Matsutake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Tricholoma matsutake

Tricholoma matsutake
Description de cette image, également commentée ci-après
Matsutake, ou champignon des pins.
Classification
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Ordre Agaricales
Famille Tricholomataceae
Genre Tricholoma

Espèce

Tricholoma matsutake
(Vittad.) Sacc.

Tricholoma matsutake = syn. T. nauseosum, communément appelé matsutake, ou champignon des pins (chinois : 鲍鱼菇 ; pinyin : bàoyúgū ; litt. « champignon ormier » ou chinois : 松菌 ; pinyin : sōngjūn ; litt. « microbe des pins », japonais : matsutake (松茸, マツタケ?)), est un champignon rare, savoureux, recherché pour sa chair blanche, fibreuse et parfumée, également consommé par les ours, les cerfs, les élans.

Localisation[modifier | modifier le code]

On le trouve dans la région autonome du Guangxi et la province du Yunan, au sud de la Chine. Il est également très prisé au Japon, où il poussait abondamment mais a souvent été surexploité. On le trouve également dans certaines régions froides telles la Scandinavie, la Jamésie (Québec, Canada), dans l'État de l'Oregon au nord-ouest des États-Unis, ainsi qu'au Maroc.

Fragilité de la ressource[modifier | modifier le code]

Ce champignon est une ressource fragile, très convoitée, qui pousse dans des milieux eux-mêmes fragiles. De véritables « campagnes de pillages » amènent parfois à la disparition pure et simple de la ressource mycologique dans lesdits milieux[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 2017.
  • Jörg-Daniel Hissen, Le Matsutake, un champignon en or, ZD (États-Unis, 2008, 43 min) Reportage portant sur les cueilleurs de matsutake dans l'Oregon, aux États-Unis.
  • Il est cueilli par Karma, personnage de Ansatsu-Kyoushitsu au chapitre 115.
  • L'image du « champignon de la fin du monde » est exploitée dans la pièce de théâtre Nickel, de Mathilde Delahaye.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anna Lowenhaupt Tsing, Le Champignon de la fin du monde, La Découverte (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

sur wikidata