Ligne d'Annecy à Albertville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne
d'Annecy à Albertville
Voir la carte de la ligne.
Carte de la ligne
Voir l'illustration.
Vue de la piste cyclable à Doussard sur le tracé de la ligne d'Annecy à Albertville.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Annecy, Ugine, Albertville
Historique
Mise en service 1901
Fermeture 1953 – 1956 (fermeture partielle)
Concessionnaires PLM (1886 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 898 000
Longueur 45,350 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 20 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret SNCF

La ligne d'Annecy à Albertville est une ancienne ligne de chemin de fer française non électrifiée, à écartement standard et à voie unique, située en région Auvergne-Rhône-Alpes, entre les départements de Haute-Savoie et de Savoie. Ouverte au trafic voyageur de 1901 à 1938, elle est aujourd'hui déclassée et partiellement reconvertie en piste cyclable, la voie verte du lac d'Annecy.

Entre Annecy et Ugine, son emprise est utilisée par la piste cyclable. La voie ferrée subsiste entre Ugine et la gare d'Albertville seulement pour les trains qui transportent des marchandises (vers l'usine Ugitech)[1].

Elle constituait la ligne n°898 000 du réseau ferré national[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Concession, travaux et ouverture[modifier | modifier le code]

Entre mai et , le projet d'une ligne de chemin de fer reliant Annecy à Albertville est proposée. Le royaume de Piémont-Sardaigne concède une ligne « d'Ayton sur Annecy par Albertville » à la Compagnie du chemin de fer Victor-Emmanuel par une loi le . La deuxième guerre d'indépendance de 1859 diffère sa réalisation. À la suite du rattachement de la Savoie à la France en , le traité de Turin oblige la France à poursuivre l'élaboration de cette ligne[2],[3]. Il faut attendre qu'une convention soit signée le , et approuvée par décret le , entre le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics et la Compagnie du chemin de fer Victor-Emmanuel pour dégager la compagnie de l'obligation de créer cette ligne[4].

La loi du portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n°126, une ligne « d'Albertville à Annecy »[5]. Le projet n’aboutit pas malgré les discussions au Conseil général de la Haute-Savoie[3]. La ligne est finalement déclarée d'utilité publique par la loi du [2],[3],[6].

Elle est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) par la loi du [2],[7].

Les travaux débutent en et l'inauguration se déroule finalement le 3 juin 1901, après 45 ans de tractations[2],[3].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le trajet dure entre h 15 et h 30 selon les trains.

En 1937, en comptant les circulations saisonnières, on note 22 circulations pour les deux sens[1].

Fermeture progressive de la ligne[modifier | modifier le code]

La ligne ferme son trafic aux voyageurs le 5 ou 15 mai 1938, à l'exception d'un train pour les ouvriers d'Ugine et en partance d'Albertville qui perdure jusqu'en 1953 ; la circulation de trains de marchandises décline progressivement, dès 1953 à Saint-Jorioz et jusqu'en 2008 pour la zone industrielle d'Annecy[2].

La portion entre Saint-Jorioz et l'usine Bozel-Malétra, située au point kilométrique 15,322 (voir schéma de la ligne), est neutralisée le , puis déclassée le  ; la section entre la zone industrielle de Vovray et Saint-Jorioz est neutralisée le , puis déclassée le  ; la section entre l'usine Bozel-Malétra et Ugine ferme le et est déclassée le [2],[8],[9].

La voie verte du lac d'Annecy[modifier | modifier le code]

En , un premier tronçon entre Annecy et Bredannaz est converti en piste cyclable : c'est la naissance de la voie verte du lac d'Annecy.

En , il en est de même pour le tronçon situé entre Bredannaz et Ugine.

Exploitation entre Ugine et Albertville[modifier | modifier le code]

La seule portion de la ligne qui n'ait jamais été fermée se situe entre les gares d'Ugine et Albertville, soit environ 7 km. Ce tronçon a toujours été exploité par l'usine Ugitech.

A l'été débutent des travaux de rénovation de la voie ferrée pour une durée de 3 ans. Ils consistent à renouveler la voie et les éléments qui la constituent (ballast, traverses, rails, ouvrages de drainage...).

L'objectif est de pérenniser la ligne de fret, indispensable à Ugitech, qui transporte 120 000 tonnes de marchandises chaque année. L'impact écologique lié à la réduction de la circulation de camions, la sécurité et la rentabilité du mode de transport ferroviaire justifient l'investissement de 4,9 M€ de la part de l’État, la Région, la communauté d'agglomérations Arlysère et SNCF Réseau[10],[11],[12].

Un second objectif est d'étudier la réouverture du transport de voyageurs, tout d'abord entre Albertville et Ugine, puis entre Ugine et la Haute-Savoie[12].

Projet de tram-train[modifier | modifier le code]

En , l’association Rail Dauphiné Savoie Léman dépose un dossier et une pétition en ligne en faveur d'un tram-train à voie unique sur le tracé de l'ancienne voie ferrée. Ce projet, estimé à 250 M€, vise à relier Annecy à Albertvile afin de désengorger le trafic routier ; en effet, cette liaison très fréquentée n'est empruntable que par la route nationale, ce qui génère une saturation du trafic. Le projet de tram-train vient donc se placer comme alternative écologique et économique, face à la possible construction d'un tunnel au Semnoz, finalement abandonnée à la faveur des élections municipales de 2020[13],[14].

En , les élus de la communauté de commune du Grand Annecy, ainsi qu'un rapport de la Commission nationale du débat public, se disent favorable à sa construction[15],[16],[17].

Tracé[modifier | modifier le code]

Le tracé de la ligne comporte plusieurs ouvrages d'art :

Le tracé de la ligne est majoritairement plat, le point culminant se trouve près de Faverges à 506,01 m d'altitude ; quelques kilomètres après la ligne s'engage sur sa portion à plus grande déclivité (20 ) ; le point le plus bas se trouve à Albertville à 338 m d'altitude[1],[2].

Les gares et haltes desservies étaient :

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

De 1901 à 1910, les locomotives sont des modèles T030 "Bourbonnais".

Vers , elles sont remplacées par des locomotives de type 031 de la PLM (série 3001 à 3140), construites à Florisdorf et aux ateliers de Wiener Neustadt, en Autriche. Elles étaient probablement stationnées à Albertville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c V. Paillard, « Historique de la ligne Annecy-Albertville », La Vie du Rail, no 1259,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f g et h Histoire de lignes oubliées, « Ligne d'Annecy à Albertville », sur lignes-oubliees.com, (consulté le )
  3. a b c et d Yvette Juge et Hortense Massein, Saint-Jorioz : deux siècles d'un village savoyard, Annecy, Editions Tissot, , 105 p. (ISBN 978-2-7084-0770-1), p. 56
  4. Bulletin des lois de l'Empire Français, t. XXII, Paris, Imprimerie Impériale, , 1020 p. (lire en ligne), p. 114 - 137
  5. Bulletin des lois de la République Française, t. XIX, Paris, Imprimerie Nationale, , 1271 p. (lire en ligne), p. 6-12
  6. Bulletin des lois de la République Française, t. XXV, Paris, Imprimerie Nationale, , 1753 p. (lire en ligne), p. 863 - 864
  7. Bulletin des lois de la République Française, t. XXXIII, Paris, Imprimerie Nationale, , 1303 p. (lire en ligne), p. 633-634
  8. V. Paillard, « Historique de la ligne Annecy-Albertville », La Vie du Rail, no 1259,‎ (lire en ligne)
  9. Histoire de lignes oubliées, « Ligne d'Annecy à Albertville », sur lignes-oubliees.com, (consulté le )
  10. « Un nouveau chantier sur les rails ! », Savoie Mag « Votre Assemblée départementale au travail ! », no 58,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  11. « Renouvellement de voie entre Albertville et Ugine - 12 juillet/15 août 2021 », sur arlysere.fr (consulté le )
  12. a et b « Réhabilitation de la ligne ferroviaire reliant Albertville à Ugine », sur savoie.fr, (consulté le )
  13. Annecy Ville, « Êtes-vous favorable à un Tram Train entre Annecy et Alberville ? », sur annecy-ville.fr, (consulté le )
  14. Rail Dauphiné Savoie Léman, « Le Tram-Train du lac d'Annecy », sur ardsl.org (consulté le )
  15. Commission nationale du débat public, Liaison ouest du lac d'Annecy. Concertation préalable. : 7 octobre 2018 - 17 janvier 2019, Paris, Commission nationale du débat public, , 28 p. (lire en ligne)
  16. Thomas Lanier, « Tram-train Annecy-Albertville : "travaux possibles d'ici trois ans !" », Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  17. « Bientôt un tramway à Annecy ? », Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Messiez, Le Rail en Tarentaise, Breil-sur-Roya, Editions du Cabri, , 151 p. (ISBN 2-908816-07-5)
  • José Banaudo, Le P.L.M., vol. 2 : Trains Oubliés, Menton, Editions du Cabri, , 171 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]