Ligne de Dijon-Ville à Épinac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Dijon-Ville à Épinac
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1837 – 1905
Fermeture 1939 – 1989
Concessionnaires Houillères d'Épinac (1830 – 1881)
État (Non concédée) (1881 – 1886)
PLM (1886 – 1937)
SNCF (1938 – 1989)
Ligne déclassée (à partir de 1989)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 766 000
Longueur 67,822 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 22 
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Dijon-Ville à Épinac est une ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique qui relie Épinac dans le département de Saône-et-Loire à Dijon dans le département de la Côte-d'Or, en Bourgogne-Franche-Comté.

Elle constitue la ligne 766 000 du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 8 août 1828, Messieurs de Joannis, Samuel Blum et fils déposent auprès du ministre de l'Intérieur une demande pour établir un chemin de fer d'Épinac au canal de Bourgogne. Toutefois, le 23 novembre 1828 une sentence arbitrale prononce la dissolution de la société formée entre Messieurs de Joannis, Samuel Blum et fils pour l'établissement du chemin de fer. Dès le 18 février 1830 Samuel Blum et fils, concessionnaires des mines d'Épinac prennent l'engagement d'établir le chemin de fer d'Épinac au canal de Bourgogne. La ligne leur est donc concédée par une ordonnance royale du 7 avril suivant[1].

Par un décret impérial du 1er août 1864 la société des houillères d'Épinac est autorisée à rectifier le tracé de la ligne, à la prolonger jusqu'à la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles à proximité de Velars et à la raccorder à la ligne d'Étang à Santenay (via Autun)[2]. Cependant les travaux ne seront pas réalisés. Aussi l'État rachète la concession selon les termes d'une convention signée le 22 mars 1881 entre le ministre des Travaux publics et la Société anonyme des houillères d'Épinac. Cette convention est approuvée par une loi le 22 juillet suivant[3]. Cette même loi autorise l'État à entreprendre les travaux.

La ligne d'Épinac à Velars est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une loi le 2 août 1886[4].

Une loi du 1er juillet 1896 déclare d'utilité publique le prolongement de la ligne de Velars à Dijon et approuve sa concession à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée[5].

La section d'Ivry-Cussy à Épinac (PK 55,869 à 67,164) est déclassée par décret le 12 novembre 1954[6].

Fermeture au service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

La ligne de Pont-d'Ouche à Epinac comportait à l'origine deux très rares plans inclinés équipés de machines à vapeur stationnaires à Ivry-la-Montagne (lieu-dit "Le grand champ") et à Montceau-et-Echarnant (lieu-dit "la grue"). Les machines à vapeur stationnaires qui aidaient ponctuellement la traction animale ont été remplacées par des machines à vapeur locomotives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 14043 - Ordonnance du roi qui autorise les Sieurs Samuel Blum et fils à établir à leurs frais un chemin de fer d'Épinac au canal de Bourgogne : 7 avril 1830 », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie Royale, série VIII, vol. 12, no 350,‎ , p. 247 - 249 (lire en ligne).
  2. « N° 12583 - Décret impérial qui, 1° déclare d'utilité publique la rectification du chemin de fer d'Épinac au canal de Bourgogne et son prolongement de Pont-d'Ouche à la ligne de Paris à Lyon, près Velars, ainsi que l'exécution d'un raccordement avec la ligne de Santenay à Étang ; 2° approuve une convention passée avec la Société des houillères d'Épinac : 1er août 1864 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 24, no 1236,‎ , p. 277 - 295.
  3. « N° 10941 - Loi qui approuve une convention passée entre le ministre des Travaux publics et la Société anonyme des houillères d'Épinac, relative au rachat, par l'État, de trois sections du chemin de fer d'Épinac à Velars : 22 juillet 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 23, no 646,‎ , p. 369 - 371 (lire en ligne).
  4. « N° 17490 — Loi qui concède diverses lignes de Chemins de fer à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 2 août 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 33, no 1036,‎ , p. 633 - 634 (lire en ligne).
  5. « N° 31323 — Loi qui déclare d'utilité publique le prolongement, jusqu'à Dijon, de la ligne d'Épinac à Velars, et la concession de ce prolongement à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 1er juillet 1896 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 53, no 1790,‎ , p. 1 - 634 (lire en ligne).
  6. « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (ISSN 0373-0425, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]