La Forteresse cachée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Forteresse cachée
Titre original 隠し砦の三悪人, Kakushi-toride no san-akunin
Réalisation Akira Kurosawa
Scénario Shinobu Hashimoto
Ryūzō Kikushima
Akira Kurosawa
Hideo Oguni
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Durée 139 minutes (h 19)
Sortie 1958

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Forteresse cachée (隠し砦の三悪人, Kakushi toride no san akunin) est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa, sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le Japon du XVIe siècle, une guerre oppose deux clans rivaux. Deux paysans pauvres, Tahei et Matashichi cherchent à contourner la ligne de front pour retourner chez eux. En chemin, ils découvrent un morceau d'or dans une branche d'arbre et pensent être sur la piste du trésor du clan des Akizuki, vaincu. Ils se mettent en chasse de ce trésor, mais sont surpris par un homme. Cet homme leur dissimule sa véritable identité, car il s'agit du général Rokurota Makabe, l'un des derniers survivants des Akizuki. Lui aussi cherche à aller dans le même territoire que les deux paysans, mais sa tâche est ardue. En effet, il doit y accompagner la princesse Yuki, l'héritière du clan, ainsi que son trésor, pour refonder son clan. Il décide d'utiliser la naïveté et la cupidité des paysans pour l'accompagner et l'aider à transporter l'or, tout en cachant son secret.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source d'inspiration[modifier | modifier le code]

Ce film a gagné une nouvelle notoriété après que George Lucas a révélé qu'il s'était inspiré de ce film pour La Guerre des étoiles[1]. Si les interprétations divergent sur les idées qu'il a puisées dans ce film, les seules qu'il revendique sont la façon de relater une histoire en se plaçant du point de vue des personnages les plus faibles ; ici les paysans qui deviennent les deux droïdes dans le film de Lucas.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Jolly, « Le Japon, l'âme et le cœur de Star Wars », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 9 janvier 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]