Jules Carde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carde.
Jules Carde
Description de cette image, également commentée ci-après

Jules Carde lors de la 7e conférence nord-africaine de Tunis

Nom de naissance Jules Gaston Henri Carde
Naissance
Batna (Algérie)
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Administrateur colonial
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur

Jules Gaston Henri Carde (1874-1949) est un administrateur colonial français, gouverneur général de l'AOF et de l'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Carde, à la gauche de Martial Merlin (Paris, 1923)

Né à Batna en Algérie le , Jules Carde poursuit ses études au lycée d'Alger. Il débute dans l'administration coloniale avec Gallieni à Madagascar où il reste pendant sept ans (jusqu'en 1907). Il est ensuite chef de cabinet du gouverneur de la Martinique, secrétaire général de la Côte d'Ivoire, chef de cabinet du gouverneur général de l'Afrique-Équatoriale française (AEF), lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo, secrétaire général du gouverneur de l'AOF, puis de 1919 à 1923 premier commissaire de la République au Cameroun, dont le statut change pendant cette période[1].

Succédant à Martial Merlin, Jules Carde est nommé gouverneur général de l'AOF le , un poste qu'il occupera jusqu'au . Peu après son installation, le il pose la première pierre de la Cathédrale du Souvenir africain à Dakar, en présence notamment de Blaise Diagne, alors député du Sénégal[2]. Carde s'attache tout particulièrement au développement économique, à la santé publique et à l'éducation. C'est sous son autorité que l'instruction publique est réorganisée en AOF, par le décret du . Jules Brévié est son successeur à la tête de l'AOF.

Le Carde est nommé gouverneur général (civil) de l’Algérie, fonction qu'il exerce jusqu'au .

Jules Carde meurt le . Il est inhumé au cimetière Alphonse Karr de Saint-Raphaël (Var)[3].

Il était officier de la Légion d'honneur.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Principales réformes réalisées et mesures adoptées, 1920, 75 p.
  • « La réorganisation de l'enseignement en Afrique occidentale française », Revue indigène, mai-juin 1924, n° 185-186, p. 111-129
  • Magasins généraux de la santé publique : notice n° 5, 1933
  • Instructions d'ordre général relatives au fonctionnement de l'assistance médicale : notice n° 3, 1933
  • L'Afrique Occidentale française, Vie Technique, Paris, 1926, 130 p.
  • Exposé de la situation générale de l'Algérie en 1934, Solal, 1935
  • « La colonisation indigène dans la vallée du Niger », Le Monde colonial illustré, Paris, 17e année, n° 189, mars 1939

Hommages[modifier | modifier le code]

L'École africaine de médecine et de pharmacie créée en 1916 à Dakar a d'abord porté son nom. Aujourd'hui sa mémoire est perpétuée notamment par le boulevard Carde à Abidjan, où se trouve le siège du Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Roger de Benoist, Église et pouvoir colonial au Soudan français : les relations entre les administrateurs et les missionnaires catholiques dans la Boucle du Niger, de 1885 à 1945, Karthala, 1987, p. 313
  2. G. G. Beslier, Le Sénégal, Payot, Paris, 1935, p. 215
  3. Tombes et sépultures [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alice A. Conklin, A mission to civilize: the republican idea of empire in France and West Africa, 1895-1930, Stanford University Press, Stanford (Calif.), 1997, 367 p. (ISBN 0-8047-4012-7)
  • Qui êtes-vous? Annuaire des contemporains : notices biographiques, Delagrave, ?, p. 146
  • Académie des sciences d'outre-mer, Hommes et destins. Dictionnaire biographique d'outre-mer, Centre universitaire méditerranéen, 1995 (ISBN 2900098017)
  • Émile A. Belime, La production du coton en Afrique Occidentale Française. Le programme Carde, Publications du Comité du Niger, Paris, 1925
  • Joseph Roger de Benoist, Église et pouvoir colonial au Soudan français : les relations entre les administrateurs et les missionnaires catholiques dans la Boucle du Niger, de 1885 à 1945, Karthala, 1987, 539 p. (ISBN 2865371697)
  • Robert Thillard, La Culture du tabac de Sumatra au Cameroun : Carde, Éd. Larose, 1921
  • Alassane Wélé, L’enseignement public au Sénégal entre les deux guerres, Dakar, Université de Dakar, 1981, 486 p. (Thèse de 3e cycle)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]