Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le MRAX est l'acronyme de Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie, association belge. Succédant au Mouvement de lutte contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (MRAP) en 1966 elle est devenue une association sans but lucratif le .

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après la deuxième guerre mondiale, en 1950, un groupe d'anciens résistants crée l'Union des Juifs contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Ce collectif fait état de la situation des Juifs en Belgique à travers un périodique français Droit et Liberté.

Très vite, le groupe se nommera MRAP, Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Leur lutte prendra aussi de plus en plus d'ampleur en organisant des conférences-débats, en mettant en place une permanence sociale...

Le MRAP fut un acteur important lors de l'importation de la main d'œuvre venant de l'Italie, l'Espagne, la Grèce... En effet, les travailleurs venant des pays du bassin méditerranéen travaillaient dans des conditions dangereuses, déplorables et inhumaines. Le MRAP lutta pour leur obtenir les droits les plus élémentaires mais aussi de travailler la question de l'accueil et l'insertion et de prévenir la xénophobie chez le peuple belge.

En 1966, le mouvement intègre la notion de "xénophobie" dans son objet social ainsi que dans son nom et devient ainsi le MRAX.

En octobre 1975, le MRAX devient une A.S.B.L. sous la présidence d'Yvonne Jospa.

Crise[modifier | modifier le code]

Les mutations du Mrax au cours des années 2000, la personnalité de son président, Radouane Bouhlal, et l'orientation que ce dernier donne à l'association engendrent de profonds malaises au sein de l'institution[1], de laquelle départs, mouvement sociaux et licenciements se multiplient[2], autant qu'à l'extérieur dont proviennent de vives critiques, notamment d'une communautarisation[3], tant des milieux politiques que des milieux associatifs[4]. Radouane Bouhlal est accusé d'autoritarisme et de gestion opaque[5],[6],[7]. Le MRAX est accusé de ne plus lutter contre l'antisémitisme[8] et de se consacrer uniquement à la lutte contre l'islamophobie[9],[10]. En 2009, Nordine Saïdi est exclu du MRAX pour avoir publié des textes antisémites[11]. En octobre 2009, le pouvoir subsidiant, la Communauté française, diligente une enquête administrative approfondie concernant l'association, à la suite de plaintes de membre du personnel[12]. En 2009 également, le sénateur Alain Destexhe accuse le Mrax de racisme et le qualifie de "communautariste". Il demande l'arrêt du financement public de l'association[13]. En 2011, le personnel du MRAX fait grève pour demander la démission du directeur du MRAX, Radouane Bouhlal[14]. En 2012, Gisèle Mandaila, une ancienne administratrice du MRAX dépose une plainte pour racisme à l'encontre de Radouane Bouhlal[15].  

Radouane Bouhlal s'est notamment fait connaître pour ses déclarations controversées, comme l'emploi d'expressions telles que « privilège blanc », « clique d'universitaires blancs » et même « visages pâles »[16],[17]. Il a considéré que la Belgique est « un pays structurellement raciste »[10]. Il est finalement licencié en 2012 en raison de graves tensions avec le personnel qui l'accuse de mauvaise gestion. Un membre du personnel, Malamine Fadiaba l'aurait même physiquement agressé[18].

Restructuration[modifier | modifier le code]

À la suite de la crise, le MRAX s'appuie sur un élargissement continu de son conseil d'administration, ouvert en particulier aux administrateurs engagés dans d'autres associations. Edouard Delruelle affirme que « le MRAX première mouture est mort de [la crise de 2012], même s’il reprend vie aujourd’hui sous la houlette de Carlos Crespo »[19].

À la suite de ce renouveau dans sa structure dirigeante, le MRAX a pu alors récupérer ses postes ACS "gelés" par Actiris lors de la crise (supra.) ainsi que de nouveaux outils d'action (Cohésion sociale, FIPI, PCI, FSE...). Le MRAX redéploie alors ses activités[20].

Objet social[modifier | modifier le code]

"L'association a pour but la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie. Elle appelle à l'union et à l'action tous ceux qui entendent s'opposer aux discriminations, aux haines, aux préjugés fondés sur la race, la langue, l'origine ou la confession ou l'appartenance philosophique et faire triompher l'amitié et la paix entre les peuples, l'égalité et la fraternité entre les hommes" ( 1975) [21],[22]

Missions[modifier | modifier le code]

« L’association a pour but la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Elle appelle à l’union et à l’action tous ceux qui entendent s’opposer aux discriminations, aux haines, aux préjugés fondés sur une prétendue race, la nationalité, la langue, la culture, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la confession ou les convictions philosophiques. Elle veut faire triompher l’amitié et la paix entre les peuples et promouvoir l’égalité et la fraternité entre les êtres humains. Elle vise la défense de la mémoire des victimes de persécutions racistes, commises notamment sous le nazisme »[23].

La première présidente du Mrax, Yvonne Jospa, résistante et fondatrice avec son mari Hertz Jospa du Comité de Défense des Juifs en 1942, expliquait que les priorités du MRAX étaient de « lutter contre toute forme d’exclusion. Et le faire en veillant toujours à analyser la situation et à comprendre le pourquoi des choses »[24].

Structure[modifier | modifier le code]

Le MRAX est notamment subventionné par le gouvernement fédéral belge - au travers des Assises de l’Interculturalité-, par la Communauté française de Belgique, la Cocof et Actiris.

Les services du MRAX [25]

Le MRAX met à disposition deux services de première ligne

  • Un service juridique qui accueille les plaintes des victimes ou témoins d'actes et dérives racistes en leurs accordant un appui juridique. Il y a des permanences mais il est possible également de recevoir sur rendez-vous.
  • Un service social est spécialisé en droit des étrangers qui informe de la législation en matière d'asile et de migration et qui effectue également des permanences pour toutes les questions concernant les problèmes de séjour, demandes d'asile et le suivi de la législation.

Semaine d'Action Contre le Racisme[modifier | modifier le code]

Depuis 1966, à l'initiative de l'ONU, le 21 mars est célébré chaque année comme Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Depuis, un peu partout en Europe et au Québec, des semaines contre le racisme sont organisées à cette même période où s'y déroule animations, conférences, spectacles, débats et autres activités.

Le MRAX organise la SACR[26] en collaboration avec d'autres associations et collectifs, francophones et néerlandophones. Une semaine riche en activités, concours, informations et découvertes. Chaque édition s'articule autour d'une thématique prédéfinie.

Lutte des sans-papiers[modifier | modifier le code]

Dans un contexte actuel de grave régression des droits des migrants à s'installer, à travailler, à se scolariser, à se marier... le MRAX participe et soutient la lutte des sans-papiers. Au- delà d'un travail d'information, de sensibilisation et de dénonciation[27]- par la voie judiciaire si nécessaire- auprès de la population et du politique sur la réalité des phénomènes migratoires (l'enfermement dans les centres fermés[28], les expulsions...), le MRAX soutient et participe[29] en première ligne à la lutte des sans-papiers qui exigent leur régularisation. L'implication du MRAX prendra la forme d'un soutien politique[30] (dénonciation et plaidoyer), logistique (dans les occupations), juridique, organisationnel...

Le retour à un travail "d'observation" est également planifié. Le MRAX veille à ne pas légitimer et contribuer à la reproduction d'un système à travers sa présence au sein des centres fermés.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le MRAX a été accusé à plusieurs reprises d'être politisé. Ahmed Mouhssin, membre du parti Ecolo et du MRAX accuse cette association d'être un instrument du PS[31]. Certains présentent toutefois cet ancien député des verts belges comme un des plus fervents soutiens de l'ancien président et directeur Radouane Bouhlal.[32]

