Les Trois Crimes de West Memphis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Trois Crimes de West Memphis
Titre québécois Le Nœud du Diable
Titre original Devil's Knot
Réalisation Atom Egoyan
Scénario Paul Harris Boardman
Scott Derrickson
d'après le livre de Mara Leveritt
Acteurs principaux
Sociétés de production Worldview Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame juridique
Durée 114 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Crimes de West Memphis (Devil's Knot ; Le Nœud du diable au Québec) est un drame juridique américain d'Atom Egoyan sorti en 2013. Il est inédit en salle en France.

Il est adapté du roman Devil's Knot: The True Story of the West Memphis Three de Mara Leveritt, d'après le fait divers des West Memphis Three (1994).

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à West Memphis, une petite ville de l'Arkansas. Le , trois enfants de 8 ans - Stevie Branch, Michael Moore et Christopher Byers - sont déclarés disparus. On les retrouve égorgés le lendemain dans le cours d'eau d'un boisé appelé le «repaire du diable». L'enquête policière mène rapidement sur la piste de trois adolescents, perçus comme des marginaux, qui deviennent vite suspects numéro 1. Ceux-ci - Damien Echols, Jason Baldwin et Jessie Misskelley - sont appréhendés. Les témoignages de deux résidents de West Memphis, Vicki Hutcheson et son jeune fils Aaron, sont accablants. Les adolescents auraient tué les enfants à la suite d'un rituel satanique. L'enquête met l'accent sur les liens entre la musique écoutée par ces jeunes, le Heavy Metal et des croyances occultes. Le meurtre des trois enfants à l'arme blanche serait un sacrifice humain. Un enquêteur privé, Ron Lax, ne croit cependant pas leur culpabilité et mène une enquête parallèle. Bien qu'il ne trouve pas d'autres suspects, il en vient à penser que l'enquête publique a été bâclée. La mère de Stevie Branch, Pamela Hobbs, en vient également à se poser des questions. Le procès tourne cependant au désavantage des adolescents. Baldwin et Misskelley, qui bénéficient d'un procès séparé, sont condamnés à l'emprisonnement à perpétuité, Echols à la peine de mort.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende: Version Québécoise (V.Q.) sur Doublage Québec[2]

Production[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la 5e adaptation de l'affaire des West Memphis Three après les documentaires Paradise Lost: The Child Murders at Robin Hood Hills, Paradise Lost 2: Revelations et Paradise Lost 3: Purgatory de Joe Berlinger et Bruce Sinofsky, et West of Memphis d'Amy Berg.

Le titre Devil's Knot signifie en français le « nœud du Diable ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Une histoire inspirée de faits réels[modifier | modifier le code]

Le film est inspiré de faits réels. L'affaire des trois crimes de West Memphis est aujourd'hui considéré comme l'exemple même d'une erreur judiciaire. De nombreuses personnalités, dont le guitariste de "Pearl Jam", se sont élevées au cours des années pour dénoncer ces faits[3]. Il faudra cependant attendre 2011 pour que les trois accusés soient libérés de prison après avoir purgé une peine de 18 ans. Pour Stephen Braga[4] , qui représentait Echols, ce sont les liens opérés par l'accusation entre la musique « heavy metal », les tenues vestimentaires des adolescents et le satanisme qui ont permis à l'affaire de gagner les faveurs de l'opinion publique et le soutien de célébrités. Le groupe « Metallica » autorisa notamment l'utilisation gratuite de son morceau Welcome Home (Sanitarium) dans la bande original du documentaire Paradise Lost: The Child Murders at Robin Hood Hills.

Dans son film, Atom Egoyan explore autant les aspects judiciaires que l'impact sur la communauté locale, dévastée par la mort des trois jeunes enfants[5]. Le film passe sous silence les années qui ont suivi la condamnation des adolescents pour se conclure sur un bref message textuel indiquant qu'ils ont finalement pu sortir de prison en ayant recours au « plaidoyer Alford ».

Ce cas est connu aux États-Unis comme celui des WM3 ou « West Memphis Three ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]