Manuel González

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manuel González (homonymie), González et Flores.

Manuel González
Illustration.
Fonctions
Président de la République (intérim)

(3 ans, 11 mois et 29 jours)
Prédécesseur Porfirio Díaz
Successeur Porfirio Díaz
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Matamoros (Tamaulipas, Mexique)
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Chapingo (État de Mexico, Mexique)
Parti politique Libéral
Liste des présidents du Mexique

Manuel del Refugio González Flores, né le à Matamoros et mort le à Chapingo, est un officier de l'armée mexicaine, homme d'État, président du Mexique du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière militaire[modifier | modifier le code]

Manuel González est né dans le rancho d'El Moquete à Matamoros, dans l'État mexicain de Tamaulipas. Fils d'un agriculteur nommé Fernando, qui meurt en combattant lors de la guerre américano-mexicaine en 1847, il va à l'école primaire puis travaille comme aide dans le commerce de l'un de ses oncles avant d'être enrôlé dans la milice pour y combattre des brigands en 1851. En 1853, il est soldat dans le 1er bataillon de ligne et prend part à la campagne contre la révolution d'Ayutla entre 1854 et 1857, combattant avec le parti réactionnaire sous les ordres du chef de guérilla Cohos. Jusqu'en 1861, il participe à tous les engagements entre partisans libéraux et réactionnaires.

Lorsque les armées alliées de France, du Royaume-Uni et d'Espagne envahissent le Mexique en décembre 1861, il met son épée au service du dirigeant libéral, Benito Juárez. Il reçoit l'ordre de rejoindre le général Vidaurri près de la frontière nord ; mais en 1863, ce dernier se plaint auprès du ministre de la guerre du caractère hostile de Gonzalez, et demande qu'il soit rappelé. Après avoir accompagné le président Juárez dans sa fuite de Mexico jusqu'à San Luis Potosi, il retourne dans les montagnes d'Hidalgo qu'il tient jusqu'en 1865. Vers la fin de l'année, il traverse à marche forcée le centre des troupes françaises et impériales, rejoignant le général Escobedo, pour l'accompagner dans son avance vers le sud. Il est promu colonel en 1866, brigadier-général en 1867, et en juin il investit la capitale aux côtés d'Escobedo, Corona et Berriozabal. En 1869, il est nommé gouverneur du palais du gouvernement par Juarez, poste qu'il occupe pendant deux ans, il est alors arrêté pour complicité dans la disparition du palais d'une plaque en argent et or ayant appartenu à l'empereur Maximilien. Il profite de la révolution de 1871 pour s'échapper et rejoindre les troupes de Porfirio Diaz[1],[2].

Rebelle puis ministre de Diaz[modifier | modifier le code]

Il refuse ensuite de se soumettre au gouvernement de Lerdo de Tejada, et en janvier 1876, rejoint la troisième rébellion de Diaz, puis organise dans les États de l'Est des corps de cavalerie légère qu’harcèlent les forces gouvernementales. Le , pendant la bataille décisive de Lomas de Tecoac, entre Alatorre et Diaz, Gonzalez arrive à la tête de 3 000 cavaliers, et grâce à une vigoureuse attaque désorganise et déroute totalement les troupes d'Alatorre. Cette action est à la base du renversement du gouvernement Lerdo. En 1878, Diaz nomme Gonzalez ministre de la guerre. L'année suivante, il est nommé commandant en chef du district du Nord-ouest où il jugule bientôt tous les mouvements séditieux. De retour à Mexico? le Congrès le nomme général de division et lui accorde le titre de « Pacificateur de l'Occident » .

En juin 1880, il démissionne de son poste de ministre de la guerre parce que Diaz a annoncé sa candidature à la présidence. Déclaré élu le 25 septembre, il assure la présidence de l'exécutif dès le et nomme alors Diaz ministre des travaux publics. Son administration se distingue par une exécrable gestion financière qui se traduit par l'instauration d'énormes taxes sur l'importation de produits manufacturés, le doublement des droits de timbre et la chute de la devise en mettant en circulation une grande quantité de pièces en nickel, qui sont en grande partie vendues au rabais à des spéculateurs. Ceci aboutit même à une émeute en 1884, qui conduit à leur retrait et à leur rachat par le gouvernement.

La proposition de permettre au gouvernement l'utilisation d'environ 18 000 000 de livres de dépenses afin d'aménager la dette anglaise conduit à une nouvelle émeute en novembre 1884. La même année, la banque du Monte de Piedad est forcée de suspendre ses activités en raison des manœuvres d'une institution rivale, et parce que des rumeurs indiquent que le gouvernement désire remettre à la banque une demande d'emprunt obligataire, ce qui se révélera infondé. Gonzalez publie également un décret abolissant la liberté de la presse. Le 30 novembre 1884, il remet le gouvernement à son successeur le général Diaz, avec les caisses de l'État totalement vides. Il est ensuite gouverneur de l'État de Guanajuato, jusqu'à sa mort. Le , une résolution est présentée au Congrès contre l'ancien président pour appropriation de fonds publics et est transmise en novembre au grand jury du Congrès, qui ne donnera aucune suite. Manuel González meurt le dans sa propriété de Chapingo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 107
  2. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 100

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Lucas Alamán, Historia de México desde los primeros movimientos que prepararon su independencia en 1808 hasta la época presente, México D.F., Fondo de Cultura Económica,
  • (es) Carmen Blázquez Domínguez, Veracruz, una historia compartida, Gobierno del Estado de Veracruz, Instituto Veracruzano de Cultura, , 369 p. (ISBN 968-6173-60-9)
  • (es) Francisco Bulnes, La guerra de Independencia, México, Distrito Federal, 1910.,
  • (es) Carlos María de Bustamante, Cuadro histórico de la Revolución mexicana, México D.F., INEHRM, (réimpr. 1985)
  • (es) Luis Garfias Magana, Guerrilleros de México: Personajes famosos y sus hazanas, desde la Independencia hasta le Revolución mexicana, México D.F., Panorama, , 138 p.
  • Alexander Von Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris,
  • (es) Luis Pazos, Historia sinóptica de México de los Olmecas a Salinas, México D.F., Diana, , 165 p. (ISBN 968-13-2560-5)
  • (es) Guillermo Prieto, Memorias de mis tiempos, Editorial Pátria, (réimpr. 1906)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Julio Zárate, México a través de los siglos, vol. III : La guerra de independencia (1808 - 1821), México D.F., Cumbre, (réimpr. 1970)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Juan de Dios Arias, Enrique de Olavarría y Ferrari, México a través de los siglos, vol. IV : México independiente (1821 - 1855), México D.F., Cumbre, (réimpr. 1970)

Liens externes[modifier | modifier le code]