Olivier Le Deuff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Le Deuff
Portrait de Olivier Le Deuff
Biographie
Naissance
Nationalité Drapeau de France Français
Thématique
Titres Maître de conférences
Profession Chercheur, consultant et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université Bordeaux-MontaigneVoir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts Sciences de l'Information et de la Communication
Œuvres principales
  • La documentation dans le numérique (2014)
  • Du tag au like (2012)
Données clés

Olivier Le Deuff, né le , est un chercheur français en sciences de l'information et de la communication qui enseigne en tant que maître de conférences à l'université Bordeaux-Montaigne et à l'IUT Bordeaux Montaigne. Il s’intéresse notamment au domaine de la documentation et de l’information numérique, en particulier aux questions en lien avec les humanités numériques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Le Deuff a commencé sa carrière comme professeur documentaliste[1] dans l’académie de Rennes. En 2009, il devient chercheur en sciences de l’information. Il obtient son doctorat à l’Université Rennes-II (La culture de l’information en reformation), sous la direction d’Yves Chevalier. Ses travaux vont se poursuivre autour de la culture de l'information et notamment autour des enjeux didactiques, informationnels et pédagogiques liés au numérique. Une critique des discours sur les digital natives sera effectuée dans plusieurs de ses travaux[2].

Il est nommé enseignant-chercheur à l’université Bordeaux Montaigne en 2011 et devient, entre 2012 et 2017, responsable du DUT Information Numérique dans les Organisations, délivré par le même IUT.

En 1999, il lance son blog Guide des égarés, initialement dédié aux bibliothèques. Depuis, le périmètre des domaines abordés a été élargi. En 2008, Olivier Le Deuff a créé Cactus Acide, un site consacré principalement à la culture de l’information, à l’éducation aux médias et à la critique des actualités.

Il est également auteur de nouvelles et de romans d'anticipation qui mettent en scène des enjeux liés au numérique et notamment la mainmise de sociétés privées telles la société Argos qui ressemble aux GAFAM. On retrouve la thématique de l'indexation dans Print Brain Technology[3], La Désindexée[4] et Dance Into The Cloud[5]. La thématique de l'indexation et des folksonomies[6] revient ainsi régulièrement dans ses écrits.

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Au sein de l’Université Bordeaux Montaigne, Olivier Le Deuff fait partie du laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts). Il est plus particulièrement membre de l’axe « Études digitales : des données aux dispositifs ». Depuis 2017, il travaille sur le projet ANR HyperOtlet. L’objectif de ce projet est de produire une nouvelle œuvre du Traité de documentation, publié par Paul Otlet en 1934, éditorialisée et augmentée, grâce à un hyperdocument[7].

Signataire du Manifeste des digital humanities en 2010[8], Olivier Le Deuff est très engagé sur la question des humanités digitales[9]. En 2013, il plaidait ainsi pour la mise en place d’un Baccalauréat Humanités Numériques[10]. D’un point de vue sémantique, il préfère toutefois traduire « Digital humanities » en français avec l’adjectif digital plutôt que numérique[11]. Il considère en effet notamment que les humanités digitales ont une histoire plus ancienne que le numérique et l’informatique.

Les travaux d’Olivier Le Deuff sont également marqués par l’influence steampunk[12]. Dans Les humanités digitales : Historique et développement, il détaille l’importance de la logique steampunk dans les humanités digitales : cela permet de les placer « dans une perspective qui mêle les projections du passé et les avancées que nous avons parfois oubliées ou ignorées »[13]. Dans cette vision, il fait ainsi souvent référence à Paul Otlet, qu’il considère comme « un des pionniers de la discipline »[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Entretien avec Olivier Le Deuff », sur SavoirsCdi, (consulté le )
  2. Olivier Le Deuff, « La skholè face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention », Communication & langages, vol. 2010, no 163,‎ , p. 47 (ISSN 0336-1500, DOI 10.4074/s033615001001104x, lire en ligne, consulté le )
  3. Olivier Le Deuff, Print Brain Technology, Publienet, (ISBN 978-2-8145-0463-9)
  4. Le Deuff, La Désindexée, Montpellier, Publienet, , 101 p. (ISBN 978-2-8145-0667-1, lire en ligne)
  5. Le Deuff, Dance into the cloud : ou la guerre des données, Publienet, (ISBN 978-2-37171-021-4, lire en ligne)
  6. Olivier Le Deuff, « Folksonomies, les usagers indexent le web », BBF,‎ , p.66-70 (ISSN 1292-8399, lire en ligne)
  7. « ANR HyperOtlet », sur Laboratoire de recherche MICA, (consulté le )
  8. Marin Dacos, « Manifeste des Digital humanities », sur THATCamp Paris (consulté le )
  9. « TedxGeneva : Olivier Le Deuff: Les humanités et le numérique, le temps des métamorphoses », sur TedxGeneva, (consulté le )
  10. « Pour un Bac H – Le guide des égarés. » (consulté le )
  11. « Les humanités digitales précèdent-elle le numérique ? », H2PTM’15,‎ , p. 421-432 (lire en ligne)
  12. Olivier Le Deuff, La documentation dans le numérique, Villeurbanne, ENSSIB, , 223 p. (ISBN 979-10-91281-32-4)
  13. Le Deuff, Olivier (1977-....)., Les humanités digitales : Historique et développements, ISTE Editions, , 140 p. (ISBN 978-1-78405-352-9 et 178405352X, OCLC 1025329773, lire en ligne), p. 119
  14. « Olivier Le Deuff revisite l’œuvre de Paul Otlet, pionnier des Humanités Digitales »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Université Bordeaux Montaigne, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]