Jardin botanique de Meise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La serre Balat entourée par l'herbetum

Le Jardin botanique de Meise, anciennement Jardin botanique national de Belgique, situé à cheval sur les communes Meise et Wemmel, à une dizaine de kilomètres du centre de Bruxelles, est l'un des plus grands jardins de plantes dans le monde. Il a succédé au Jardin botanique de Bruxelles créé en 1826 dans la commune bruxelloise de Saint-Josse-ten-Noode. Il est installé dans un domaine d'une étendue de 92 hectares, depuis la désaffectation de son ancienne implantation laquelle abrite désormais le Centre culturel "le Botanique". Ce nouveau domaine est constitué du domaine du château de Bouchout et du domaine du château de Meise, aujourd'hui détruit dont ne subsiste que l’orangerie.

Historique[modifier | modifier le code]

Jardin botanique de la Société royale d'horticulture des Pays-Bas et de Belgique[modifier | modifier le code]

Le château de Bouchout (XIIe-XIXe siècle)

En 1796, la Belgique, sous domination française, est alors considérée comme un département français, chaque département étant tenu de créer un jardin botanique. En 1826, La Belgique est sous l'occupation des Hollandais, c'est la création de la société royale d'horticulture des Pays-Bas. Malheureusement les fortifications sont détruites et le jardin doit déménager. En 1839, Bruxelles est en pleine expansion et le jardin botanique se doit une nouvelle fois de déménager.

Jardin botanique de l'État à Bruxelles[modifier | modifier le code]

En 1870, quarante ans après l'indépendance de la Belgique, le jardin est racheté et c'est à ce moment que les collections de plantes augmentent.

Jardin botanique national de Belgique[modifier | modifier le code]

Le jardin actuel a été créé en 1958 après avoir quitté le centre de Bruxelles, l'ancien site est maintenant le Jardin botanique de Bruxelles. Le déménagement du Jardin botanique de Bruxelles vers Meise, dans l'ancien domaine de Bouchout de la princesse Charlotte de Belgique, est finalisé dans les années 1970[1].

Jardin botanique de Meise[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le palais des plantes.

Le Jardin botanique comporte deux départements de recherche, un herbier d'environ 3 millions de spécimens, accessibles aux chercheurs, une bibliothèque qui comprend 60 000 ouvrages de botanique et quelque 10 000 revues spécialisées ainsi que de vastes collections de plantes vivantes, comportant 18 000 espèces et variétés distinctes.

Structure métallique de la serre Balat

Les plantes tropicales et méditerranéennes, ainsi que toutes les espèces craignant le gel sont hébergées dans un complexe de serres, le Palais des Plantes. Treize grandes serres entourent vingt-deux serres de collection plus petites, formant ensemble un complexe vitré d'un hectare, dont la hauteur varie entre 8 et 16 mètres et dont la construction s’est achevée en 1958.

Le jardin a fait l'acquisition de deux Arum Titan (Amorphophallus titanus) en avril 2008 via un don du Jardin Botanique de Bonn. Les deux individus ont fleuri l'été 2008 (serre H du palais des plantes).

La serre Balat, conçue en 1854 par l’architecte Alphonse Balat qui dessinera ensuite les Serres royales de Laeken, d’abord érigée dans le parc Léopold de Bruxelles, puis déménagée au Jardin botanique de Bruxelles, a finalement été installée dans le Parc de Bouchout à Meise. À proximité de cette ancienne serre à Victoria[2] sont implantés différents jardins (herbetum et plantes médicinales) et diverses plantations d’arbres et arbustes (coniferetum).

Prix Emiel Van Rompaey pour la botanique[modifier | modifier le code]

Emiel Van Rompaey (1895-1975) fut un promoteur du renouveau de la recherche floristique en Belgique. Sa sœur Irma (+1982) a légué une somme destiné à la fondation de ce prix biennal, pour les travaux de floristique au sens large.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Liesse, « Double floraison de l'arum titan à Meise », sur L'Écho, (consulté le 12 avril 2017).
  2. Appelée ainsi car destinée à l'origine à abriter la Victoria amazonica, le nénuphar géant d'Amazonie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Bibliothèque nationale de Suède • Bibliothèque nationale d’Australie • WorldCat