Mignon (homonymie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Mignon qualifie une personne ou chose qui, dans son apparence menue, offre de la grâce et de la gentillesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Historiquement le terme Mignon qualifiait celui qui menait les Ménies (ou troupes armées des princes) soit un spadassin[1]. C'est à peine si le roi était en sûreté dans son Louvre et sa cour ressemblait à celle d'un petit prince d'Italie, entouré de complots et d'assassinats. Il lui fallait à son service, pour le protéger, des spadassins qu'on appela les mignons. Il a gardé ce sens en Anglais mais il s'écrit Minion sans G.

  • À la fin du XIIe siècle, « homme qui se prête à la lubricité d'un autre »[2]
  • En 1446, sous le règne de Charles VII, il désigne le jeune favori du roi : voir Mignon
  • Le terme figure dans Macbeth de Shakespeare, et d'autres écrits, orthographié minion et dérive du précédent
  • Au début du XVIe siècle, le nom mignon est réservé au fils préféré
  • Sous le règne d'Henri III, les calvinistes mènent campagne et qualifient les mignons du roi d'efféminés et de corrompus : le mot retrouve ainsi sa première occurrence, mais seulement dans ce cadre politique et propagandiste

Géographie[modifier | modifier le code]

Patronyme[modifier | modifier le code]

(Ordre chronologique)

Art[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Zoologie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Divers[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (Gautier, Fracasse, 1863, p. 218)
  2. cf. le Tristan de Béroul, édité et annoté par E. Muret, lignes 3635 et 3644.
  3. « Luca Penni ; Jean Mignon ; Léon Davent ; Raphaël ; Ecole de Fontainebleau ; Primatice ; Giorgio Vasari ; – Ad vivum », sur estampe.hypotheses.org (consulté le 21 mai 2019)
  4. Denis, Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Paris, Champ Vallon, 2005, ©1990, 747 p. (ISBN 2876734303, 9782876734302 et 2876730944, OCLC 300859659, lire en ligne), p. 101-103