Abel Mignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abel Mignon
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Fontainebleau, tombe d'Abel Mignon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
2021-03-05 17-11-49 - Fontainebleau - Cimetière.jpg
Vue de la sépulture.

Abel Mignon (1861-1936) est un artiste peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Justin Abel François Xavier Mignon est né à Bordeaux le .

Durant sa jeunesse bordelaise, composant des vers, il fréquente Léonce Burret, Charles Fuster, Lucien Schnegg[1].

Il est l'élève en peinture de Jean-Léon Gérôme et d'Alfred Loudet, et, pour la gravure, de Louis-Pierre Henriquel-Dupont. Il est admis aux Beaux-Arts de Paris en 1882, tente le prix de Rome et décroche en 1884 le premier second grand prix de gravure[2].

Ses débuts au Salon des artistes français datent de 1887, où il exposent des gravures sur bois d'après Édouard Toudouze[3]. Lauréat de l’Académie des beaux-arts à deux reprises (1903 et 1923), il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1908[4]. Entre 1909 et 1923, il reçoit des commandes de la Chalcographie du Louvre[5],[6].

En 1910, il se présente à la députation en Seine-et-Marne face à Jacques-Louis Dumesnil mais sans succès. Il se consacre à la peinture de paysages, inspirée de Fontainebleau où il réside en partie, puis revient à la gravure.

À partir de 1913, il grave des vignettes postales d'après des compositions de Joseph de La Nézière, destinées aux colonies d'Afrique, puis d'après Paul Albert Laurens ou Jules Chaplain, pour la France, à partir des années 1920[7]. Il exécute aussi des affiches destinées à des causes nationales (6e Emprunt national 1920). En 1927, il grave le poinçon du timbre Caisse d’amortissement, dit Le Travail, qui est le premier à utiliser la technique de la taille douce, d'après une composition d'Albert Turin[8]. Il travaille également à partir de 1927 pour la Poste tchécoslovaque, gravant des vignettes d'après Jaroslav Šetelík (1881-1955)[9].

Il eut entre autres comme élèves graveurs Bertrand Bonpunt et Georges Gorvel.

Marié, il a une fille, Yvonne Bouisset-Mignon (1891-1978) qui épousa le fils Firmin Bouisset, et qui fit également carrière dans la gravure.

Abel Mignon, graveur, portrait-médaillon par Charles Virion (Cimetière de Fontainebleau, 1936).

Il meurt le 30 janvier 1936 à Fontainebleau où il est enterré ; sa tombe comporte un portrait-médaillon en bronze exécuté par Charles Virion[10].

6e Emprunt national 1920, affiche lithographiée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Laroche, À travers le vieux Bordeaux. Récit et carnet de voyages, Ligaran, 2015, chapitre XXIV — extrait sur Google Livres.
  2. Base Cat'zArts, ENSBA.
  3. Fiche exposant SAF 1887, Base salons du musée d'Orsay.
  4. « Cote 19800035/308/41430 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  5. Archives des musées nationaux, Département Chalcographie, Archives nationales de France.
  6. « Série des Ports de France par Joseph Vernet », Ateliers d'art des musées nationaux.
  7. « Abel Mignon (1861-1936) graveur méconnu » par Monika Nowacka, in: Timbres magazine n° 160, octobre 2014.
  8. La fabrication des timbres-poste. Les procédés d’impression par Jean-François Brun and Monika Nowacka, in: Nouvelles de l'estampe, 239 | 2012 - « Estampe et correspondance », pp. 30-45.
  9. (de) « Jaroslav Šetelík (1881-1955) Abel Mignon (1861-1936): Národní muzeum (1929) », Tradice: Die Briefmarkengalerie tschechischer und slowakischer Graphik-Kunst.
  10. « Fontainebleau (77) : cimetière », visite par Philippe Landru, 29 août 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Couvé, Abel Mignon, graveur, tome 1, Société philatélique de Fontainebleau, 2005.
  • « Abel Mignon », in: Relais n° 100, revue de la Société des amis du musée de la Poste, décembre 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :