Abnousse Shalmani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abnousse Shalmani
Description de cette image, également commentée ci-après
Abnousse Shalmani en 2018.
Naissance (43 ans)
Téhéran (Iran)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Khomeiny, Sade et moi

Abnousse Shalmani, née à Téhéran le , est une journaliste, réalisatrice et écrivain[1] française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1985, Abnousse Shalmani et ses parents fuient le régime khoméiniste et se réfugient en France. Après des études d'histoire, elle s'oriente vers le journalisme. Elle réalise des courts métrages, participe à des émissions de télévision et à des débats sur la condition de la femme en Iran et le port du voile en France[2].

En 2014, elle publie, sous le titre Khomeyni, Sade et moi[3], un livre où elle évoque sa petite enfance sous la férule des femmes-corbeaux (les gardiennes de la morale, toutes de noir vêtues) du chef en noir et blanc (surnom qu'elle donne à Khomeini), et dit sa colère lorsqu'elle découvre en France des femmes enfoulardées, portant le voile islamique contre lequel elle luttait dans son pays qu'elle a dû fuir[4],[5],[6].

Dans les médias[modifier | modifier le code]

En 2017, dans un article-manifeste publié par l'hebdomadaire Marianne[7], et intitulé « Pourquoi je ne suis plus féministe », Abnousse Shalmani oppose aux féministes islamistes les grandes figures du féminisme historique, d'Olympe de Gouges à Coco Chanel, et déclare :

« Si les femmes avaient davantage de mémoire, il serait beaucoup moins aisé pour des idées traditionalistes et réactionnaires de prendre les habits de la liberté individuelle et faire passer le refus du voile […] pour de l'islamophobie. […] Parce que non, il n'y a rien de honteux, de répréhensible, de sale dans un corps de femme. Il n'y a rien dans ce corps qui justifie de lui imposer un code vestimentaire, […] de le recouvrir de pudeur tout en se réclamant de la liberté. »

En 2020, Le Figaro publie un entretien avec elle intitulé « Le nouvel antiracisme est un racisme déguisé en humanisme »[8], dans lequel elle déclare :

« Une image m’a particulièrement glacée lors de la manifestation de soutien à Adama Traoré : un policier français noir se fait harceler par la foule qui lui crie hargneusement : “Vendu! T’as pas honte ?” »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abnousse Shalmani, « J'ai toujours voulu être écrivain, pas écrivaine », sur Slate.fr, .
  2. Voir par exemple « Abnousse Shalmani : "Khomeiny, Sade et moi" », ou « La France, pays de l'égalité ? »| Abnousse Shalmani| TEDxParis, et plusieurs autres vidéos sur Youtube.
  3. Aux éditions Grasset.
  4. Aoulia Messoudi, « Dans Khomeiny, Sade et moi, Abnousse Shalmani dévoile l'Iran et sa sexualité », sur Unidivers.fr, 7 au 8 septembre 2014.
  5. Luc Le Vaillant, « Abnousse Shalmani: Khomeiny, Sade et elle », sur Libération, .
  6. Florence Bouchy, « Dévoilée par les Lumières », sur Le Monde, .
  7. Abnousse Shalmani, « Pourquoi je ne suis plus féministe », sur Marianne, .
  8. « Le nouvel antiracisme est un racisme déguisé en humanisme », Le Figaro du .

Liens externes[modifier | modifier le code]