Littératie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'article doit être débarrassé d'une partie de son jargon (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Sa qualité peut être largement améliorée en utilisant un vocabulaire plus directement compréhensible. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Sur les autres projets Wikimedia :

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités » (dans le rapport publié le  : La littératie à l’ère de l’information). La notion de littératie va au-delà de la lecture-écriture dans laquelle le terme officiel en France littérisme la contraint, il s'agit de pouvoir communiquer à l'écrit autant qu'à l'oral, au quotidien pour interagir autant dans la sphère personnelle, familiale, socioculturelle que professionnelle.

Définie dans le cadre où l'information écrite, tout comme celle transcrite numériquement, est accédée via une informatique connectée à l'Internet, la littératie informationnelle (en anglais : Information Literacy) constitue l'une des qualifications-clé dans la société moderne très penchée vers l'informatique pour la résolution des difficultés. Elle fait partie du domaine des soft-skills et englobe généralement un nombre de capacités facilitant à toute personne individuelle la compétence et l'efficacité pour un traitement responsable des informations tout en tenant compte des conditions cadres comme le sont le temps et des programmes. Ces facultés se réfèrent à tous les aspects d'une reconnaissance critique d'un besoin en informations, de leur localisation et organisation ou encore de leur sélection précise par le moyen de l'analyse et de l'évaluation ainsi que par leur conception et présentation en conformité des objectifs bien définis. Le rôle de la compétence informationnelle reste flou; mais elle correspondrait à l'aptitude des individus et des groupes à faire le meilleur usage de l'information. Car si l'information est mal exploitée ou pas utilisée, c'est certainement parce que beaucoup d'usagers n'ont pas une « culture de l'information » convenable.

Il existe différents autres types de littératie, qui présentent parfois des similitudes mais aussi de fortes divergences[1].

La littératie médiatique est considérée comme étant l'ensemble des compétences qui caractérisent un individu capable d'évoluer de façon critique dans l'environnement médiatique contemporain. Des compétences en littératie médiatique sont requises afin d'être en mesure de travailler sur un certain nombre d'objets médiatiques, tels que les réseaux sociaux. Elle est construite au moyen de l'éducation aux médias.

L'avènement du numérique, et par extension du web 2.0, est par ailleurs l'occasion de s’interroger sur ce qu'est la littératie numérique : même s'il n’existe pas de définition à proprement parler, la littératie numérique correspond à la maitrise de savoirs, de capacités et d'attitudes propres au domaine des technologies numériques (ordinateurs, tablettes, smartphones). Elle inclut la littératie informatique. Il s'agit de l'une des facettes de la littératie qui, de plus en plus, est l'objet d'études et d’interrogations, allant même jusqu'à la proposition d'un enseignement en France[2].

Ces différentes littératies (informationnelle, médiatique, informatique, numérique) convergent dans la translittératie. Cette notion peut être comprise comme étant la capacité de lire, écrire et interagir grâce à une variété de plateformes, d'outils et de moyens de communication (l'écriture, la télévision, la radio, les réseaux sociaux...)[3]

D'autres types de littératies sont envisagés par ailleurs, mettant en jeu l'esprit critique, la recherche en bibliothèque et sur internet : critical literacy, library literacy, network literacy.[1].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Origine du concept[modifier | modifier le code]

Le concept est issu du mot anglais literacy (« alphabétisme ») qui s'oppose à illiteracy (analphabétisme).

Sur ce mot a été forgée l'expression anglaise Information literacy, en partant du principe qu'il était aussi important de savoir trouver, critiquer et utiliser l'information dans la société de l'information que de savoir lire et écrire dans la société industrielle. C'est en 1989 que cette expression va être officialisée par la définition qu'en donne l'American Library Association : « Être compétent dans l'usage de l'information signifie que l'on sait reconnaître quand émerge un besoin d'information et que l'on est capable de trouver l'information adéquate, ainsi que de l'évaluer et l'exploiter. »

Le concept d'une compétence informationnelle est apparu dès les années 1970 à l'intérieur de la communauté des bibliothécaires anglaise et américaine dans le contexte d'une explosion de la quantité d'informations disponibles. Ce concept est principalement utilisé par rapport à la disponibilité des informations bibliothécaires (catalogues, bases de données, journaux et livres électroniques) pour un ré-usage efficace d'informations et la gestion des connaissances individuelles.

En Allemagne aussi, influencée par des rapports en provenance des États-Unis et de l'Angleterre, commençait un changement à l'intérieur des institutions bibliothécaires à partir des années 1970, marquées par des réformes du système de l'éducation et par l'augmentation du nombre d'étudiants. Ce changement était caractérisé par une forte orientation en faveur des utilisateurs des bibliothèques qui, elles, avaient l'objectif de transmettre à leurs clients à travers des formations structurées, des connaissances plus approfondies sur l'utilisation et les conditions d'accès des instruments de travail et des catalogues. L'importance de cette plus grande maîtrise des informations a été également reconnue dans d'autres domaines. Ainsi en 1974, dans le cadre de la recherche sur les professions et sur le marché de travail, Dieter Mertens qualifiait cette compétence comme une qualification-clé.

C'était au cours des années suivantes que plusieurs travaux de recherche prônaient un élargissement de la formation des utilisateurs. Malheureusement, trop peu de ces projets de recherche avaient pu être réalisés car les bibliothèques se voyaient confrontées, dans les années 1980, au coût des nouvelles tâches utilisant l'outil informatique, et au manque de personnel qualifié.

C'est seulement au cours des années 1990 que de nombreuses initiatives dans le domaine de la compétence informationnelle recommençaient à se faire sentir dans un contexte du développement de l'internet et de la mise en réseau des places de travail. Des recherches plus récentes ne s'en réfèrent plus seulement à des bibliothèques et s'ouvrent à d'autres contextes et domaines de la vie quotidienne. Dans les bibliothèques américaines, les standards de compétence informationnelle sont appliqués aux étudiants. En Allemagne, une étude commandée par le ministère de l'éducation et de la recherche (BMBF) est consacrée à la compétence informationnelle dans les universités et grandes écoles. Cette étude, publiée en 2001, appelée SteFi (étudier avec des informations spécialisées électroniques) demande une plus grande intégration de l'enseignement d'une compétence informationnelle dans l'enseignement supérieur. À la même période, le conseil scientifique en était venu aux même résultats dans une de ses publications et il recommande, en dehors d'une mise à la disposition améliorée et plus efficace des informations numériques à l'enseignement et de la recherche, une plus grande coopération entre les centres d'informations et des compétences à l'intérieur des grandes écoles. Suite aux enquêtes PISA -- très discutées en France --, l'OCDE définit aussi les compétences dans le domaine de l'utilisation et de l'organisation des connaissances et des informations comme une qualification-clé pour la réussite de la vie.

C'est en 2006 que des « Standards d'une compétence informationnelle pour étudiants » ont été adoptés pour la première fois par le groupe de travail des bibliothèques scientifiques dans l'état fédéral de Baden-Würtemberg. Ces standards offrent une base à la poursuite du développement des activités de formation dans le domaine bibliothécaire ainsi qu'à l'intégration de curricula spécialisés des différentes matières. Aux États-Unis existent en partie déjà des standards spécifiques pour les différentes matières, comme „Information Competencies for Chemistry Undergraduates“ (Compétences spécialisées en informations pour étudiants) de l'association des bibliothèques spécialisées en chimie.

En 2008 l'UNESCO a publié un document important sur la compétence informationnelle[4],[5], et le mois d'octobre 2009 a été choisi comme mois de la conscience de l'importance de l'information (Information Awareness Month) par le président américain Barack Obama[6].

Pour refléter l'interactivité, la rapidité et la multiplication des formes multimédias dans l'information, Carbo-Bearman a proposé le terme de « mediacy », qui signifie « médiatisme », en remplacement d' « Information Literacy ».

Recherches d'équivalents français[modifier | modifier le code]

C'est d'abord l'expression information literacy qui a été introduite comme anglicisme en français. Jusqu'à présent, aucun équivalent français ne s'est encore imposé. En effet, on parle en français d'« illettrisme », qui traite la question en termes de manques (les illettrés auraient désappris la lecture et l'écriture) et porte en soit un aspect péjoratif, qui serait l'équivalent de l'anglais illiteracy. Mais l'expression « lettrisme » est liée à un mouvement artistique du XXe siècle et ne pourrait être utilisée sans ambiguïté.

Plusieurs termes ont été proposés :

littérisme, n.m.
Domaine : Éducation.
Définition : Capacité à lire un texte simple en le comprenant, à utiliser et à communiquer une information écrite dans la vie courante.
Note : Ce terme est l’antonyme d’ “illettrisme”, qui ne doit pas être confondu avec “analphabétisme”.
Équivalent étranger : literacy.
  • Alphabétisation informationnelle
  • Culture de l'information (ce terme est recommandé par le Grand dictionnaire terminologique de la langue française[8] de l'Office québécois de la langue française)
  • Compétence informationnelle
  • Infocompétence
  • Maîtrise de l'information
  • Certains sites et certains ouvrages comportent le terme de « littératie numérique ».
  • Des chercheurs ont proposé de réactiver le terme d'ancien français « lettrure »[9], qui a le même sens que literacy. Celui-là permettrait de forger une expression comme « lettrure informationnelle » pour traduire Information literacy.
  • La définition de l'OCDE retient « littératie ».

Capacités implicites[modifier | modifier le code]

La compétence informationnelle dépend toujours des facteurs à la fois internes et externes. Parmi les facteurs internes pouvant avoir une importance, on peut par exemple citer les connaissances spécialisées et la connaissance des langues, la créativité ou les ambitions individuelles d'une personne alors que, comme facteurs extérieurs, on peut penser à la culture, la société, les formes d'informations, le développement technique et la situation sociale dans la vie. Le développement individuel de la compétence informationnelle est donc également tributaire de tous ces facteurs.

Faculté de reconnaître un besoin en informations[modifier | modifier le code]

En général, la recherche des informations est précédée par la prise de conscience d'une personne qui estime que ses connaissances dans certains domaines sont insuffisantes pour résoudre un problème donné, une tâche précise ou pour donner une réponse précise à une question posée. Cette prise de conscience est à l'élément déclencheur de la motivation aux actions suivantes.

Capacité de localiser des informations[modifier | modifier le code]

Pour rechercher des informations précises, il faut mettre en place une stratégie de recherche comportant en préalable l'analyse et la désignation précise du besoin, mais aussi la sélection des concepts essentiels et de leurs synonymes ou bien la détermination des domaines thématiques à un niveau supérieur, ainsi que l'identification des sources d'information appropriées. Il pourrait s'agir, par exemple, des bibliothèques, des archives ou bien de l'internet mais aussi d'une enquête parmi des personnes ou auprès des institutions qualifiées en la matière. Pour l'orientation à l'intérieur de ces espaces d'informations différemment structurés, il existe des aides, les moyens de trouver (Findmittel), ou encore des systèmes de recherche comme des catalogues bibliothécaires, des banques de données et des machines de recherche informatisées. Ainsi est-il possible, par exemple, par l'apport des machines de recherche et des banque de données dans l'internet, de réduire ou d'exclure certains concepts lors de la recherche ou de les connecter pour définir encore plus précisément un domaine de recherche.

Capacité d'organiser des informations[modifier | modifier le code]

Cette capacité peut englober la maîtrise des techniques diverses de structuration comme le clustering et le mind-mapping, des méthodes précises du traitement approfondi d'informations ainsi que des stratégies de leur gestion et de leur sécurisation appropriées. Le traitement de la problématique peut être réalisé sous la perspective de la transparence ou de la réduction du thème, et s'avère capital quand un très grand nombre de sources d'informations ou de médias utilisés risque d'entrainer une désinformation.

Capacité d'une sélection précise d'informations[modifier | modifier le code]

Les informations trouvées ne sont pas toujours appropriées pour être traitées et approfondies, parce que leurs sources diffèrent sous plusieurs aspects. Une analyse de leurs points communs, leurs ressemblances et différences en structure et contenu, ainsi qu'une évaluation par rapport à des critères comme la crédibilité, la fiabilité, l'actualité, l'auteur et les groupes cibles, s'avèrent comme conditions préliminaires et adéquates pour cette sélection. Ainsi est-il possible de séparer ce qui a de l'importance de ce qui ne l'a pas, de distinguer entre ce qui peut être vrai de ce qui ne peut pas l'être ou qui n'est simplement pas digne de confiance, de faire la différence entre ce qui est actuel et ce qui ne l'est plus, afin de pouvoir trouver de manière efficace la solution à une difficulté donnée ou une réponse à une question posée.

Faculté de la conception et d'une présentation efficace[modifier | modifier le code]

Pour communiquer des informations de manière précise, il est nécessaire de les adapter au groupe-cible à qui elles s'adressent. Tous les aspects du processus de la communication doivent être orientés en fonction d'une direction déterminée et d'un groupe-cible. La multiplicité des possibilités de réalisation technique a, dans tous les domaines de la vie, gagné de l'importance, mais les échanges et le transfert des informations par la communication verbale gardent toujours leur importance primordiale. La maîtrise de capacités rhétoriques ainsi que des connaissances en matière du droit d'auteur et des règles de citation parfois spécifiques aux différentes spécialisations est donc une nécessité.

Directives en bref[modifier | modifier le code]

La Littératie, au sens de l'OCDE, reflète la capacité à résoudre des problèmes à partir d'informations données. Évidemment, il n'y a aucun intérêt à mesurer cette capacité à partir d'informations fausses. La validité des informations est assumée, comme dans un problème d'arithmétique donné à un classe d'école. Les problèmes donnés par l'OCDE pour évaluer les compétences en Littératie sont du même ordre, similaires aux tests de Quotient Intellectuel, mais plus précis et directement utilisables (comme la capacité de trouver une réponse par une recherche Internet)[10].

Les remarques formulées ci-dessous n'ont rien à voir avec la compétence en Littératie, et elles s'appliquent à un registre différent d'informations ; celles qui sont contestables : par exemple, une information journalistique. Elles devraient donc être retirées de la page sur Littératie.

En recevant une information ( journalistique ou sujette à débat ), il faut se poser les questions suivantes et essayer d'y donner une réponse

  • Qui est-ce qui le dit ? (La personne, a-t-elle des intérêts personnels ? Lesquels ?...)
  • D'où est-ce qu'il/elle le sait ? (Qu'est-ce qui fait d'elle/de lui un expert ? D'où tient-elle/il ses connaissances ?)
  • Qu'est-ce qui fait défaut (quelles sont les informations que je n'ai pas reçues ? Est-ce que tous les éléments ont été pris en compte et communiqués ?)
  • Qu'est-ce qui a changé ? (Qu'est-ce que l'information change ? Qu'est-ce qui est différent par rapport à avant ?)
  • Est-ce que c'est raisonnable et a un sens ? (reduction ad absurdum)

Au cas où il n'était possible de répondre suffisamment à toutes les questions, on peut en conclure qu'il existe un besoin en informations.

Compétences avoisinantes[modifier | modifier le code]

Étant donné que la compétence informationnelle constitue beaucoup plus un moyen intellectuel qu'un objet concret et bien précis ou plus qu'une quantité mesurable, il est difficile de la distinguer des autres compétences. Celles-ci sont d'ailleurs très souvent confondues et mises au même rang de base, ainsi donc considérées comme des compétences partielles. Les compétences spécifiques suivantes sont souvent associées à une compétence informationnelle :

  • Compétence de lecture : capacité de comprendre des textes écrits, de les utiliser et d'y consacrer des réflexions.
  • Compétence de l'écriture : capacité d'exprimer ses pensées à travers l'écriture et de communiquer ainsi avec d'autres personnes.
  • Compétence de représentation graphique (Visual Literacy) : capacité de « lire » ou d'analyser le contenu d'une image, d'un graphe, d'un diagramme ou d'une carte géographique pour en tirer de l'information en contexte, associée ou non à son titre ou à sa légende.
  • Compétence à utiliser les bibliothèques (Library Literacy) : capacité d'utiliser des bibliothèques et de savoir se servir de ses prestations.
  • Compétence communicative : capacité de recevoir, de comprendre et d'émettre des communications significatives et adaptées à une situation donnée.
  • Compétence des médias (Media Literacy) : capacité d'utiliser les médias et de s'en servir de manière efficace en fonction des objectifs et besoins personnels.
  • Compétence en informatique (Computer Literacy) : capacité de se servir des techniques informatiques et d'utiliser activement, par exemple, l'ordinateur avec des logiciels d'application comme un outil.
  • Compétence numérique (Digital Literacy) : capacité de comprendre et d'appliquer des informations présentées dans différents formats par des ordinateurs ou tout autre appareil numérique.
  • Compétence de l'internet (Internet Literacy) : capacité d'utiliser l'internet et de connaître ses concepts essentiels ainsi que son fonctionnement.

