Innumérisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Selon l'Éducation nationale française, « l'innumérisme est à la maîtrise des nombres, du raisonnement et du calcul ce qu'est l'illettrisme à la maîtrise de la langue ».

Mesure du phénomène[modifier | modifier le code]

Rapport PISA de l'OCDE[modifier | modifier le code]

  • En 2006 : les conclusions du rapport indiquent pour 56 pays étudiés : La proportion d'élèves en très grande difficulté en culture mathématique est :
très faible dans 11 pays (moins de 4% de l'effectif)
faible dans 11 autres pays (entre 4 et 7% de l'effectif)
plus forte dans 28 pays (dont la France) (plus de 7% de l'effectif)
  • En 2009 : sur 65 pays étudiés les proportions suivantes sont constatées :
très faible dans 11 pays (moins de 4%)
faible pour 14 autres pays (entre 4 et 7%)
plus forte dans 32 pays (dont la France, taux de 9,5%) (taux supérieur à 7%)

En additionnant les effectifs sur toutes classes d'âge, cette difficulté touche en France au moins 7 millions de personnes, soit un taux de 9,5% en progression constante depuis 2003. De 2006 à 2009, le taux a progressé de 13,1% ce qui place la France au 21° rang (sur 25 pays européens), au 28° rang de l'OCDE ( 34 pays étudiés), au 36° rang (sur 65 pays représentant l'OCDE et les pays associés).

Rapport INSEE de 2011[modifier | modifier le code]

Selon une étude INSEE parue en décembre 2012[1], 30% des adultes français sont à l'aise et 70% (18 à 65 ans) ont des performances médiocres.

Conséquences sociales et individuelles[modifier | modifier le code]

Prévention et remèdes aux difficultés[modifier | modifier le code]

Pour la psychopédagogue Anne Siéty, « le phénomène peut s'être accentué ces derniers temps. On observe chez certains élèves une perte du sens pratique.(…) cela s'explique en grande partie par un monde de plus en plus dématérialisé. Le concret n'est plus à l'honneur. Or il est indispensable d'expérimenter le temps, le volume, le poids, l'espace avant de l'intérioriser et de s'en servir dans des situations plus abstraites. Ainsi pour un lycéen qui utilise des programmes informatiques pour tracer des fonctions : S'il n'a jamais tracé sa courbe lui-même, il aura bien du mal à intégrer les notions de limites ou de dérivées. Il serait souhaitable d'incarner davantage les choses à l'école et cela, dès les petites classes. Je crois que la lecture et l'écriture des chiffres viennent trop tôt, souvent dès la maternelle, alors que cela pourrait attendre le CP. Un élève qui a déjà manipulé une balance pourra facilement comprendre les équations en classe de 4° » [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport de décembre 2012 sur insee.fr.
  2. Quotidien La Croix, 24 mai 2013, page 4

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres notions[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :