat, John Esposito ou encore Richard Falk. Entendant intervenir « sur le fond éthique et politique », ils dénoncent un « traitement judiciaire d'exception ». Ils estiment que Tariq Ramadan « voit son droit à la présomption d’innocence massivement bafoué » et qu'il est « condamné avant même le démarrage de l’enquête judiciaire dans de nombreux médias et par des personnalités en guerre contre ses engagements religieux et politiques »[227],[228].

Le même jour, Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, deux responsables musulmans, recteurs l'un de la Grande mosquée de Lyon, l'autre à Villeurbanne, réclament la « libération immédiate » de Ramadan en raison de son état de santé, et estiment qu'il est « victime d'un lynchage médiatique »[229]. Selon Libération, depuis le début de l'affaire, les responsables musulmans s'étant exprimé publiquement sur le sort de Ramadan ont été rares[230], et la mobilisation est désormais « grandissante autour de son sort judiciaire ». Le journal cite de plus les soutiens de Amar Lasfar, président des Musulmans de France et recteur de mosquée à Lille, et de l’imam Ismail Abou Ibrahim, recteur de mosquée à Marseille[231].

L'agence de presse turque Anadolu compare l'affaire Ramadan à l'affaire Dreyfus. Elle estime qu'aujourd'hui en France un innocent, non plus juif mais cette fois musulman, « est persécuté pour des motifs politiques et racistes avec la complicité des médias français et de hauts fonctionnaires français »[232].

Dans son édition du 23 février 2018, Mediapart fait le point sur les organisations et personnalités musulmanes qui soutiennent Tariq Ramadan. Selon le journal, ses soutiens seraient à la fois divisés mais de plus en plus nombreux en raison de ses problèmes de santé et de ce qu'ils considèrent comme le « deux poids deux mesures » de la procédure judiciaire appliquée à son encontre. Mediapart signale la montée en puissance des pages Facebook de soutien, notamment FreeTariqRamadanCampaign et Résistance et Alternative, ainsi que deux pétitions demandant sa libération qui ont comptabilisé plus de 105 000 signatures entre le 7 et le 23 février 2018[225].

Le 24 février 2018, L'Express estime que les soutiens de Tariq Ramadan « s'organisent ». Une pétition pour sa libération affiche 110 000 signatures, et la page Facebook demandant sa libération compte 4 000 « j'aime »[233]. La famille de Tariq Ramadan ouvre le 22 février une cagnotte ; le 28 février, 107 000 euros ont été récoltés auprès de plus de 2 000 donateurs[234],[235],[236].

L’homme d’affaires Lotfi Bel Hadj soutient activement l’islamologue : « Tariq Ramadan est l’exemple type de quelqu’un qui a redonné de l’honneur aux musulmans, que cela plaise ou non ». Selon le journaliste du quotidien suisse Le Temps, avec Le Muslim Post, dont le rédacteur en chef est le fils de Lotfi Bel Hadj, ce dernier « dispose d’un précieux canal d’influence »[237].

Les soutiens de Tariq Ramadan ont lancé le 16 mars 2018 une nouvelle cagnotte en ligne afin de « renforcer et élargir l’équipe juridique »[238]. De façon concomitante à l’annonce par l’avocat de Tariq Ramadan que ce dernier ne conteste pas avoir eu une « relation » avec Mounia Rabbouj, une des plaignantes, la cagnotte est fermée le 19 avril à une hauteur de 85 053 euros[239] sans avoir atteint l’objectif initial de 150 000 euros[240].

Selon Libération, depuis les révélations sur la double vie de Tariq Ramadan et de ses « frasques extraconjugales », le cercle de ses soutiens s’est réduit se « limitant presque au périmètre familial »[241].

Dans une lettre ouverte publiée le 14 juin 2018, près de 100 personnalités et intellectuels internationaux, déclarant ne pas avoir à « juger de la culpabilité ou de l'innocence » de Tariq Ramadan et reconnaissant « pleinement les droits des plaignantes, à ce que leur cause soit entendue sans préjudice ou atteinte à leur honneur[242] », réclament une « procédure équitable ». Les signataires — parmi lesquels figurent, selon Libé, des « intellectuels de haute volée, réputés et reconnus dans leur discipline »[243] — « [rappellent] au pays qui a affirmé l'inaliénabilité des droits de l'homme et l'égalité l'importance du respect des principes qui garantissent l'intégrité de la justice française »[244]. Les personnalités, en majorité anglo-saxonnes[note 13] « s'inquiètent du traitement de l'affaire par la justice française, soupçonnée de discrimination[245] », « dénoncent les conditions de détention[246] » et s'interrogent sur la légalité des procédures[242]. Le HuffPost Maroc y voit une nouvelle démonstration de soutien dans laquelle il est demandé « […] au passage “l’application et le respect d’une justice égalitaire et impartiale”[247] ».

Avocats

Partie civile

Maîtres Grégoire Leclerc, Jonas Haddad et Francis Szpiner sont les avocats d'Henda Ayari[248]. François Baroin a rejoint début mars l'équipe de conseillers de maître Szpiner pour travailler à la défense d'Henda Ayari[249].

Maître Eric Morain est l'avocat de Paule-Emma Aline[250].

Mounia Rabbouj a les mêmes avocats que Henda Ayari, à savoir maîtres Grégoire Leclerc, Jonas Haddad et Francis Szpiner[251].

Maître Romain Jordan est l'avocat de la Suissesse connue sous le pseudonyme de « Brigitte »[52]. Robert Assaël le rejoint ensuite[252].

Défense

Yassine Bouzrou et son associée Julie Granier défendent dans un premier temps Tariq Ramadan[250]. Ensuite, Emmanuel Marsigny est codésigné comme défenseur mais Yassine Bouzrou adresse le 19 mars 2018 une lettre aux juges les informant qu’il cesse de défendre Tariq Ramadan[253].

D'après la Tribune de Genève, « pour le grand public, la défense de Tariq Ramadan » commence « réellement » le 15 mars 2018 lorsque son nouvel avocat Emmanuel Marsigny vient sur le plateau de l’émission C à vous[254],[255]. Il adopte un ton nettement plus offensif que celui de son confrère Yassine Bouzrou[256],[255],[257].

Dans le versant suisse de l’affaire Tariq Ramadan, à savoir la cinquième plainte déposée en février 2018 pour « viol avec cruauté », Marc Bonnant et Yaël Hayat assurent dans un premier temps la défense de Tariq Ramadan. Ils sont remplacés, en mai 2018, par Pierre de Preux et Guerric Canonica. Selon Yaël Hayat : « Rien dans les liens directs avec notre client ne laissait présager une telle évolution. Celle-ci fait suite à diverses interventions extérieures ». Pour la journaliste Fati Mansour, ce changement a pour origine l’influence de Lotfi Bel Hadj déjà initiateur de l’arrivée d’Emmanuel Marsigny[258].

Notes et références

Notes

  1. Dans ce contexte, le terme n'est pas utilisé dans son sens premier. Ici, il s'agit d'un terme fourre-tout et complotiste désignant à la fois Israël et ses prétendus alliés, avérés ou supposés.
  2. La seconde victime présumée décrit également une contrainte sexuelle avec objet, et affirme que Tariq Ramadan l'a traînée par les cheveux jusqu'à la salle de bain, puis l'a humiliée en lui urinant dessus dans la baignoire. Elle déclare avoir été séquestrée toute la nuit, mais avoir réussi à s'enfuir en début de matinée. À la suite de cette agression, la victime évoque « une dépression, la perte de son logement et une tentative de suicide par médicament »[18]
  3. Mounia Rabbouj est l'une des quatre femmes ayant porté plainte lors de l'affaire du Carlton de Lille", en 2011[34].
  4. En raison du lieu où se seraient déroulés les faits, « Le parquet de Rouen, où a été initialement déposée la plainte, s'est dessaisi au profit du parquet de Paris », sur leparisien.fr,
  5. F. Venner est une amie intime de Caroline Fourest, adversaire de Tariq Ramadan
  6. Se basant sur une théorie du complot, les amis de Tariq Ramadan auraient ainsi fait suivre « certaines personnes, afin de prouver leur implication dans l'affaire ». Interrogé sur l'usage de la cagnotte, Yamin Makri déclare lors d'une réunion : « Il y a des personnes dans et en dehors de la communauté musulmane qui sont impliquées, on le sait. Donc on est obligé de faire des enquêtes privées sur ces personnes-là et ça coûte de l'argent. On fait de la surveillance sur ces personnes. » [1]
  7. Selon le principe d'opportunité des poursuites, le ministère public a la faculté « lorsqu’une infraction pénale lui est dénoncée, de déclencher ou de ne pas déclencher l’action publique en fonction des particularités du cas d’espèce »[106].
  8. Maryam Ramadan, fille ainée de l'islamologue affirme que son père « Contrairement à ce que racontent les médias […] n'a jamais eu la nationalité égyptienne[112] ».
  9. « Dans un courrier adressé au procureur général de la cour d'appel de Paris, [les avocats] font valoir que "les investigations utiles à la manifestation de la vérité ne sont pas réalisées » et "les contacts de monsieur Ramadan avec ses proches et même ses avocats sont limités"[120],[121] »
  10. Une amie d'Henda Ayari ayant notamment affirmé aux enquêteurs qu'elle l'a rencontrée juste après sa nuit avec Tariq Ramadan et l'a trouvée normale, même joyeuse, ne se plaignant pas de violences sexuelles[131],[77].
  11. Stéphane Lathion est, en 2018, post-doctorant, « enseignant et co-fondateur et coordinateur du GRIS (Groupe de Recherche sur l’Islam en Suisse www.gris.info) associé à l’ORS (Observatoire des Religions en Suisse) de l’Université de Lausanne[190] ».
  12. D'après Europe 1, Henda Ayari « a décrit une chambre d’hôtel qui a été identifiée. Les enquêteurs s’y sont rendus et "l’agencement qui n’a pas changé depuis 2012, ne correspond pas", pointe Me Emmanuel Marisgny. »[2]
  13. Parmi les signataires se trouvent notamment : Ken Loach, Charles Taylor, John Esposito, Jørgen S. Nielsen (en) (qui est, selon l’expert des questions musulmanes Bernard Godard, le "pionnier et l’un des meilleurs spécialistes de l’islam européen"), Amina Wadud ou François Burgat[245].

Références

  1. a b et c Marine Turchi, « Violences sexuelles: le système Tariq Ramadan », sur mediapart.fr, (consulté le 16 novembre 2017)
  2. Henda Ayari (en collaboration avec Florence Bouquillat), J'ai choisi d'être libre, Flammarion, (ISBN 9782081389663, lire en ligne)
  3. a et b Cécile Deffontaines, « Henda Ayari, ex-salafiste française, porte plainte contre Tariq Ramadan pour viol », sur nouvelobs.com, .
  4. Driss Douad, « Tariq Ramadan accusé de viol par l'écrivaine Henda Ayari », sur h24info.ma, (consulté le 20 octobre 2017).
  5. a et b Le Monde avec AFP, « Accusé de viol, Tariq Ramadan va porter plainte contre Henda Ayari, militante féministe », sur lemonde.fr, (consulté le 22 octobre 2017).
  6. Étienne Jacob, « Accusé de viol et d'agression sexuelle, Tariq Ramadan visé par une enquête », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 octobre 2017).
  7. « Accusé d’abus sexuel, Tariq Ramadan dément et riposte », sur leparisien.fr, (consulté le 21 octobre 2017).
  8. « Viol et agression sexuelle: Henda Ayari, auteure de Rouen, dépose plainte contre Tariq Ramadan », sur actu.fr, (consulté le 8 mars 2018)
  9. Jean-Michel Décugis, « Affaire Tariq Ramadan : ce que la plaignante a raconté aux enquêteurs », sur Le Parisien, .
  10. a b et c Cécile Chambraud, « Plainte contre Tariq Ramadan : l’antisémitisme se déchaîne envers Henda Ayari », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  11. a et b Floriane Valdayron, « Accusation de viol contre Tariq Ramadan : derrière Henda Ayari, d'autres victimes ? », sur marianne.net, (consulté le 23 octobre 2017).
  12. a et b Marine Turchi, « Deux plaintes pour viol visent Tariq Ramadan », sur mediapart.fr, (consulté le 2 novembre 2017)
  13. Le Point, magazine, « Accusé de viol, Tariq Ramadan dément et porte plainte », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  14. « Affaire Ramadan : sur Internet, insultes et théorie du complot », leparisien.fr,‎ 2017-10-30cet10:36:36+01:00 (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  15. « Elle voulait absolument une relation intime », sur 20min.ch (consulté le 3 février 2018)
  16. « Affaire Ramadan : un témoin accusant Henda Ayari poursuivi pour viol, vols et faux », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)
  17. Marion Van Renterghem, « Tariq Ramadan : le récit de celle qui a fait basculer l’affaire », Vanity Fair,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2018)
  18. a b et c Jean-Michel Décugis, « Une deuxième femme accuse Tariq Ramadan de viol », sur leparisien.fr, (consulté le 27 octobre 2017).
  19. Raphaëlle Bacqué et Besma Lahouri, « Une deuxième plainte pour viol déposée contre Tariq Ramadan », sur lemonde.fr, .
  20. a et b « Tariq Ramadan visé par une nouvelle plainte pour viol « d'une violence inouïe » », sur Le Temps, .
  21. « Tariq Ramadan reconnaît avoir eu des relations sexuelles «consenties» », sur Le Figaro (consulté le 23 octobre 2018)
  22. a et b Tariq Ramadan accablé par ses SMS à «Christelle» Libération, 26 septembre 2018
  23. « Affaire Ramadan : de nouveaux SMS embarrassants », leparisien.fr,‎ 2018-02-06cet15:42:18+01:00 (lire en ligne, consulté le 7 février 2018)
  24. Le Point, magazine, « Tariq Ramadan reste en prison », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2018)
  25. Sarah Ghibaudo Affaire Tariq Ramadan: pour Christelle, "tout ce que j'ai dit est vérifié et vérifiable" France inter, 9 octobre 2018
  26. « Caroline Fourest verse des pièces au dossier Ramadan », sur tdg.ch, (consulté le 8 mars 2018)
  27. « "C'est l'idée de violer qui lui plaisait" : la deuxième victime de Tariq Ramadan nous raconte son supplice », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  28. a et b « "Tu finiras suicidée dans la Seine" : la deuxième victime de Tariq Ramadan revient sur 8 ans de terreur », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  29. « Affaire Ramadan: le témoignage glaçant d'une de ses victimes présumées (vidéo) », FranceSoir,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  30. « L'enquête qui accuse Tariq Ramadan », JDD (Europe 1),‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2018)
  31. Tariq Ramadan avoue avoir couché avec une Romande Le Matin, 8 juin 2018
  32. Sara Ghibaudo Tariq Ramadan : "C'est moi qui suis harcelé" France Inter, 7 juin 2018
  33. « «C’est moi qui suis harcelé» : ce qu’a dit Tariq Ramadan aux juges », leparisien.fr,‎ 2018-06-07cest20:50:35+02:00 (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  34. Raphaëlle Bacqué, « La défense de Tariq Ramadan embarrassée par ses soutiens », sur lemonde.fr, (consulté le 15 mars 2018)
  35. « Tariq Ramadan : que sait-on des plaintes visant l'islamologue? », Le JDD (Europe 1),‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018)
  36. « Exclu E1-"J’étais à sa merci": troisième plainte pour viols contre Tariq Ramadan », sur europe1.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  37. « Tariq Ramadan: la troisième plaignante entendue par la police judiciaire de Paris », sur www.rtl.fr, (consulté le 21 mars 2018)
  38. a et b Le JDD, « En fait, Tariq Ramadan n'a pas encore échappé à une troisième mise en examen », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2018)
  39. « Accusé de viol par une troisième femme, Tariq Ramadan n’est pas mis en examen », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2018)
  40. a b et c Lors de son audition devant les juges d'instruction, Tariq Ramadan a reconnu avoir eu des "relations extra-conjugales", comme le révèlent France Inter et Le Parisien. Les Inrocks, 8 juin 2018