Compétences correspondantes[modifier | modifier le code]

Cinq « niveaux de littératie » ont été définis : le niveau 1 correspond au niveau de l'école primaire, le niveau 2 au collège secondaire, le niveau 3 au lycée, les niveaux 4 et 5 correspondent aux niveaux universitaires (post-bac).

Au-delà de cette classification on peut concevoir le terme de littératie comme étant la capacité d'une personne à comprendre et à utiliser les documents littéraires et scientifiques, puis à les intégrer dans sa pratique et son comportement personnel, professionnel et social. C'est le concept que doit mettre en œuvre l'« honnête homme » de son époque (au sens du XVIIe siècle), lequel doit donc être aussi capable de « contrôler le langage savant ».

L'utilisation optimisée des ressources numériques (informatiques) et en particulier d'Internet (moteurs de recherche, mots-clefs, fils RSS, vérification et croisement des informations, forums...) s'ajoute aux sources littéraires et scientifiques traditionnelles. Cependant, l'Information Literacy dépasse la seule éducation à l'information et ne s'adresse pas uniquement aux publics scolaires et universitaires.

Une personne qui possède ces compétences :

  • sait qu'une information adéquate, pertinente et suffisamment complète est à la base d'une bonne prise de décision ;
  • sait reconnaître les besoins d'information ;
  • sait formuler des questions adéquates ;
  • sait identifier les sources potentielles d'information nécessaires ou manquantes ;
  • utilise des stratégies de recherche efficaces ;
  • a accès aux sources d'information, y compris numériques ;
  • sait critiquer en contexte le contenu d'information ;
  • organise l'information pour son application pratique ;
  • intègre les nouvelles informations dans un corpus existant de connaissances.

La littératie numérique chez les adolescents[modifier | modifier le code]

La littératie numérique n'est pas seulement la maîtrise des compétences en matière de pratiques numériques. Cette notion questionne ce que le numérique a changé chez les individus, notamment chez les adolescents. Mark Prensky est le créateur des termes digital native (enfant du numérique) et digital immigrant (immigrant du numérique) qui renvoient tous les deux à la notion de littératie numérique : un digital native est une personne qui est née dans le digital age, tandis qu'un digital immigrant maîtrise le numérique de manière plus tardive, ayant dû se familiariser avec lui.

L’utilisation du numérique par les digital natives concerne principalement la communication (pour les plus jeunes) ou les loisirs (pour les jeunes adultes). Leurs usages se caractérisent par un fort taux et temps de connexion et une forte assiduité. Les jeunes générations fonctionnent par réseau / communauté, ainsi la relation devient une valeur en soi, un outil de construction identitaire oscillant entre rattachement au groupe et différenciation[11]. Cette observation est également confirmée par l'étude JAMES[12], menée en Suisse en 2012 auprès d'un grand nombre d'adolescents et portant sur leur comportement face aux médias. D'après cette étude, les réseaux sociaux jouent un rôle clé pour l'apprentissage des interactions relationnelles et affectives entre les adolescents mais aussi pour l'apprentissage de la recherche d'information. Ce sont véritablement des espaces rituels initiatiques où les jeunes se construisent et progressent par essais et erreurs. Néanmoins, ces réseaux sociaux peuvent être le lieu d'expériences négatives[13]. C'est pourquoi Olivier Le Deuff[14] préconise de les intégrer dans l'enseignement autant comme objets que comme outils d'étude. Le chercheur nuance d'ailleurs la notion de digital natives en lui substituant celle de digital naives[15].
En matière de recherche d'information, les pratiques juvéniles revêtent une très grande diversité. Si beaucoup de jeunes disent ne pas se sentir perdus sur le web, l'étude de leurs pratiques révèle qu'une grande majorité adopte des comportements restrictifs, en ne visitant, par exemple, qu'un nombre limité de sites sur lesquels ils se sentent en terrain connu. D'autres jeunes usagers évoquent, face à la multitude d'informations reçues, leur incapacité à savoir lesquelles sont pertinentes par rapport à l'objet de leur recherche. Certains, encore, ont des difficultés de lecture, soit tenant à la structure du document en ligne, soit liées au niveau de langage des pages utilisées[16].
Ainsi, le fait d'être des digital natives ne semble pas, dans les faits, devoir conférer aux jeunes utilisateurs des compétences numériques réelles. De plus, l'origine sociale des adolescents apparaît comme un facteur discriminant, les jeunes issus de milieux défavorisés ayant plus de difficultés face à la complexité de l'environnement numérique[17]. Marc Prensky est revenu sur cette notion, autour d'une nouvelle approche : celle d'une sagesse numérique qu'il convient d'enseigner à tous.

