Louise Nadeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louise Nadeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
VerdunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Louise Nadeau, née le à Verdun, au Québec, est une psychologue canadienne, professeure émérite au département de psychologie de l'Université de Montréal et chercheuse associée au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas – affilié à l’Université McGill. Elle est spécialiste des questions des dépendances et de la toxicomanie, particulièrement chez les femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louise Nadeau naît en 1947 à Verdun, un quartier de Montréal[1]. Sa mère est infirmière et son père est vétérinaire[2].

Après un baccalauréat et une maîtrise en psychologie à l'Université de Montréal, Louise Nadeau devient intervenante au Centre de réadaptation Portage en 1972[3]. Elle indique qu'elle aurait pu « entrer dans le service de psychologie d'un hôpital » mais qu'elle a « préféré le monde étranger de cette communauté thérapeutique » où elle a, pendant cinq ans, écouté « des histoires de toxicomanes » et appris son métier[3].

En 1977, elle rejoint à la clinique pour toxicomanes L'Abbaye, à Paris[3]. En 1981, elle copublie Va te faire soigner, t'es malade ![4], et en 1982, elle est nommée responsable du certificat en toxicomanies de la faculté de l'éducation permanente de l'Université de Montréal. Elle reprend ses études en 1984 et soutient une thèse de doctorat à l'Université du Québec à Montréal[5] sur les facteurs psychologiques de la survenue de l’alcoolisme chez les femmes ainsi que des autres pathologies mentales associées à ce trouble[6].

Elle préside le groupe de travail sur le jeu en ligne mis en place par le gouvernement du Québec dont le rapport Le jeu en ligne quand la réalité du virtuel nous rattrape est déposé en 2014[7].

Activités de recherche et institutionnelles[modifier | modifier le code]

Présidence d'Éduc’alcool[modifier | modifier le code]

Louise Nadeau a joué un rôle majeur à Éduc’alcool, une organisation privée créée en 1989. Elle raconte que c'est un entretien à Radio-Canada en 1990, où elle avait expliqué que l'alcool est un fait de société et qu'il vaudrait mieux s'en accommoder et d'en fixer les limites tout simplement. C'est à ce moment là qu'elle sera approchée par Éduc’alcool[8]. Cette organisation a pour mission de promouvoir l'éducation et la modération, soit d'amener les personnes à développer une saine relation à l'alcool[9]. Louise Nadeau siège pendant 27 ans au conseil d’administration, et elle en devient la présidente en 2010[10]. Elle termine sa présidence en mai 2019[11]. « La place d’Éduc’alcool à l’échelle internationale s’est établie. Nous sommes devenus une des références mondiales en matière d’éducation et de prévention de la consommation excessive d’alcool. »[11], a-t-elle mentionné lors de son discours d'adieu.

Travaux sur le jeu[modifier | modifier le code]

Dans les années 2010, Louise Nadeau s’intéresse à d’autres types d’addiction, dont les jeux de hasard et d’argent en ligne[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Va te faire soigner, t'es malade!, avec Louise Guyon et Roxane Simard, Montréal, Éditions Stanké, 1981.
  • Pour une meilleure compréhension de la toxicomanie, avec Colette Biron, Laval, Presse universitaire de Laval, 1998.
  • « Trajectoires de femmes toxicomanes en traitement ayant un vécu de prostitution : étude exploratoire », avec Magali H. Dufour & Karine Bertrand, dans Drogues, santé et société, Volume 5, Numéro 2, , p. 79-109.
  • « Les facteurs de résilience chez les victimes d’abus sexuel : état de la question », avec Karine Bertrand, dans Child Abuse & Neglect, Volume 24, Numéro 6, , p. 781-797
  • Les troubles concomitants de toxicomanie et de santé mentale. Résultats de recherche au Québec et réflexions cliniques, avec Michel Landry, Laval, Presse Universitaire de Laval, 2012.
  • « Préface », dans La dépendance aux jeux vidéo et à l'Internet, in Lucia Romo, Stéphanie Bioulac, Laurence Kern et Grégory Michel (dir.), Paris, Dunod, 2012, p. 11-14[12].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Prix du Québec - la récipiendaire Louise Nadeau », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le 31 mars 2020)
  2. « Louise Nadeau », sur La Presse, (consulté le 31 mars 2020)
  3. a b et c « Les Prix du Québec - la récipiendaire Louise Nadeau », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le 4 février 2020)
  4. « Louise Nadeau », sur La Presse, (consulté le 31 mars 2020)
  5. Notice de Louise Nadeau, Université de Québec à Chicoutime, [[Louise Nadeau lire en ligne]]
  6. a et b Thomas Belin, « Individu | Acfas », sur www.acfas.ca (consulté le 22 octobre 2020)
  7. Québec (Province). Groupe de travail sur le jeu en ligne,, Québec (Province). Ministère des finances, et Bibliothèque numérique canadienne (Firme),, Le jeu en ligne : quand la réalité du virtuel nous rattrape (ISBN 978-2-550-71662-4 et 2-550-71662-0, OCLC 907555930, lire en ligne)
  8. « Prix Pierre-Dansereau - Entre dépendance et modération », sur Le Devoir (consulté le 20 mars 2020)
  9. « Ce qu'on fait, pour qui et pourquoi… », sur Éduc'alcool (consulté le 5 février 2020)
  10. a et b Université de Montréal, « Répertoire des professeurs : Louise Nadeau », sur Université de Montréal: La Recherche (consulté le 15 août 2020)
  11. a et b Source: Éduc’alcool, « Richard Gagnon succède à Louise Nadeau à la présidence du conseil d’administration d’Éduc’alcool », sur SamyRabbat.com (consulté le 5 février 2020)
  12. Lucia Romo, Stéphanie Bioulac, Laurence Kern et Grégory Michel (préf. Louise Nadeau), La dépendance aux jeux vidéo et à l'Internet, Paris, Dunod, , 224 p. (ISBN 978-2-10-054779-1, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]