Dœuil-sur-le-Mignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dœuil-sur-le-Mignon
Image illustrative de l'article Dœuil-sur-le-Mignon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Saint-Jean-d'Angély
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Loulay
Maire
Mandat
Francis Laroche
2014-2020
Code postal 17330
Code commune 17139
Démographie
Gentilé Dœuillois
Population
municipale
346 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 54″ nord, 0° 32′ 36″ ouest
Altitude Min. 28 m – Max. 84 m
Superficie 19,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Dœuil-sur-le-Mignon

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Dœuil-sur-le-Mignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dœuil-sur-le-Mignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dœuil-sur-le-Mignon

Dœuil-sur-le-Mignon est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Dœuillois et les Dœuilloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Cette commune rurale est confinée dans les marges septentrionales de la Saintonge, province à laquelle elle a toujours appartenu.

Située dans le nord-ouest du canton de Saint-Jean-d'Angély, en limite de l'arrondissement de Rochefort, via le canton de Surgères, la commune jouxte, au nord, le département des Deux-Sèvres, en limite de l'arrondissement de Niort via le canton de Beauvoir-sur-Niort.

Le village est situé à 12 km de Loulay, mais les habitants de la commune se tournent davantage vers Surgères, autre chef-lieu de canton, bien mieux équipé en services et en commerces, et situé à 14 km au sud-ouest par la D 11.

Ils vont également à Niort, située à moins d'une trentaine de km au nord (28 km), et dont l'influence urbaine se fait ressentir dans ce coin retiré de la Saintonge.

Enfin, depuis 1981, la commune est traversée à l'est, par l'A10, dénommée l'Aquitaine et une aire de repos y a été aménagée. L' aire de repos de Dœuil-sur-le-Mignon est la première zone de service en bordure de l'A10 en entrant dans le nord du département de la Charente-Maritime.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dœuil-sur-le-Mignon[2]
Priaires
(Deux-Sèvres)
Thorigny-sur-le-Mignon
(Deux-Sèvres)
Prissé-la-Charrière
(Deux-Sèvres)
Marsais Dœuil-sur-le-Mignon[2] Belleville,
Saint-Étienne-la-Cigogne
(Deux-Sèvres)
Saint-Félix Migré Villeneuve-la-Comtesse

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Mignon, près de l'église.

C'est dans cette commune que se trouve le lieu de source du Mignon qui naît à l'est du village, près du hameau des Connillières, non loin du département des Deux-Sèvres.

La rivière, qui est le plus long affluent de rive gauche de la Sèvre niortaise, traverse ensuite la commune d'est en ouest après avoir arrosé le village de Dœuil-sur-le-Mignon, près de son église romane, mais elle n'a encore l'aspect que d'un modeste ruisseau qui, lors des grandes périodes de sécheresse estivale est toujours à sec.

Le Mignon s'écoule ensuite dans le département voisin des Deux-Sèvres dans la commune de Thorigny-sur-le-Mignon.

Végétation[modifier | modifier le code]

Au sud du village, une grande forêt de feuillus la sépare de la commune voisine de Migré, elle fit l'objet d'un défrichement intensif à l'époque médiévale où fut créé le petit village de la Ville-aux-Moines, au toponyme fort évocateur. Cette forêt est une relique de l'antique forêt d'Argenson qui, au début du Moyen Âge, s'étendait de la forêt de Benon à celle d'Aulnay et servait de frontière naturelle entre les anciennes provinces du Poitou et de la Saintonge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tumulus des Brandes : ce très long tumulus (130 m de long et 25 m de large, soit le plus long du département) situé au lieu-dit Les Brandes date d'une période indéterminée mais il existe dans la région de nombreux tumuli datés du Néolithique auxquels il pourrait être apparenté[3].
  • Église Notre-Dame de l'Assomption : édifice construit au douzième siècle, à clocher roman de forme carrée, à abside demi-circulaire. Inscrite à l'inventaire des monuments historiques[4].
  • Un moulin à eau, et un moulin à vent, au nord du village.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie, derrière le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Patrice Vigneron    
2014 en cours Francis Laroche    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 346 habitants, en augmentation de 3,9 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
760 708 794 831 875 887 920 912 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
939 880 909 912 912 913 739 705 670
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642 617 651 598 627 572 594 515 494
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
482 436 361 325 327 320 325 339 346
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 109-110
  4. « http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00104669 », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 29 avril 2017)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :