Mirakl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mirakl
logo de Mirakl

Création 2012
Fondateurs Philippe Corrot, Adrien Nussenbaum
Forme juridique SAS
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Philippe Corrot, Adrien Nussembaum[1]
Activité Conseil en systèmes et logiciels informatiques

Ape : 6202A

Produits Internet, commerce électronique

Mirakl Marketplace Platform

Société mère Actarus (présidée par Philippe Corrot)
Effectif 350[2] (septembre 2020)
SIREN 530897990[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.mirakl.fr/

Mirakl est un éditeur de logiciel français créé en 2012.

Présentation[modifier | modifier le code]

Mirakl est une entreprise française, en activité depuis 2012. Entreprise spécialisée dans l'édition logicielle, elle organise sa croissance autour du développement d'une solution de commerce en ligne destinée aux distributeurs et aux acteurs du B2B[4],[5]. Elle est implantée à Paris, Londres, Boston, Singapour et l'Australie[2].

Son principal produit est Mirakl Marketplace Platform, plateforme délivrée en mode SaaS et qui permet à tout acteur de créer sa propre place de marché.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2005, Philippe Corrot et Adrien Nussenbaum cofondent Splitgames, un site de vente en ligne en Marketplace, où les membres peuvent vendre et s'échanger des jeux vidéo[6]. Il sera racheté en novembre 2008 par la Fnac. Philippe Corrot et Adrien Nussenbaum travaillent alors à développer l'activité Marketplace de l'enseigne et la dirige pendant trois ans. Ils créent Mirakl en 2012.[réf. souhaitée]

En , la société publie son premier baromètre sur les Marketplaces avec Sorgem et IBM[7]. 55 clients sont revendiqués dans 11 pays différents[8]. La même année, la société est reconnue comme l'un des leaders mondiaux des places de marché du commerce électronique, une position amplifiée par la suite[9],[10],[4],[11].

En 2019, Mirakl lance Mirakl Connect, une plateforme pour mettre en relation l'écosystème des marketplaces[12].

Levées de fonds[modifier | modifier le code]

  • Peu après sa création, l'entreprise lève 2,5 millions d'euros en 2012[9].
  • En 2015, 18 millions d'euros sont levés auprès des investisseurs historiques[13],[7],[8].
  • En février 2019, l'entreprise lève 62 millions d'euros auprès de sociétés de capital-développement[14] et intègre le Next40[15] pour les années suivantes[16].
  • En septembre 2020, une levée de fonds de 255 millions d'euros est annoncée ; la société devient ainsi la 10e licorne française avec une valorisation de 1,5 milliard dollars[2].
  • En septembre 2021, une nouvelle levée de fonds de 555 millions de dollars (472 millions d'euros) a lieu. La licorne vaut désormais 3,5 milliards de dollars[17].

Clients[modifier | modifier le code]

En septembre 2020, Mirakl compte plus de 250 clients dans 40 pays[18]. Son activité se répartit entre l'Europe (40%), l'Amérique du Nord (40%) et le reste du monde (20%)[2]. Elle facture à ses clients un pourcentage du chiffre d'affaires de leurs places de marché[2].

Stratégie de développement[modifier | modifier le code]

Les dirigeants estiment que les ventes BtoC sont très normées et ne nécessitent pas de développement important. En revanche, les ventes BtoB utilisent des méthodes différentes selon les entreprises concernées et doivent faire l'objet d'importants développements après 2020[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Executive team », sur Mirakl, the Marketplace Company (consulté le )
  2. a b c d e et f Philippe Bertrand, « En levant 300 millions de dollars, Mirakl devient la nouvelle licorne française », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. a et b Keren Lentschner, « Mirakl, pionnier des places de marché », Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  5. Camille Boulate, « Les Marketplace offrent les mêmes avantages que les centres commerciaux », Les Échos, (consulté le ).
  6. « Mirakl nomme Adrien Nussenbaum à la tête de son bureau à Boston », sur https://www.ecommercemag.fr/ (consulté le )
  7. a et b Xavier Biseul, « Mirakl, la Rolls des marketplaces », sur journaldunet.com, (consulté le )
  8. a et b Charlie Perreau, « E-commerce : Mirakl lève 20 millions de dollars », Alliancy, (consulté le )
  9. a et b Entreprendre, « Comment Mirakl, start-up française est devenue un leader mondial des marketplaces », (consulté le ).
  10. Kira Mitrofanoff, « Mirakl : la nouvelle étoile montante de la French Tech », Challenges, (consulté le ).
  11. Deborah Loye, « Mirakl, le leader mondial des places de marché, lève 62 millions », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  12. Nicolas Jaimes, « Mirakl lance Mirakl Connect pour mettre en relations les acteurs des marketplaces », sur www.journaldunet.com, (consulté le )
  13. Kira Mitrofanoff, « Mirakl : la nouvelle étoile montante de la French Tech », sur challenges.fr, (consulté le )
  14. Deborah Loye, « Mirakl, le leader mondial des places de marché, lève 62 millions », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  15. « Que font les startups du Next40, les fleurons de la French Tech ? », sur La Tribune (consulté le )
  16. « Next 40 et French Tech 120 : qui sont les nouveaux champions de la Tech tricolore », sur Les Echos, (consulté le )
  17. Philippe Bertrand, « Mirakl lève 555 millions et double sa valorisation en un an », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  18. Mirakl, « Mirakl Marks 111% GMV Growth at Mid-Year, Riding a Wave of Marketplace Momentum that Defies COVID Economic Slowdown », sur GlobeNewswire News Room, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]