Martial Merlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Martial Merlin
Description de cette image, également commentée ci-après
Martial Merlin en 1923
Nom de naissance Martial Henri Merlin
Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Administrateur colonial

Martial Merlin (1860-1935) est un ancien administrateur colonial, gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française (AOF) à plusieurs reprises, de Madagascar, de l'Afrique-Équatoriale française (AEF) et de l'Indochine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martial Merlin est né à Paris le . Après cinq années de service militaire, de 1880 à 1885, il entre dans l'administration coloniale le . Nommé au Bureau des Affaires politiques, il est promu directeur par le gouverneur du Sénégal, Henri Félix de Lamothe.

De 1901 à 1903 il est gouverneur en Guadeloupe.

À plusieurs reprises Gouverneur général par intérim en AOF, il joue un rôle déterminant dans l'arrestation et le deuxième exil, cette fois en Mauritanie, d'Ahmadou Bamba en 1903.

Voyage[1] du gouverneur Merlin au Yunnan en 1924

Également impliqué dans la valorisation de la colonie, il crée à Dakar en 1903 un jardin et une pépinière, connus sous le nom de Parc forestier et zoologique de Hann.

Succédant à Ernest Roume, Martial Merlin est nommé gouverneur général de l'AOF une première fois du au . À son départ, c'est William Merlaud-Ponty qui prend la relève. Lui-même devient gouverneur général de l'AEF du au

Du au il est gouverneur général à Madagascar.

Lorsque Joost van Vollenhoven quitte le poste à l'AOF le , l'intérim est assuré par Gabriel Louis Angoulvant et Charles Désiré Auguste Brunet, puis c'est Martial Merlin qui reprend ses fonctions à la tête de l'AOF du au . Jules Carde lui succède cette fois.

D'août 1923 à avril 1925, il est gouverneur de l'Indochine française.

Il meurt à Paris le

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. et Mme Merlin en chaises à porteurs escortés par la garde du maréchal chinois Tang-Kiao, 5 avril 1924 à Yunnanfou

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Académie des sciences d'outre-mer, Hommes et destins. Dictionnaire biographique d'outre-mer, Centre universitaire méditerranéen, 1995, p. 329 (ISBN 2900098017)
  • Oumar Ba (documents recueillis par), Ahmadou Bamba face aux autorités coloniales (1889-1927), 1982, 250 p.
  • Eugène Guernier, Eugène Léonard Guernier et Georges Froment-Guieysse, L'Encyclopédie coloniale et maritime, 1944, p. VIII
  • Lucien Bodard, Le fils du consul
  • David Robinson, Sociétés musulmanes et pouvoir colonial français au Sénégal et en Mauritanie, 1880-1920 : parcours d'accommodation (trad. de l'anglais par Henry Tourneux), Karthala, Paris, 2004, p. 122-123 (ISBN 2-8458-6485-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :