Manuel Abramowicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Manuel Abramowicz (né à Bruxelles en 1967) est un auteur d'essais politiques sur l'extrême droite et un journaliste indépendant engagé à gauche[1],[2]. Il coordonne également depuis 1997 RésistanceS, le « web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite[3] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Premiers engagements politiques[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse au milieu des années 1980, il milite au syndicat étudiant affilié à la Fédération générale du travail de Belgique, syndicat socialiste belge, puis est sympathisant des Jeunes Gardes Socialistes[4], mouvement de jeunesse du Parti ouvrier socialiste (POS), une organisation communiste trotskiste anti-stalinienne (plusieurs de ses militants se rendaient clandestinement dans des pays de l'ex-Bloc soviétique pour y apporter un soutien à des groupes de dissidents). Il a ensuite participé à la fondation de La Gauche Maintenant[4], du MRAX-Jeunes en 1987, de la branche belge de SOS Racisme en 1989[5], puis, dès sa fondation en mars 1994, de Gauches unies[4], un cartel politique réunissant des déçus du PS, du PC et du POS[6],[7]. Membre du PS en 1993, Manuel Abramowicz déclare n'avoir depuis lors plus aucune appartenance politique[8].

Création de RésistanceS[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, il dirige RésistanceS.be, le webzine de l'« Observatoire belge de l'extrême droite » et a participé à la constitution de la « Coordination antifasciste de Belgique ». L'association RésistanceS, qui diffuse un bulletin éponyme sur internet, a pris le statut d'asbl en 2002, se définissant alors comme un « Centre d'études et de formation pour l'action démocratique ». En 2005, cette asbl recevra le « Prix Condorcet-Aron pour la Démocratie » dans la catégorie « association ». L'année suivante, le livre de Manuel Abramowicz Guide des résistances à l'extrême droite, publié aux éditions Labor, obtient le prix dans la catégorie « meilleur livre francophone 2006 ». Ce prix est décerné par un jury indépendant à l'initiative du Centre de recherche et d'études politiques (CREP), un think tank qui consacre ses études à la réflexion sur la démocratie et à la « lutte contre l'extrême droite » et dont il est lui-même membre[9].

Parcours[modifier | modifier le code]

Après un passage à la RTBF, Manuel Abramowicz a ensuite été, en 1993, membre de l'équipe du cabinet de la ministre fédérale de l'Intégration sociale, Magda De Galan (PS). Il rejoindra les Éditions vie ouvrière (EVO), une maison d'éditions fondée par le Mouvement ouvrier chrétien (MOC), avant d'être engagé au Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR), un service public dépendant du gouvernement fédéral belge. Il y a été attaché de presse jusqu'à la fin 2008[10].

Il a participé à la réalisation de « documentaires pédagogiques », notamment, « Un jour ou l'autre, on pourrait tous être victime de l'extrême droite » et aux reportages de Jean-Claude Defossé (RTBF) sur le Front national belge et le Vlaams Belang. Il collabore à diverses publication comme Télémoustique, Le Journal des Juristes démocrates, L'Instant, Golias, Le Journal du Mardi, La Revue Nouvelle, etc.

En 2007, Manuel Abramowicz a participé à la réalisation d'un site consacré à la mémoire du journaliste « antifasciste » belge Hugo Gijsels[11]. Au même moment, il a lancé CheQuotidien, un blog pour étudier le « phénomène Che Guevara », notamment au niveau de la récupération par la publicité de l'image de l'ex-guérilleros emblématique[12].

En novembre 2008, il est l'un des signataires avec plusieurs personnalités belges d'un appel intitulé « Jetons le bébé avec l'eau du bain libéral[8] ».

Ayant repris ses études, il soutient avec succès, puis publie en 2004, un mémoire de fin d'études à l'Université catholique de Louvain sur la « gauche radicale[13] ».

Manuel Abramowicz est également enseignant à la Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine (HELB), dans les catégories sociale et économique[14]. Il y donne notamment des cours de communication de crise, sur les institutions nationales et internationales, les techniques d'édition et la presse écrite.

Plaintes et procès[modifier | modifier le code]

Suite à des articles et enquêtes, plusieurs plaintes ont été déposées contre Manuel Abramowicz. Notamment par un conseiller communal bruxellois du Vlaams Belang, Roland Pirard, et l'ex-député fédéral du Front national, Patrick Cocriamont. Après interrogatoire à la police, à la demande du Parquet de Bruxelles, ces plaintes contre Manuel Abramowicz ont été classées sans suite.

Suite à d'autres actions judiciaires contre lui ou contre RésistanceS.be, Manuel Abramowicz s'est retrouvé devant les tribunaux.

Procès Hubert Defourny (REF) / Abramowicz (RésistanceS.be) : gagné

En 1997, suite à la publication d'un livre collectif sur l''extrême droite en Europe, publié par les éditions Luc Pire, le président-fondateur du mouvement Référendum (REF), une dissidence du front wallon d'extrême droite AGIR, Hubert Defourny, dépose plainte contre Manuel Abramowicz, l'auteur du chapitre sur la Belgique de ce livre [15]. Un procès s'ouvre en première instance contre Manuel Abramowicz. Le tribunal déboute le plaignant (H. Defourny) [16]. Hubert Defourny interjette appel. Un nouveau procès à lieu en 1998. Une nouvelle fois Manuel Abramowicz le gagne : le dirigeant d'extrême droite est débouté de son action contre le journaliste antifasciste [17].

Procès Facebook / Georges-Pierre Tonnelier (FN) : semi-perdu

Suite à la plainte de Georges-Pierre Tonnelier, alors secrétaire-national du Front national (Belgique) et dirigeant de ce parti d'extrême droite depuis les années 1990 qui fut condamné pour racisme en 2006 avec le docteur Daniel Féret, président-fondateur du FN en Belgique[18], Manuel Abramowicz, avec Julien Maquestiau, le porte-parole de RésistanceS.be, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bruxelles par une ordonnance de la chambre du conseil du tribunal de première instance de juin 2012 pour cinq motifs d'inculpation, dont « port public de faux nom, faux et usage de faux informatique, ainsi que violation du respect de la vie privée et harcèlement »[19],[20]. Cette ordonnance a été confirmée par un arrêt de la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles au mois de mars 2013[21],[22] malgré l'appel des inculpés[23] et le fait que le parquet de Bruxelles ait à deux reprises demandé le non lieu car il estimait « que ni Manuel Abramowicz ni Julien Maquestiau n’avaient commis d’infractions en prenant un profil imaginaire sur Facebook pour y mener une enquête journalistique d’investigation sur l’utilisation par l’extrême droite des réseaux sociaux numériques » [24]. Les prévenus se sont pourvus en cassation contre cette décision[25] mais la Cour de cassation a rejeté celui-ci[26]. Néanmoins, inculpé au départ de cinq motifs d'inculpation, Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau ne se sont plus que retrouvés renvoyés pour deux motifs d'infraction.

Les faits reprochés sont liés à la création et la mise en ligne, dans le cadre d'une enquête journalistique "undercover" sur Facebook, d'un profil néonazi, avec une photo et une identité imaginaire, entre le 22 juin et le 4 juillet 2009[27]. Le plaignant, Georges-Pierre Tonnelier avait pris l'initiative du premier contact avec le profil imaginaire et, au cours des discussions, avait révélé spontanément les fonctions, notamment secrétaire-national et webmaster de son site Internet, qu'il occupait toujours au sein du Front National[28].

