Malek Haddad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haddad.
Malek Haddad
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Activités

Malek Haddad est un écrivain et poète algérien d’expression française, né le 5 juillet 1927 à Constantine et mort à Alger le 2 juin 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Slimane Haddad un kabyle, instituteur à Constantine, c'est dans cette ville que Malek Haddad fait ses études. Il vit la langue française à l’école comme un exil plus fort encore que l’exil : « L’école coloniale colonise l’âme... Chez nous, c’est vrai, chaque fois qu’on a fait un bachelier, on a fait un Français ». « Il y a toujours eu une école entre mon passé et moi ». « Je suis moins séparé de ma patrie par la Méditerranée que par la langue française ».

Lui-même instituteur pendant une courte période, il s’inscrit à la faculté de droit d'Aix-en-Provence mais abandonne ses études après 1954 pour aller travailler comme ouvrier agricole avec Kateb Yacine en Camargue.

Pendant la Guerre de Libération, Malek Haddad collabore à plusieurs revues parmi lesquelles Entretiens, Progrès, Confluents, les Lettres françaises. Il travaille à la radiodiffusion française et écrit des romans entre 1958 et 1961.

Après 1962 il s'installe à Constantine, collabore à l’hebdomadaire Atlas et à la revue Novembre et dirige de 1965 à 1968 la page culturelle d’An Nasr qui paraît alors en langue française. Chargé de la direction de la Culture au ministère de l’Information de 1968 à 1972, il fonde la revue littéraire Promesses. Il est nommé en 1974 secrétaire de l'Union des écrivains algériens.

Malek Haddad décède des suites d'un cancer le 2 juin 1978 à Alger. Le Palais de la Culture de Constantine porte aujourd'hui son nom. Quoique traduite dans quatorze langues, l'œuvre Malek Haddad demeure relativement peu connue.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Malheur en danger (poèmes), La Nef de Paris, 1956; Bouchène, 1988 (avec une illustration de Issiakhem).
  • La Dernière impression (roman), Éditions Julliard, 1958
  • Je t’offrirai une gazelle (roman), Julliard, 1959; réédition 10/18 no 1249, 1978 (ISBN 2264009047)
  • L’Élève et la leçon (roman), Julliard, 1960; réédition 10/18
  • Le Quai aux Fleurs ne répond plus (roman), Julliard 1961; réédition 10/18 no 769, 1973 (ISBN 2264009055)
  • Les Zéros tournent en rond (essai), Maspero, 1961
  • Écoute et je t’appelle (poèmes), Maspero 1961
  • Algériennes, (album de photographies), Alger, Ministère de l’Information, 1967.
  • Si Constantine m'était contée ... série d'articles parus dans le journal An Nasr entre le 4 et le 14 janvier 1966.

Malek Haddad laissera également des inédits et des manuscrits inachevés :

  • Les Premiers froids (poèmes)
  • La Fin des Majuscules (essai)
  • Un Wagon sur une île (roman inachevé)
  • Les Propos de la quarantaine (chronique)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yamna Abdelkader, « Malek Haddad », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud [sous la dir. de], Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Éd. H. Champion, Paris, 2010, p. 199-203 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Tahar Bekri, Malek Haddad. L'œuvre romanesque, essai, L'Harmattan, Paris, 1986. ISBN 2858026785
  • Tahar Bekri, « Malek Haddad, pour une poétique de la littérature maghrébine de langue française », thèse de doctorat soutenue à La Sorbonne Nouvelle, Paris, 1981.
  • Jean Déjeux, Bibliographie méthodique et critique de la littérature algérienne de langue française 1945-1977, SNED, Alger, 1979.
  • Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Éditions Karthala, 1984 (ISBN 2-86537-085-2).
  • Anthologie de la littérature algérienne (1950-1987), introduction, choix, notices et commentaires de Charles Bonn, Le Livre de Poche, Paris, 1990 (ISBN 2-253-05309-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]