  41. « Affaire Tariq Ramadan : la bataille se durcit entre maîtres Szpiner et Marsigny », sur Le Monde.fr (consulté le 10 juin 2018)
  42. Tariq Ramadan : l'avocat de la 3e plaignante dénonce une "manipulation"de la défense Europe1, 6 juin 2018
  43. a b et c « Tariq Ramadan : «Oui, il m’est arrivé d’avoir des relations extraconjugales» », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2018)
  44. « Affaire Tariq Ramadan: Une des plaignantes, Mounia Rabbouj, dite "Marie", sort à nouveau du silence », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 25 avril 2019)
  45. « Affaire Ramadan : celle par qui le scandale n'arrivera pas », sur GQ France, (consulté le 25 avril 2019)
  46. Bernadette Sauvaget et Frédéric Autran, « Tariq Ramadan également visé par une plainte aux Etats-Unis », sur liberation.fr, (consulté le 14 juin 2018)
  47. Cécile Deffontaines, « Quelles sont les trois plaintes pour viols qui visent Tariq Ramadan », sur nouvelobs.com, .
  48. a et b Tariq Ramadan également visé par une plainte aux États-Unis Libération, 8 mars 2018
  49. Tariq Ramadan visé par une quatrième plainte aux États-Unis L'Obs, 8 mars 2018
  50. Anne-Sophie Faivre Le Cadre, « Accusations de viols et d’agressions sexuelles : les multiples « affaires Tariq Ramadan » », sur lemonde.fr, (consulté le 14 juin 2018)
  51. La plaignante suisse entendue par la justice 20 minutes.ch, 28 juin 2018
  52. a et b « Une plainte pour viol déposé à Genève », sur www.tdg.ch,
  53. Me Jordan: «Le carburant de crédibilité de Tariq Ramadan est consumé» La Tribune de Genève, 19 avril 2018
  54. Marc Bonnant et Yaël Hayat ne sont plus les avocats de Tariq Ramadan RTS, 8 mai 2018
  55. « Tariq Ramadan mis en examen en Suisse pour viol et contraintes sexuelles », sur Libération.fr (consulté le 16 septembre 2018)
  56. Agence Reuters, « Tariq Ramadan visé par une enquête pour viol », sur mediapart.fr, (consulté le 25 octobre 2017).
  57. Le Figaro avec AFP, « Plainte des avocats de Ramadan pour subornation de témoin », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 novembre 2017)
  58. a b et c « La riposte judiciaire de Tariq Ramadan », leparisien.fr,‎ 2017-11-02cet18:53:25+01:00 (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017)
  59. « Accusé de viols, Tariq Ramadan porte plainte pour subornation de témoin », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017)
  60. « Affaire Tariq Ramadan: Accusée de collusion, Caroline Fourest porte plainte pour «dénonciation calomnieuse» », sur www.20minutes.fr (consulté le 22 février 2018)
  61. « Affaire Tariq Ramadan : accusée de collusion, Caroline Fourest porte plainte », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  62. a et b www.20minutes.ch, 20 Minutes, 20 Min, www.20min.ch, « Une accusatrice se plaint d'«un lavage de cerveau» », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2018)
  63. « Menacée sur les réseaux sociaux, la première accusatrice de Ramadan porte plainte », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2017)
  64. « Insultée et menacée, l’accusatrice de Tariq Ramadan porte plainte », leparisien.fr,‎ 2017-11-21cet22:12:32+01:00 (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2017)
  65. « Une victime de Tariq Ramadan est "à bout" après une nouvelle plainte », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  66. « Henda Ayari « n’en peut plus » et « commence à regretter d’avoir porté plainte » contre Tariq Ramadan », parismatch.be,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  67. a et b « "On va attendre qu'on se prenne un coup de couteau ?" : les 3 victimes de Ramadan nous racontent leur vie après la plainte », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)
  68. Anna Breteau, « "Marie", troisième victime présumée de Tariq Ramadan, a été agressée chez elle depuis sa plainte », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 3 avril 2018)
  69. Ian Hamel Tariq Ramadan sur le point d'être mis en examen en Suisse Le Point, 6 septembre 2018
  70. a b et c « Affaire Tariq Ramadan : la plaignante Henda Ayari auditionnée par les juges », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2018)
  71. « Accusation de viol : la défense de Tariq Ramadan exhume de troublants écrits », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2017)
  72. a et b « Affaire Ramadan : la défense de l'islamologue exhume de nouveaux messages d'Henda Ayari », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017)
  73. Le Point, magazine, « Accusations de viol : Tariq Ramadan organise sa défense », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2018)
  74. a et b marine Turchi, « La défense de Tariq Ramadan fragilisée par de nouveaux éléments », mediapart.fr, (consulté le 4 mars 2018)
  75. Bernadette Sauvaget, « Comment l'horaire d'un avion met à mal la défense de Tariq Ramadan », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 avril 2018)
  76. Tariq Ramadan, le témoignage qui invalide son alibi lyonnais Le Journal du dimanche, 24 mars 2018
  77. a b et c « Tariq Ramadan reconnaît avoir eu "une relation" avec l’une des plaignantes », sur www.europe1.fr (consulté le 19 avril 2018)
  78. Marc Leplongeon, François Malye, « Révélations sur l'affaire Tariq Ramadan », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  79. « Nouvelle défense de Ramadan, panique dans son camp », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  80. Bernadette Sauvaget, « Affaire Ramadan : l'onde de choc dans les milieux musulmans », liberation.fr, 19 avril 2018.
  81. « Tariq Ramadan échappe à une nouvelle mise en examen pour viols », sur Europe 1 (consulté le 5 juin 2018)
  82. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées FranceInfo29mai
  83. Affaire Tariq Ramadan : Henda Ayari dément une nouvelle révélation RTL, 17 mai 2018
  84. Tariq Ramadan avoue avoir couché avec une Romande 20minutes, 8 juin 2018
  85. Tariq Ramadan : « Ce sont les femmes qui viennent me chercher » Tribune de Genève, 7 juin 2018
  86. Tariq Ramadan: ce qu'il a dit aux juges HuffingtonPost, 7 juin 2018
  87. Tariq Ramadan se dit "harcelé" par les femmes L’Express, 7 juin 2018
  88. Tariq Ramadan reconnait désormais des relations sexuelles "consenties" avec les deux femmes qui l'accusaient de viol LCI, 22 octobre 2018
  89. Affaire Tariq Ramadan : 776 images pornographiques découvertes Journal du Dimanche, 2 décembre 2018
  90. a b et c Stéphane Sellami, « EXCLUSIF. Tariq Ramadan accusé de viol : la version d'Henda Ayari s'effondre », sur lepoint.fr,
  91. « Affaire Ramadan: un témoignage remis en cause », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  92. « Tariq Ramadan : sa première accusatrice était à un mariage à la date des faits qu'elle dénonce », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  93. a et b Affaire Tariq Ramadan : la version d’Henda Ayari remise en cause par les enquêteurs, Le Monde, 19 juillet 2018
  94. a et b « Tariq Ramadan/Henda Ayari : les dessous d'une confrontation tendue », sur Le Figaro (consulté le 20 juillet 2018)
  95. « Affaire Tariq Ramadan : la juge relève des incohérences dans la version de son accusatrice Henda Ayari », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  96. Affaire Tariq Ramadan : les mises en examen pour viols sont maintenues Le Parisien, 20 juillet 2018
  97. Accusations de viols contre Tariq Ramadan : la demande d’annulation des mises en examen rejetée Le Monde, 20 juillet 2018
  98. « Accusé de viol, Tariq Ramadan placé en garde à vue à Paris », sur h24info.ma,
  99. « Accusations de viols: Tariq Ramadan déféré en vue d'une mise en examen », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2018)
  100. a et b « Le parquet requiert la mise en examen et la détention de Tariq Ramadan, accusé de viols », sur www.europe1.fr (consulté le 2 février 2018)
  101. « Une cicatrice met à mal la défense Tariq Ramadan », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2018)
  102. « Accusations de viols : la cicatrice qui met en difficulté Tariq Ramadan », leparisien.fr,‎ 2018-02-01cet21:08:53+01:00 (lire en ligne, consulté le 2 février 2018)
  103. « Accusations de viols : le parquet requiert le placement en détention de Tariq Ramadan », leparisien.fr,‎ 2018-02-02cet14:06:03+01:00 (lire en ligne, consulté le 2 février 2018)
  104. a et b « Malgré la contre-attaque de ses avocats, Tariq Ramadan reste en prison », sur Le Monde.fr (consulté le 7 février 2018)
  105. « Tariq Ramadan: la détention provisoire maintenue », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2018)
  106. Professeur Jean-Paul Doucet, « Opportunité des poursuites », sur ledroitcriminel.fr
  107. « La justice requiert la placement en détention de Tariq Ramadan », sur lefigaro.fr,
  108. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/ariq-ramadan-mis-en-examen-pour-viol-et-viol-sur-personne-vulnerable_1981499.html
  109. « Tariq Ramadan mis en examen pour viols et incarcéré », sur www.europe1.fr (consulté le 2 février 2018)
  110. « Caméras, sionisme et Jeremstar... la défense complotiste des pro-Tariq Ramadan », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2018)
  111. Ian Hamel, « Comment Tariq Ramadan faisait taire ses victimes et les musulmans modérés », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2018)
  112. Bernadette Sauvaget, « Tariq Ramadan et ses aides de clan », sur liberation.fr, (consulté le 15 juillet 2018)
  113. a et b « La détention très surveillée de Tariq Ramadan à Fleury-Mérogis », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2018)
  114. a b c et d « Pourquoi Tariq Ramadan conteste son placement en détention », leparisien.fr,‎ 2018-02-12cet19:45:02+01:00 (lire en ligne, consulté le 13 février 2018)
  115. « L’alibi non vérifié de Tariq Ramadan », leparisien.fr,‎ 2018-02-05cet20:35:10+01:00 (lire en ligne, consulté le 6 février 2018)
  116. a b et c BFMTV, « Tariq Ramadan, accusé de viols, a fait appel de son placement en détention provisoire », sur BFMTV (consulté le 13 février 2018)
  117. « Détention de Tariq Ramadan: la justice demande une expertise médicale », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  118. a b et c « La cour d’appel maintient Tariq Ramadan en détention et ordonne une expertise médicale », leparisien.fr,‎ 2018-02-15cet16:03:37+01:00 (lire en ligne, consulté le 15 février 2018)
  119. « Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, est retourné en prison lundi soir », sur francebleu.fr,
  120. AFP, Le point, « Affaire Tariq Ramadan : vers un dépaysement de la procédure ? », sur lepoint.fr,
  121. « Accusation de viols: Les avocats de Tariq Ramadan demandent un «dépaysement» de la procédure », sur www.20minutes.fr (consulté le 22 février 2018)
  122. a et b « La justice décide de maintenir en détention provisoire Tariq Ramadan, poursuivi pour viols », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  123. « Tariq Ramadan maintenu en prison de peur qu'il ne "renouvelle les faits de viol" », sur rtl.fr, (consulté le 27 février 2018)
  124. a et b « Affaibli, Tariq Ramadan ira à la cour d’appel en ambulance », leparisien.fr,‎ 2018-02-14cet17:37:17+01:00 (lire en ligne, consulté le 15 février 2018)
  125. a b et c « Tariq Ramadan reste en cabane, ses soutiens sortent du bois », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2018)
  126. « Tariq Ramadan hospitalisé depuis vendredi soir », Al Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  127. « La santé de Tariq Ramadan «compatible» avec sa détention, selon l’expertise médicale », leparisien.fr,‎ 2018-02-19cet16:34:58+01:00 (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  128. « Affaire Tariq Ramadan: le juge ordonne une deuxième expertise médicale », sur leparisien.fr, (consulté le 28 février 2018)
  129. « Ramadan, poursuivi pour viols, de nouveau hospitalisé », sur fr.reuters.com, (consulté le 10 mars 2018)
  130. « Atteint de sclérose en plaques, Tariq Ramadan peut être soigné en prison selon une expertise », sur france24.com,
  131. « Affaire Tariq Ramadan : les juges d'instruction demandent l'expertise d'une robe d'une des plaignantes », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  132. « INFO RTL - Les arguments des avocats de Tariq Ramadan pour obtenir sa remise en liberté », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2018)
  133. « La demande de remise en liberté de Tariq Ramadan rejetée », sur lexpress.fr,
  134. Rejet de la demande de mise en liberté de Tariq Ramadan Le Monde, 8 mai 2018
  135. BFMTV, « Affaire Ramadan: la Brigade criminelle saisie », sur BFMTV (consulté le 17 mai 2018)
  136. « L'affaire Ramadan reprise par la Brigade criminelle », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2018)
  137. Tariq Ramadan reste en prison BFMTV, 22 mai 2018
  138. Tariq Ramadan : la justice rejette sa demande de remise en liberté Europe1, 31 juillet 2018
  139. Tariq Ramadan maintenu en détention provisoire, selon une source judiciaire Le Point, 9 août 2018
  140. Tariq Ramadan : des SMS compromettants à l’origine de sa remise en liberté refusée Le Parisien, 26 septembre 2018
  141. Yann Bouchez Tariq Ramadan admet avoir « menti » sur ses relations avec deux accusatrices Le Monde, 23 octobre 2018
  142. Les juges s'opposent à la demande de remise en liberté de Tariq Ramadan Le Figaro, 1 novembre 2018
  143. Le Point, magazine, « Tariq Ramadan sur le point de sortir de prison mais reste poursuivi pour viols », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2018)
  144. « Tariq Ramadan obtient sa remise en liberté sous réserve du paiement d'une caution de 300 000 euros », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2018)
  145. « Tariq Ramadan dépose plainte contre ses trois accusatrices françaises », sur RTL.fr (consulté le 27 février 2019)
  146. « Tariq Ramadan : la justice maintient les deux mises en examen pour viols », sur FIGARO, (consulté le 14 mars 2019)
  147. a et b « Le glaçant témoignage de quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan », sur valeursactuelles.com,
  148. Cécile Deffontaines Tariq Ramadan abusait de la confiance de ses élèves en exerçant une emprise L’Obs, 15 avril 2018
  149. « Ces nouvelles accusations qui accablent Tariq Ramadan », sur europe1.fr,
  150. a et b « À Genève, le professeur Tariq Ramadan séduisait ses élèves mineures », sur tdg.ch
  151. « Déjà visé par deux plaintes pour viols, Tariq Ramadan accusé d’avoir couché avec ses élèves mineures », sur 20minutes.fr,
  152. « «Alerté, j’avais mis en garde le professeur Tariq Ramadan» », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2017)
  153. «À Genève, le dossier ramadan est vide», sur lematin.ch, (consulté le 13 mars 2018)
  154. « Enquête administrative sur Tariq Ramadan peu probable à Genève », sur rts.ch, (consulté le 13 mars 2018)
  155. Christine Talos Nouveau cas de harcèlement au collège de Saussure Le Matin, 15 mars 2018
  156. Les noms des deux enquêteurs sur les années Ramadan à l’école genevoise sont connus Le Temps, 21 mars 2018
  157. L’enquête indépendante sur les abus à l’école a été rendue au Conseil d’État Tribune de Genève, 6 novembre 2018
  158. « Des manquements pointés du doigt dans l’affaire Ramadan à Genève », Radio Lac,‎ (lire en ligne)
  159. www 20minutes ch, 20 Minutes, 20 Min www.20min.ch, « Une sixième élève de Tariq Ramadan témoigne », sur 20 Minutes (consulté le 14 décembre 2018)
  160. a et b Gaël Vaillant Tariq Ramadan : "Dans la vraie vie, c'est un véritable barbare" envers les femmes JDD, 27 avril 2018
  161. Pauline Delassus, « Tariq Ramadan cherche une porte de sortie », sur parismatch.com, (consulté le 17 février 2018)
  162. a et b Tariq Ramadan a acheté le silence d'une victime belge Radio-télévision belge de la Communauté française, 4 avril 2018
  163. Ian Hamel, « Le récit de Majda Bernoussi, trompée par Tariq Ramadan », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  164. Accès payant Thierry Denoël et Marie-Cécile Royen, Mediapart, « Tariq Ramadan : le prix du silence en Belgique », sur levif.be, (consulté le 5 avril 2018).
  165. Marine Turchi, « Tariq Ramadan a acheté le silence d’une femme », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)
  166. « Tariq Ramadan a payé une femme pour qu'elle taise leur "relation" », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  167. Tariq Ramadan a acheté le silence d'une femme Le Figaro, 5 avril 2018
  168. « TÉMOIGNAGE EUROPE 1 - Une ex-compagne de Tariq Ramadan se confie : "On a vraiment affaire à un manipulateur" », sur www.europe1.fr (consulté le 27 avril 2018)
  169. a b et c Caroline Fourest, « La double vie de Tariq Ramadan », sur marianne.net, .
  170. « Une troisième victime présumée : “Tariq Ramadan a abusé de mes faiblesses” », .
  171. a b et c Bernadette Sauvaget, « Affaire Tariq Ramadan: entre révélations et silences embarrassés », sur Libération.fr, .
  172. « Face aux accusations, l’embarras des soutiens de Tariq Ramadan », sur liberation.fr (consulté le 30 octobre 2017).
