Marie de Heredia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie de Heredia
Description de cette image, également commentée ci-après
Marie de Heredia en 1889, photographie de Paul Nadar.
Nom de naissance Marie Louise Antoinette de Heredia
Alias
Gérard d'Houville
Naissance
Paris, Drapeau de France Française
Décès (à 87 ans)
Suresnes
Activité principale
Auteur
Genres

Marie de Heredia, qui signait ses œuvres Gérard d'Houville (elle a aussi écrit sous le pseudonyme de Gérardine[1]), Marie de Régnier de son nom d'épouse, est une romancière, poétesse et dramaturge française, née le à Paris 7e et morte le à Suresnes[2]. Elle est la deuxième des trois filles de José-Maria de Heredia, la benjamine étant Louise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Toute enfant, Marie de Heredia, Marie Louise Antoinette de Heredia de son nom complet, fréquente poètes et artistes : Leconte de Lisle, Anna de Noailles, Paul Valéry ou Pierre Louÿs sont accueillis chez son père. Elle écrit ses premiers vers à la Bibliothèque de l'Arsenal, dont son père est le directeur. Sa vie sentimentale et familiale est assez agitée, elle épouse le poète Henri de Régnier, puis devient la maîtresse de Pierre Louÿs, père probable de son fils, Pierre de Régnier (1898-1943), futur journaliste. Elle a par ailleurs d'autres amants, Edmond Jaloux et son ami Jean-Louis Vaudoyer, le poète Gabriele D'Annunzio exilé à Paris entre 1910 et 1914, le dramaturge Henri Bernstein[3]. On lui prête une relation saphique avec Georgie Raoul-Duval[4].

Son pseudonyme « Gérard d'Houville » vient du nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle. Sous ce nom de plume, elle reçoit en 1918 le 1er prix de littérature de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre (première femme à obtenir ce prix).

En 1894, elle contribue à créer une canacadémie, l'Académie canaque, parodie de l'Académie Française[5].

À partir de 1894, elle publie des poèmes dans la Revue des deux Mondes. Son premier roman, L'Inconstante, paraît en 1903.

Plusieurs peintres ont fait d'elle son portrait, parmi lesquels Jacques-Émile Blanche, Jean-Louis Forain. Pierre Louÿs en a fait un portrait décapant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Marie de Heredia posant pour son portrait dans l'atelier de Jacques-Émile Blanche.
  • L'Inconstante', 1903
  • Esclave, 1905
  • Le Temps d'aimer, 1908
  • Le Séducteur, 1914
  • Jeune Fille, 1916
  • Tant pis pour toi, 1921
  • Le Roman des quatre, 1923, écrit en collaboration avec Paul Bourget, Henri Duvernois et Pierre Benoit.
  • Le Chou, 1924
  • La Vie amoureuse de l'Impératrice Joséphine, 1924 ; réédition en 1933 sous le titre L'Impératrice Joséphine
  • L'Enfant, 1925
  • Clowns, 1925
  • Esclave amoureuse, 1927
  • La Vie amoureuse de la Belle Hélène, 1928
  • Le Charmant Rendez-vous, 1929
  • Les Rêves de Rikiki, 1930
  • Enfantines et Amoureuses, 1946

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Chez le magicien, 1926

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Proprette et Cochonnet, 1926
  • Victor Hugo raconté par l'image, 1930

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Vingt poèmes, 1925
  • Le Diadème de Flore, 1928
  • Les Poésies de Gérard d'Houville, 1930

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Aujourd'hui et demain, 1916
  • Il faut toujours compter sur l'imprévu, 1916
  • La nuit porte conseil, 1917
  • Le Chien chinois, 1920
  • Le Sylphe, 1922
  • L'heure exacte ou nul n'échappe à son destin, 1927
  • Il ne faut pas dire : Fontaine.., 1927
  • Je crois que je vous aime… : sept proverbes, 1927
  • Lettres à Henri Mondor : autour de Stéphane Mallarmé, 2011 (publication posthume)

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Billet à M. Alfred de Musset après la représentation de Fantasio, 1925
  • Falbalas et Fanfreluches : almanach des modes présentes, passées & futures pour 1925, 1925
  • Paris et les voyages, 1925
  • Opinions candides, 1926
  • Adieu à d'Annunzio, 1935
  • Au château de Bourdonné : le souvenir de José Maria de Hérédia, 1935
  • Spectacles - le jardin de Mme de Noailles, 1935
  • Introduction à Peau d'âme de Catherine Pozzi, 1935

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la BNQ
  2. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance n° 7/1658/1875 ; avec mention marginale du décès
  3. G. Prince, Guide du roman de langue française (1901-1950), p. 47, University Press of America, Lanham (Maryland), 2002 (ISBN 0761821961).
  4. Marie de Heredia
  5. https://scribium.com/laurence-abensur-hazan/a/marie-de-regnier-une-femme-en-poesie-a-la-belle-epoque/
  6. a, b et c « Gérard d’HOUVILLE », sur Académie française (consulté le 27 août 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Bona, Les Yeux noirs : les Vies extraordinaires des sœurs Heredia, Paris, J-C. Lattès, 1989
  • Robert Fleury (1921-2010), Marie de Régnier, Paris, Plon, 1990
  • Jean-Paul Goujon, Dossier secret : Pierre Louÿs-Marie de Régnier, Paris, Christian Bourgois, 2002
  • Robert Fleury, Marie de Régnier, l'inconstante, Paris, Omnibus, 2003
  • Marie de Laubier (dir.), Une muse de la Belle Époque : Marie de Régnier, Paris, BNF, 2004 (ISBN 271772270X)

Liens externes[modifier | modifier le code]