Malika Sorel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malika Sorel-Sutter est une essayiste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en France de parents algériens[1], Malika Sorel-Sutter a fait ses études primaires et secondaires dans le système éducatif français et a vécu une quinzaine d'années en Algérie[1]. Elle est ingénieur de l'École polytechnique d'Alger et titulaire d'un MBA de Sciences Po (1996)[2]. Après avoir travaillé au recrutement de cadres pour le secteur des hautes technologies[réf. souhaitée], elle commence à écrire sur des sujets de société. Ses travaux s'intéressent aux problèmes de l'éducation et la formation des jeunes générations, la politique familiale, les problématiques de l'immigration[1] ainsi que la politique étrangère de la France.

Elle a collaboré régulièrement au site Riposte laïque, présenté par Marc Jacquemain de l'université de Liège comme se consacrant totalement « à la critique "crapuleuse" de l'islam »[3].

En date du , elle est nommée, par Nicolas Sarkozy, membre du Haut Conseil à l'intégration[4] créé par Michel Rocard en 1989, fonction qu'elle occupe jusqu'à la dissolution de ce conseil par François Hollande le .

Distinction[modifier | modifier le code]

Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur le .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Eugénie Bastié, « Qui est Malika Sorel, la femme qu'on voit tout le temps derrière François Fillon ? », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le ).
  2. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/halima.sutter96.
  3. Pascal Durand et Sarah Sindaco, Le discours « néo-réactionnaire », CNRS Éditions, 366 pages, (ISBN 9782271088994), p. 164 et 166.
  4. Décret du 4 septembre 2009 portant nomination au Haut Conseil à l'intégration.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :