Les salauds dorment en paix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les salauds dorment en paix
Titre original 悪い奴ほどよく眠る
Warui yatsu hodo yoku nemuru
Réalisation Akira Kurosawa
Acteurs principaux
Pays d’origine Japon
Durée 151 minutes
Sortie 1960


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les salauds dorment en paix, également intitulé Les salauds se portent bien[1] (悪い奴ほどよく眠る, Warui yatsu hodo yoku nemuru), est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa, sorti en 1960. Relecture contemporaine d’Hamlet, ce film est une nouvelle adaptation de Shakespeare par le cinéaste, après Le Château de l'araignée (1957), qui transpose le lieu de l'intrigue de Macbeth dans le Japon féodal[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'homme d'affaires Iwabuchi est sur le point de marier sa fille à son secrétaire. Alors que la cérémonie est toute proche, il se retrouve mêlé à une sombre affaire de pots de vins au sein même de sa société. Miura, l'un des membres de la firme, est accusé par la police et se suicide. Quant à Wada, également pointé du doigt par les forces de l'ordre, il a été enlevé par Nishi, le gendre d'Iwabuchi, qui demande la vérité sur le suicide de son père.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Inspirations et influences[modifier | modifier le code]

Le film est une réinterprétation du Hamlet de William Shakespeare, dont il reprend quelques éléments. La scène d'ouverture du mariage suivie de la séquence des coupures de presse a inspiré une scène analogue dans Le Parrain de Francis Ford Coppola[3].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Les salauds dorment en paix est un des films de Kurosawa les moins connus en Europe. Il y dénonce de façon virulente la corruption qui règne alors dans le milieu des affaires au Japon.

Il s'agit du premier film produit par Kurosawa Productions, entreprise créée par le cinéaste pour acquérir davantage d'indépendance dans le choix de ses sujets.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Max Tessier et Frédéric Monvoisin, Le Cinéma japonais : 3e édition actualisée et augmentée, Armand Colin, , 176 p. (ISBN 978-2-200-62273-2, lire en ligne).
  2. Olivier Père, « Les salauds dorment en paix, Entre le ciel et l'enfer », sur Les Inrocks, (consulté le 25 août 2018).
  3. Franck Suzanne, « Les salauds dorment en paix d'Akira Kurosawa (1960) — Analyse et critique du film », sur dvdclassik.com, (consulté le 25 août 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]