Le 1er octobre 2013, La Libre Belgique publie un appel signé par de nombreuses personnalités, dont notamment le journaliste d'investigation allemand Günter Wallraff, en soutien aux deux inculpés. L'appel souligne que la procédure judiciaire en cours pourrait menacer la liberté de la presse et ses signataires expliquent « que Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau ont scrupuleusement respecté la déontologie journalistique en matière de journalisme d’investigation, d’immersion et d’"undercover" »[24].

Par son jugement rendu le 20 mai 2014, la 61e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles a reconnu Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau coupables de port public de faux nom. Toutefois, en raison de l'absence d’antécédents judiciaires des prévenus, il leur a accordé le bénéfice de la suspension simple du prononcé pour une durée de 5 ans.

Le tribunal a par ailleurs considéré que l'infraction à la loi sur la protection de la vie privée n'était pas établie et a donc acquitté Manuel Abramowicz et Julien Maquestau de cette prévention[29].

Procès Abramowicz (RésistanceS.be) / Levaux (ex-FN) : gagné

Le 8 janvier 2012, Manuel Abramowicz publie un article sur le site de RésistanceS.be, au sujet de la tuerie commise sur la place Saint-Lambert de de Liège, le 13 décembre 2011. Son article évoquait les liens antérieurs possibles de Nordine Amrani, l'auteur de la tuerie, avec des membres de l'extrême droite, précisant que ceux-ci étaient étrangers à la tuerie. S'estimant reconnu dans cet article, sans être nommément cité, Me Marc Levaux, un ancien dirigeant du Front nouveau de Belgique et du FN belge, proche du mouvement Référendum (REF) d'Hubert Defourny, réclamait dans un premier temps 25.000 euros de dommages et intérêts à Manuel Abramowicz. En première instance, le 22 janvier 2013, le tribunal de Bruxelles a jugé que le journaliste de RésistanceS.be n'avait commis aucune faute. Me Levaux interjeta cependant appel. Le 14 avril 2015, un nouveau procès s'ouvrit devant la cour d'appel de Bruxelles. Dans son arrêt rendu le 23 juin 2015, la cour d'appel a reconnu que l'article diffusé par RésistanceS.be visait « comme souligné par M. Abramowicz, à attirer l'attention sur les liens entre M. Amrani et le milieu d'extrême droite et ce, afin de rétablir une certaine vérité face aux dérives racistes exploitant l'origine arabo-musulmane du tueur de Liège, en complétant les révélations antérieures des articles parus dans la grande presse relativement aux milieux d'extrême droite évoqués dans ces révélations ». « Aucun manquement ne peut être retenu dans le chef de M. Abramowicz », conclut l'arrêt [30].