Plusieurs chercheurs[18] proposent des pistes de réflexion pour que les jeunes usagers, à travers les formations qui leur sont dispensées dans le cadre scolaire, deviennent des citoyens véritablement éclairés, capables de tirer le meilleur parti de l'environnement numérique. Anne Cordier a réfléchi dans le cadre de sa thèse en 2012 aux formations dispensées par des professeurs-documentalistes à des élèves de collège. Elle a remarqué que les enseignants avaient tendance à encadrer leurs pratiques au détriment de pratiques personnelles et pouvaient se cantonner à des approches méthodologiques[19]. Le défaut de cet apprentissage étant selon elle qu'il ne forme pas les élèves à s'adapter à un monde numérique en perpétuel devenir et ne les prépare pas plus largement à leur vie d'adulte. Elle préconise que les Sciences de l'Information et de la Communication soient le socle qui sert de base à des formations plus structurantes que modélisantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guillaume-Nicolas Meyer, « Olivier Le Deuff, La formation aux cultures numériques », Revue française des sciences de l'information et de la communication,‎ (ISSN 2263-0856, lire en ligne)
  2. « Définir la littératie numérique », sur éduscol, le site des professionnels de l'éducation (consulté le 6 décembre 2015)
  3. (fr) « La translittératie en débats », sur Le guide des égarés. (consulté le 7 décembre 2015)
  4. http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001570/157020E.pdf
  5. http://portal.unesco.org/ci/en/ev.php-URL_ID=13272&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
  6. http://www.whitehouse.gov/the_press_office/Presidential-Proclamation-National-Information-Literacy-Awareness-Month/
  7. JORF no 201 du 30 août 2005 page 14061
  8. Grand dictionnaire terminologique
  9. Lettrure dans le Wiktionnaire
  10. OCDE, « Perspectives de l'OCDE sur les compétences 2013 »,‎ (consulté le 6 octobre 2016), p. 124.
  11. Sylvie Octobre, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ? », Culture Prospective, Ministère de la Culture - DEPS,‎ (lire en ligne)
  12. « Rapport sur les résultats de l'étude JAMES 2012 »
  13. Patrick Amey et Sébastien Salerno, « Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 6,‎ (ISSN 2263-0856, DOI 10.4000/rfsic.1283, lire en ligne)
  14. Olivier Le Deuff, « Éducation et réseaux socionumériques : des environnements qui nécessitent une formation », Hermès, La Revue, no 59,‎ , p. 67–73 (ISSN 0767-9513, lire en ligne)
  15. (fr) « Les naïfs du numérique », sur Le guide des égarés. (consulté le 7 décembre 2015)
  16. Karine Aillerie, « Pratiques juvéniles d'information : de l'incertitude à la sérendipité », Documentaliste-Sciences de l'Information 2012/1 (Vol. 49), p. 62-69. DOI 10.3917/docsi.491.0062
  17. Pierre Mercklé et Sylvie Octobre, « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents », RESET - Recherches en Sciences Sociales sur Internet, vol. 1,‎ (ISSN 2264-6221, lire en ligne)
  18. Anne Cordier. Et si on enseignait l'incertitude pour construire une culture de l'information ? @rchiveSIC, 2012
  19. « Entretien avec Anne Cordier : culture de l'information et enseignement de l'incertitude - Doc pour docs », sur www.docpourdocs.fr (consulté le 13 décembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]