Legio II Augusta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Rome antique
Cet article est une ébauche concernant la Rome antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Legio II Augusta est une légion romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle funéraire d'un légionnaire de la Legio II Augusta (début du Ier siècle), trouvée à Strasbourg-Koenigshoffen
(Musée archéologique de Strasbourg)

L'origine de cette légion date de César. Elle participa à la guerre civile entre Marc Antoine et Auguste (bataille d'Actium). Reconstituée par Auguste, la légion apparaît en Espagne en l’an 30 av. J.-C pendant les Guerres Cantabres. Elle restera en Espagne de 29 à 19 av. J.-C. Après la bataille de Teutobourg la légion apparaît à Mogontiacum. Tacite rapporte qu'elle était impliquée dans la révolte des légions de Germanie en 14. Elle participa à la campagne de Germanicus contre les Chattes les Chérusques. Lors de son retour par voie de terre le long de la côte de la mer du Nord, elle fut sérieusement malmenée par une marée d'équinoxe[1] On la retrouve en 16 ap. J.-C. à Argentorate (Strasbourg) dans le dispositif de protection contre les Germains.

Article détaillé : Conquête romaine de la Bretagne.

Elle participa ensuite à la campagne de Claude en Grande-Bretagne (43) sous les ordres d'Aulus Plautius et du futur empereur Vespasien. Vers 47, des éléments sont installés à Abonae (Sea Mills, Bristol, Angleterre). En 49/50, elle soumet la tribu des Dobunni et s’empare de leur capitale Corinium (Cirencester, Angleterre).

La légion sera ensuite cantonnée à Isca Dumnoniorum (Exeter) en 56/57. Lors de la révolte de Boadicée, pour des raisons inconnues, le préfet de camp de la légion, Pœnius Postumus, refuse de venir en aide au gouverneur Suetonius et se suicide peu après[2]. En 66/67, la légion s’installe dans la forteresse de Glevum (Gloucester, Angleterre), puis, en 74/75, elle construit la forteresse d'Isca Silurum (Caerleon (Pays de Galles)) où elle restera jusqu'au début du IVe siècle, à l'exception des périodes où elle quitte sa base (construction du Mur d'Hadrien, campagnes de Septime Sévère en Écosse...). Ensuite elle est transférée à Rutupiae (Richborough, Angleterre).

En 407, la légion est rapatriée en Gaule, elle était la dernière légion présente en Bretagne romaine. Au-delà de cette date, et à l'instar d'autres légions, on ignore la suite de son histoire.

Ses emblèmes étaient le Capricorne, Pégase et Mars.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tacite, Annales, Livre I, 70
  2. Tacite, Annales, Livre XVI, 37

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Birthday of the eagle: the second Augustan legion and the Roman military machine, National Museums & Galleries of Wales, Cardiff, 2002, 212 p. (ISBN 9780720005141)
  • (fr) Robert Forrer, « L'Alsace au temps de la Legio II Augusta », in L'Alsace romaine, Librairie Ernest Leroux, Paris, 1935, p. 32 et suiv.