Les critiques de politisation se concentre généralement sur la condition de membre du Parti Socialiste du président et administrateur du MRAX  : Carlos Crespo (PS), beau-fils de Philippe Moureaux (PS), à l'origine de la loi Moureaux[33]. Il a été également président de Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) et Président du Conseil de la Jeunesse d'Expression Française (CJEF)[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Mrax en proie à des dissensions internes, in Le Vif/L'Express avec agence Belga, 23/10/2009, article en ligne
  2. Le directeur du MRAX licencié pour faute grave, in Le Vif/L'Express avec agence Belga, 05/11/2009,article en ligne
  3. Mrax : Laanan s’insurge contre les attaques de Destexhe, in Le Soir avec Belga, 13/11/2009, article en ligne
  4. Soraya Ghali, Le Mrax en ébullition, in Le Vif/L'Express, 13/11/2009, article en ligne
  5. M. Co., « Mrax : le président sans successeur », sur www.lalibre.be (consulté le 24 septembre 2016)
  6. « Le MRAX, dans la tourmente, tente de se défendre », (consulté le 24 septembre 2016)
  7. « Lettre ouverte de Viviane Teitelbaum à Radouane Bouhlal, Président du MRAX », sur www.debriefing.org (consulté le 24 septembre 2016)
  8. « Le MRAX trahit ses idéaux et mène une politique délibérée de négation », (consulté le 24 septembre 2016)
  9. « "J'accuse le président du MRAX de racisme" » (consulté le 24 septembre 2016)
  10. a et b « La triste agonie du MRAX », (consulté le 24 septembre 2016)
  11. « Nordine Saïdi exclu du Mrax », sur www.dhnet.be (consulté le 24 septembre 2016)
  12. Contrôle serré sur le Mrax, in Le Vif/L'Express avec agence Belga, 29/10/2009,« article en ligne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  13. Alain Destexhe accuse le président du MRAX de racisme: réactions, rtbf.be, 13 novembre 2009
  14. « Grève au MRAX lundi contre le directeur Radouane Bouhlal » (consulté le 24 septembre 2016)
  15. lacapitale.be, « Mrax: plainte contre Radouane Bouhlal pour propos racistes » (consulté le 24 septembre 2016)
  16. Racisme: le "J'accuse" d'Alain Destexhe (MR) à l'endroit du président du MRAX, Radouane Bouhlal, actu24.be, 13 novembre 2009
  17. Alain Destexhe accuse le président du MRAX de racisme, dhnet.be, 13 novembre 2009
  18. « Le directeur du Mrax, Radouane Bouhlal, limogé », sur www.dhnet.be (consulté le 24 septembre 2016)
  19. « « Le mouvement antiraciste n’a plus un grand récit de l’émancipation à proposer » - Edouard Delruelle », sur edouard-delruelle.be (consulté le 5 mars 2018)
  20. « Rapport MRAX 2014 », sur mrax.be (consulté le 19 février 2016)
  21. « Du MRAP au MRAX… | MRAX », sur mrax.be (consulté le 14 février 2016)
  22. Michaël Bouche, « Refusées par leur école à cause de jupes trop longues », sur 7s7 (consulté le 15 février 2016)
  23. Objet social du Mrax, article 2 des statuts, en ligne
  24. Histoire du MRAX - Repères chronologiques, sur le site du Mrax
  25. « Structure du MRAX | MRAX », sur mrax.be (consulté le 5 février 2016)
  26. « Communiqué de presse – Semaine d’Action Contre le Racisme | MRAX », sur mrax.be (consulté le 19 février 2016)
  27. « Francken veut contrôler les illégaux, le MRAX dénonce », sur www.lavenir.net (consulté le 15 février 2016)
  28. « Manifester contre les centres fermés en Belgique : une action politique impossible ? | Le Club de Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 15 février 2016)
  29. sudinfo.be, « Bruxelles: quelque 1000 personnes à la manifestation de solidarité avec les sans-papiers », sur sudinfo (consulté le 15 février 2016)
  30. RTL Newmedia, « Asile: le Mrax appelle le gouvernement à remplacer Theo Francken - Vidéo - RTL Vidéos », sur RTL Videos (consulté le 15 février 2016)
  31. Pauline Deglume, « Soupçons de favoritisme pro-PS au Mrax », sur www.lalibre.be (consulté le 24 septembre 2016)
  32. Défi, « Bruxellois, sûrement !: Il fut candidat malheureux aux élections de l'Exécutif des Musulmans en 2005 », sur Bruxellois, sûrement !, (consulté le 15 juin 2018)
  33. http://mrax.be/wp/structure-du-mrax/
  34. « Changement de présidence à la CNAPD - CNAPD », CNAPD,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]