Capricorne (astrologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capricorne.

Capricorne

Représentation en noir du symbole illustrant le signe Capricorne en astrologie.

Représentation symbolique du signe Capricorne.

Période Du 22 décembre
au 19 janvier
Place dans le zodiaque 10e signe
Élément Terre
Polarité Féminin
Mode Cardinal
Maison associée Maison 10
Astre(s) gouvernant(s) Saturne
Opposé polaire Cancer

Le signe astrologique du capricorne, lié aux personnes nées entre le 22 décembre et le 19 janvier en astrologie tropicale, correspond pour celle-ci (la plus populaire en Occident) à un angle compris entre 270 degrés et 300 degrés comptés sur l'écliptique (le cercle des signes du zodiaque) à partir du point vernal. Il est associé à la constellation du même nom en astrologie sidérale.

Dans quelques cosmologies, le Capricorne est lié à l'élément classique de la Terre ; il partage cet élément avec le Taureau et la Vierge.

Histoire et mythologie[modifier | modifier le code]

Il est représenté par un poisson-chèvre (Sukhurmashu), symbole du dieu Enki (Ea en akkadien) dans la mythologie du Proche-Orient ancien. La légende dit également que quand Typhon (mythologie), une divinité grecque malfaisante, a attaqué l'Olympe, les dieux grecs se sont enfuis, se transformant en animaux. Dionysos, le dieu du vin, (ou Pan selon les versions) se serait transformé en animal mi bouc, mi poisson. Cette légende comporte cependant plusieurs versions.

Son opposé polaire est le Cancer.

Son jour est le samedi (jour lié à la planète Saturne).

Sa couleur est le noir.

Son point faible est : les genoux.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Signe du solstice d’hiver, de la nuit la plus longue, des ténèbres les plus noires ; symbole d’un arrêt nécessaire, d’un moment à partir duquel le Soleil (« invaincu » par les ténèbres) va reprendre son ascension et les jours rallonger ; symbole d’une nature qui « retient son souffle », concentrée dans le silence, un silence qui participe d’une nouvelle création… Ce n’est pas un hasard si les chrétiens y font coïncider la naissance de Jésus-Christ : c’est Noël ! et la mise au monde de cette « lumière » qui luit dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pu éteindre, d’après l’évangile de Jean. Les platoniciens y placèrent « la porte des dieux » : ouverture permettant la remontée des âmes désincarnées vers le principe créateur ; les bouddhistes diraient « délivrées du cycle douloureux des existences… »[1]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Capricorne : aperçu astrologique », sur Alexandre de Patmos (consulté le 04/02/2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]