Le Tribunal de première instance avait délaissé chaque partie à ses dépens, pour sa part la Cour d’appel a condamné M. Marc Levaux à 2.700 € d’indemnité de procédure[31].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Extrême droite et antisémitisme en Belgique de 1945 à nos jours, éditions EVO, Bruxelles, 1993 ;
  • Les Rats noirs. L'extrême droite en Belgique francophone, éditions Luc Pire, Bruxelles, 1996 ;
  • La Représentation électorale des partis d'extrême droite (avec Wim Haelsterman), CRISP, 1997 ;
  • Nakam (roman, avec Pierre Guyaut-Genon, journaliste RTBF), Ancre rouge, 1998 ;
  • Guide des résistances à l'extrême droite, préfacé par Xavier Mabille, éditions Labor, 2005 ;
  • Presse communiste, presse radicale, 1919-2000 : passé, présent, avenir (coauteur), sous la direction de José Gotovitch et d'Anne Morelli, éditions Aden, Bruxelles, 2007 ;
  • La Belgique sauvage - Les gauches radicales en Belgique francophone de 1945 à nos jours (coauteur), Éditions au Bord de l'eau, 2009, Lormont [2] ;
  • Rebelles et subversifs de nos régions - Des Gaulois jusqu'à nos jours (coauteur), sous la direction d'Anne Morelli, Éditions Couleurs livre, Charleroi, 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. José Gotovitch et Anne Morelli, Presse communiste, presse radicale, 1919-2000 : passé, présent, avenir, éd. Aden, 2007
  2. Brèves Belgique : Entre nous, Le Soir, 28 avril 2001
  3. RésistanceS.be
  4. a, b et c Portrait de Manuel Abramowicz, dans le no 0-bis de la revue RésistanceS (juillet-août 1997), p. 4
  5. « Pourquoi ce blog ? », blog de Manuel Abramowicz, 18 janvier 2009.
  6. Pascal Delwit, Jean-Michel de Waele, Les partis politiques en Belgique, Bruxelles, ULB, coll. « Institut de Sociologie »,‎ (ISBN 978-2-8004-1152-1, LCCN 97182234), p. 227-229
  7. Guy Hermet, Les partis politiques en Europe de l'Ouest, Paris, Economica,‎ , 519 p. (ISBN 978-2-7178-3530-4, LCCN 99510944), p. 92
  8. a et b « La Gauche : “Jeter le bébé avec l'eau du bain libéral” », RTL-info, 02/11/2008, article en ligne
  9. http://crep.be/conseilscientifique.php
  10. Frédéric Loore, Jean-Yves Tistaert, Belgique en sous-sol, Bruxelles, Lannoo Uitgeverij,‎ , poche, 164 p. (ISBN 978-2-87386-514-6, LCCN 2008456718), p. 164
  11. Site en ligne
  12. Site en ligne
  13. La Gauche radicale en Belgique francophone – Impact électoral, social et politique (1965-2004), Louvain, 2004.
  14. Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine (HELB)
  15. "H. Defourny demande la saisie du livre 'Les extrémismes en Europe' ", Vincent Verhaeren, article du quotidien La Wallonie du 20 juin 1997.
  16. "Hubert Defourny persiste et signe", Jean-Pierre De Staercke, article in La Wallonie du 25 février 1998.
  17. "Hubert Defourny débouté en appel", A.H, article in La Libre Belgique des 28 et 29 mars 1998.
  18. « Daniel Féret condamné pour racisme : confirmation de la Cour de Cassation » : communiqué de presse du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (organisme fédéral public belge de lutte contres les discriminations), du 4 octobre 2006 [1]
  19. RésistanceS en correctionnelle, Le Soir,
  20. « RésistanceS en correctionnelle » : précisions Le Soir,
  21. Manuel Abramovicz renvoyé en correctionnelle Le Vif/L'Express,
  22. Manuel Abramowicz en correctionnelle La Libre Belgique,
  23. Faux profil sur Facebook : RésistanceS.be renvoyé en correctionnelle fait appel, RTBF,
  24. a et b Pourquoi soutenir M. Abramowicz et J. Maquestiau ?, La libre Belgique en ligne, 1er octobre 2013
  25. RésistanceS.be introduit un recours en cassation contre l'arrêt "Facebook" RTBF,
  26. Cass. (2e ch.), 25 septembre 2013,
  27. Diable qu’il est drôle de traquer le diable Le Soir,
  28. Tonnelier dévoile son appartenance politique sur Facebook, RésistanceS.be
  29. Suspension du prononcé pour les deux journalistes de l'asbl RésistanceS Le Vif,
  30. Dépêche de l'agence de presse Belga, diffusée le 25 juin 2015 sur le site 7SUR7 : La plainte d'un ex-dirigeant du FN contre un journaliste jugée non fondée en appel
  31. "Judiciaire : Me. Levaux perd contre RésistanceS.be", article dans La Libre Belgique du 26 juin 2015, page 11 et communiqué de presse de RésistanceS.be, du 25 juin 2015, repris sur le site du Centre d'action laïque du Brabant wallon http://www.laicitebrabantwallon.be/actualites/la-justice-donne-raison-un-journaliste-contre-un-ex-dirigeant-du-front-national