  173. Visé par deux plaintes pour viols : qui est vraiment Tariq Ramadan ?.
  174. a et b Marine Turchi, « Accusé de viols, Tariq Ramadan est placé en garde à vue », sur mediapart.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  175. Ian Hamel, « Quand Tariq Ramadan demandait pardon à une de ses victimes », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  176. Marc Olivier Fogiel, Tariq Ramadan : "J'ai reçu des dizaines de témoignages de victimes", affirme la première plaignante, rtf.fr, 8 mars 2018.
  177. « Nouvelle plainte pour viol contre Tariq Ramadan : une violence à l'état pur », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  178. « Tariq Ramadan mis en examen pour viols : "Il exerce une véritable emprise sur ses proies" soutient Caroline Fourest », sur www.europe1.fr (consulté le 5 février 2018)
  179. Prisma Média, « L’animateur Frédéric Taddeï accusé de « complicité » avec Tariq Ramadan par Manuel Valls - Gala », Gala.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  180. http://www.lepoint.fr/politique/tariq-ramadan-manuel-valls-accuse-certains-medias-de-complicite-05-11-2017-2169972_20.php
  181. http://www.liberation.fr/france/2017/10/29/tariq-ramadan-silence-dans-les-rangs-musulmans_1606663
  182. « Affaire Tariq Ramadan : des féministes musulmanes en soutien aux plaignantes », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  183. Le Point, magazine, « Affaire Tariq Ramadan: la chute d'un guide voire d'un "gourou" », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  184. Collectif, « Affaire Tariq Ramadan : « Nous choisissons d’inverser la charge de la preuve et de croire la parole des femmes » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  185. « Tariq Ramadan, la chute d'un gourou », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  186. « Affaire Tariq Ramadan: la chute d'un guide voire d'un "gourou" », sur La Voix du Nord,
  187. « Affaire Tariq Ramadan : la chute d’un guide voire d’un "gourou" », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  188. « «Tariq Ramadan, c'est tout un mythe qui s'écroule», selon un spécialiste de l'islam », leparisien.fr,‎ 2018-02-03cet07:40:49+01:00 (lire en ligne, consulté le 5 février 2018)
  189. « Affaire Ramadan: Clémentine Autain «salue le courage de ces femmes» », Public Senat,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  190. Fiche « Lathion Stéphane », sur gsrl-cnrs.fr (consulté le 7 janvier 2018)
  191. Stéphane Lathion, « Tariq Ramadan: la solidarité au service du «séducteur»! », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2018)
  192. « Christophe Castaner pointe du doigt ceux qui ont régulièrement invité Tariq Ramadan », FranceSoir,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2018)
  193. USA: nouvelle plainte contre Tariq Ramadan Le Figaro, 9 mars 2018
  194. « "Soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée" : l'une des accusatrices de Tariq Ramadan se confie », Paris Match Belgique - Parismatch.be,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2017).
  195. « Plaintes contre Tariq Ramadan : ses avocats dénoncent un "déferlement médiatique" », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2017).
  196. « Les soutiens de Tariq Ramadan dénoncent un complot sioniste », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  197. Antoine Menusier, « Lotfi Bel Hadj, au cœur du dispositif de soutien à Tariq Ramadan », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 14 avril 2018)
  198. « Vidéo Exclusive: Tariq Ramadan s’exprime sur l’affaire », sur lemuslimpost.com, (consulté le 14 mars 2018)
  199. L'épouse de Tariq Ramadan crie au complot L'Essentiel, 26 avril 2018
  200. « L'épouse de Tariq Ramadan s'exprime à travers une video », sur rtbf.be, (consulté le 18 février 2018)
  201. https://www.lematin.ch/monde/europe/iman-ramadan-mari-ange/story/11137906
  202. La fille de Ramadan soutient son père « Je n’ai jamais observé chez lui la moindre violence » L’Obs, 22 mai 2018
  203. La fille de Tariq Ramadan: Il est un être humain comme nous tous La Libre Belgique, 22 mai 2018
  204. « La fille de Tariq Ramadan vient à son secours », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2018)
  205. « La défense de Tariq Ramadan contre-attaque », sur reuters.fr, (consulté le 15 mars 2018)
  206. « La défense de Tariq Ramadan passe à l'offensive », sur liberation.fr, (consulté le 15 mars 2018)
  207. a et b « Tariq Ramadan: "Il faut arrêter de véhiculer de fausses informations", dit son avocat », sur rtl.fr, (consulté le 15 mars 2018)
  208. « La défense de Tariq Ramadan contre-attaque », 24Heures, 24heures, VQH,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 16 mars 2018)
  209. « Tariq Ramadan "demande que sa cause soit entendue de manière équitable, loyale, sans a priori et sans parti pris", rapporte son avocat », sur francetvinfo.fr, 19 avri 2018
  210. « "Tariq Ramadan ne bénéfice pas d'un traitement équitable", dénonce son avocat », sur www.europe1.fr (consulté le 2 mai 2018)
  211. « Affaire Tariq Ramadan : le président du CFCM souhaite que la justice se prononce "rapidement" », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  212. « Les déçus de Tariq Ramadan », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2018)
  213. « «La pensée de Tariq Ramadan reste intacte», pour le président de Musulmans de France », sur AFP / Libération, (consulté le 31 mars 2018)
  214. Bernadette Sauvaget, « Affaire Ramadan : en Suisse et au Qatar, de gros revers pour le théologien », liberation.fr, 28 novembre 2018.
