Melchor Múzquiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Melchor Múzquiz
Illustration.
Portrait de Melchor Múzquiz.
Fonctions
4e président de la République fédérale du Mexique

(4 mois et 10 jours)
Vice-président Vacant
Prédécesseur Anastasio Bustamante (président à vie)
Successeur Manuel Gómez Pedraza
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Coahuila (Mexique)
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Mexico (Mexique)
Parti politique Parti libéral
Conjoint Joaquina Bezares
Religion catholicisme

Melchor Múzquiz
Présidents des États-Unis mexicains

Melchor Múzquiz, né le dans l'État de Coahuila et mort le à Mexico, est un homme d'État et général mexicain. Commandant en chef de l'armée républicaine dite de libération, il renverse le dictateur Anastasio Bustamante en et rétablit la République fédérale. Il en devient alors le quatrième président de la République. Il démissionne quatre mois plus tard en après l'installation de Manuel Gómez Pedraza, élu en 1829 pour un mandat de 4 ans, et donc président légitime du Mexique. En 1835, Múzquiz participe à la chute du dictateur Santa Anna aux côtés du général Miguel Barragán, qui élabore une nouvelle constitution et met en place une république centraliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts du Mexique[modifier | modifier le code]

Múzquiz étudie au Colegio de San Ildefonso à Mexico. Alors qu'il est encore étudiant, il s'enrôle dans l'armée aux côtés des forces du général Ignacio López Rayón en 1810 à Coahuila pour lutter pour l'indépendance du Mexique vis-à-vis de l'Espagne. Il participe ainsi à de nombreuses batailles. En 1812, il est fait lieutenant. L'année suivante, il dirige l'infanterie pour la défense de Zacapu. En novembre 1816, devenu colonel, il est fait prisonnier au fort Monteblanco, près de Cordoue, Veracruz. Il est libéré sous une amnistie générale, même s'il refuse de donner sa parole au sujet qu'il ne se battrait plus contre le gouvernement de la Nouvelle-Espagne.

En 1821, après l'indépendance du Mexique, il soutient le Plan d'Iguala, qui abouti à l'avènement de Agustín de Iturbide en tant que premier empereur du Mexique. Cependant, en tant que député au Congrès, il n'approuve pas ce résultat car il reste fermement républicain. Lui et d'autres députés proposèrent qu'Iturbide soit déclaré traître. Lors de la rébellion contre l'empereur, il rejoint le Plan de Casa Mata, sans avoir la confiance des autres dirigeants rebelles, qui le considèrent comme un radical.

Sous la République[modifier | modifier le code]

Melchor Múzquiz, président du Mexique.

De 1823 à 1824, il est le chef politique suprême de la province de Mexico. Le 2 mars 1824, avec l'avènement de la République fédérale, le nouveau Congrès mexicain change son titre de gouverneur de l'État du Mexique. Il revint pour une seconde période en tant que gouverneur de l'État du 26 avril au 1er octobre 1830.

Il est également général d'une division sous la présidence de Guadalupe Victoria et commandant militaire de Puebla. À Puebla, avec le général Filisola, il se soulève contre le président Vicente Guerrero le 10 décembre 1828. Múzquiz ignore que ce soulèvement permet par la suite au général Anastasio Bustamante de prendre les pleins pouvoirs et de suspendre le régime fédéral républicain.

Président fédéral[modifier | modifier le code]

En 1832, opposé au gouvernement de Bustamante, il organise une rébellion et lève une nouvelle armée, l'armée républicaine dite de la libération, qui profite du départ de Bustamante de la capitale pour combattre ses partisans et rétablir la République. Après le triomphe de son armée, Múzquiz est désigné président fédéral de la République par le Congrès le 14 août 1832. Refusant de se maintenir plus longtemps au pouvoir tout en organisant une nouvelle échéance électorale, il démissionne le 24 décembre 1832 en travaille à l'installation du général Manuel Gómez Pedraza, président légitime du Mexique élu le 3 décembre 1828 pour un mandat de 4 ans, devant prendre fin le 1er avril 1833.

Après son départ du pouvoir, il continue à combattre les généraux Bustamante et Santa Anna et participe à la construction du régime républicain centraliste avec le général Miguel Barragán comme président de la République. Pressenti pour lui succéder, il refuse de briguer la présidence. Il meurt en décembre 1844, dans la pauvreté. Il est enterré avec tous les honneurs dans le cimetière de Santa Paula. Múzquiz est officiellement fait benemérito de la patria en grado heroico, un honneur décerné par le Congrès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Lucas Alamán, Historia de México desde los primeros movimientos que prepararon su independencia en 1808 hasta la época presente, México D.F., Fondo de Cultura Económica,
  • (es) Carmen Blázquez Domínguez, Veracruz, una historia compartida, Mexico, Gobierno del Estado de Veracruz, Instituto Veracruzano de Cultura, , 369 p. (ISBN 968-6173-60-9)
  • (es) Francisco Bulnes, La guerra de Independencia, México, Distrito Federal, 1910.,
  • (es) Carlos María de Bustamante, Cuadro histórico de la Revolución mexicana, México D.F., INEHRM, (réimpr. 1985)
  • (es) Luis Garfias Magana, Guerrilleros de México : Personajes famosos y sus hazanas, desde la Independencia hasta le Revolución mexicana, México D.F., Panorama, , 138 p.
  • Alexander Von Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris,
  • (es) Luis Pazos, Historia sinóptica de México : de los Olmecas a Salinas, México D.F., Diana, , 165 p. (ISBN 968-13-2560-5)
  • (es) Guillermo Prieto, Memorias de mis tiempos, Editorial Pátria, (réimpr. 1906)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Julio Zárate, México a través de los siglos, vol. III : La guerra de independencia (1808 - 1821), México D.F., Cumbre, (réimpr. 1970)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Juan de Dios Arias, Enrique de Olavarría y Ferrari, México a través de los siglos, vol. IV : México independiente (1821 - 1855), México D.F., Cumbre, (réimpr. 1970)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]