  215. Eric Albert, « Au Royaume-Uni, l’affaire Tariq Ramadan ne crée aucun émoi », sur lemonde.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
  216. Eric Albert, « Au Royaume-Uni, l’affaire Tariq Ramadan ne crée aucun émoi », sur lemonde.fr, (consulté le 31 octobre 2017).
  217. Raphaëlle Bacqué, « Tariq Ramadan mis en congé de l’université d’Oxford », sur lemonde.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
  218. AFP, « Tariq Ramadan mis en congé de l'université d'Oxford », sur lepoint.fr,
  219. Caroline Hayek, « Tariq Ramadan, le crépuscule d’une idole », lorientlejour.com, 3 novembre 2017.
  220. « Affaire Ramadan: non à la meute! », Bilan,‎ (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2017)
  221. « Tariq Ramadan avant pendant après, par Edgar Morin », sur mediapart.fr, (consulté le 10 novembre 2017)
  222. Affaire Tariq Ramadan: chaque camp a formé un comité de soutien, ArcInfo, 11 novembre 2017.
  223. Annabelle Bourquin, Celles qui accusent Tariq Ramadan seraient "frustrées", selon Nadia Karmous, Arcinfo, 9 novembre 2017.
  224. « Contre le lynchage médiatique et les calomnies visant les antiracistes », sur liberation.fr, (consulté le 29 mars 208)
  225. a et b Louise Fessard, « Parmi les musulmans, les appels à libérer Ramadan divisent », sur mediapart.fr, (consulté le 23 février 2018)
  226. « Ce que je sais de Tariq Ramadan par Marwan Muhammad », sur marwanmuhammad.com, (consulté le 18 février 2018)
  227. « Tariq Ramadan: pour une justice impartiale et égalitaire », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le 22 février 2018)
  228. « Mobilisation pour libérer Tariq Ramadan », sur letemps.ch, (consulté le 22 février 2018)
  229. « Des responsables musulmans réclament la libération de Tariq Ramadan », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  230. « Tariq Ramadan: des responsables musulmans réclament sa libération », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)
  231. « Tariq Ramadan: mobilisation grandissante autour de son sort judiciaire », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018)
  232. « L'affaire Tariq Ramadan: une nouvelle "Affaire Dreyfus" ? », sur aa.com.tr/fr/, (consulté le 22 février 2018)
  233. « Tariq Ramadan: une cagnotte pour payer ses frais de justice atteint des sommets », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  234. « Tariq Ramadan: une cagnotte en ligne pour payer ses frais de justice atteint 100.000€ », Al HuffPost Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018)
  235. « Cagnotte pour aider Tariq Ramadan : "Ça m'a fait un peu mal", confie une plaignante », sur www.europe1.fr (consulté le 26 mars 2018)
  236. « Tariq Ramadan: une cagnotte de soutien compte plus de 90000 euros », sur lepoint.fr, (consulté le 25 février 2018)
  237. Antoine Menusier Lotfi Bel Hadj, au cœur du dispositif de soutien à Tariq Ramadan Le Temps, 13 avril 2018
  238. Le Parisien avec AFP, « Une cagnotte pour libérer Tariq Ramadan atteint 26000 euros en deux jours », sur Le Parisien, (consulté le 19 mars 2018)
  239. Vincent Vantighem Tariq Ramadan menacé par une robe noire tachée de sperme 20minutes, 18 avril 2018
  240. Youna Rivallain Tariq Ramadan : l’aveu d’une « double vie » refroidit ses soutiens La Croix, 20 avril 2018
  241. Bernadette Sauvaget Tariq Ramadan et ses aides de clan Libération, 4 juin 2018
  242. a et b La rédaction (avec Belga), « Qui sont les trois Belges qui exigent une "procédure équitable" pour Tariq Ramadan? », sur lalibre.be, (consulté le 14 juin 2018).
  243. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées lib15/06
  244. « Un appel international pour une procédure équitable pour Tariq Ramadan », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le 15 juin 2018)
  245. a et b Bernadette Sauvaget, « Affaire Ramadan : une pétition internationale d'intellectuels réclame «une justice équitable» pour le théologien », sur liberation.fr, (consulté le 15 juin 2018)
  246. « Affaire Tariq Ramadan: Une pétition internationale d'une centaine d'intellectuels exigent la libération du théologien », sur 20minutes.fr,
  247. HuffPost Maroc, « Dans une lettre ouverte, 100 personnalités internationales exigent la libération de Tariq Ramadan », sur www.huffpostmaghreb.com, (consulté le 15 juin 2018)
  248. « Affaire Tariq Ramadan: Francis Szpiner sera l'un des avocats d'Henda Ayari », sur nouvelobs.com, (consulté le 28 février 2018)
  249. « Ramadan, poursuivi pour viols, de nouveau hospitalisé », sur fr.reuters.com, (consulté le 10 mars 2018)
  250. a et b « Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, change d'avocat », sur lexpress.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  251. « Une troisième plainte pour viols déposée contre Tariq Ramadan », sur lexpress.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  252. Ian Hamel Tariq Ramadan : la plaignante suisse raconte une « nuit d'horreur » Le Point, 17 septembre 2018
  253. Benoist Fechner et Claire Hache Tariq Ramadan, une défense à deux visages L’Express, 6 juillet 2018
  254. « L'avocat de Tariq Ramadan s'exprime », (consulté le 15 mars 2018)
  255. a et b « Offensive, la phase 2 de la défense de Tariq Ramadan a commencé », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018)
  256. « Un alibi de Tariq Ramadan s'effondre », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  257. « Incarcéré pour viols, Tariq Ramadan change d'avocat », FranceSoir,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018)
  258. La défense de Tariq Ramadan fait peau neuve à Genève Le Temps, 8 mai 2018

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :