Bataille de Watling Street

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une bataille image illustrant la Rome antique
Cet article est une ébauche concernant une bataille et la Rome antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataille de Watling Street
Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation de Watling Street

Informations générales
Date 60 ou 61
Lieu Watling Street
Issue Victoire romaine
Belligérants
Empire romain Celtes bretons
Commandants
Caius Suetonius Paulinus Boadicée
Forces en présence
10 000 hommes 230 000 hommes selon Dion Cassius
Pertes
400 morts selon Tacite 80 000 morts selon Tacite

Conquête romaine de la Bretagne

La bataille de Watling Street a eu lieu dans la province romaine de Bretagne occupée par les Romains en 60 ou 61 entre une alliance des peuples indigènes Bretons insulaires dirigée par Boadicée et une armée romaine dirigée par Caius Suetonius Paulinus.

Sources[modifier | modifier le code]

Les historiens sont dépendants de deux sources romaines pour le déroulement de la bataille: Tacite dans les Annales et Dion Cassius dans son Histoire romaine.

Localisation[modifier | modifier le code]

La localisation précise n'est pas connue, mais la plupart des historiens la placent entre Londinium et Viroconium, sur la route romaine connue à l'époque moderne sous le nom de Watling Street. Le site le plus probable pourrait être Mancetter dans le Warwickshire dont le nom antique, Manduessedum signifie «lieu des chariots».

Déroulement[modifier | modifier le code]

Suetonius était en mauvaise posture, car le préfet Pœnius Postumus, qui dirigeait la deuxième légion basée dans l'actuelle Cornouailles, avait refusé de venir à son aide[1]. La disproportion des forces en présence est à première vue énorme. Suetonius disposait de la quatorzième légion et d'une vexillation de la vingtième ainsi que de troupes auxiliaires. Tacite évalue l'ensemble de ses forces à quelque 10 000 hommes, face à 230 000 Bretons, s'il faut en croire Dion Cassius. Le général romain avait disposé ses forces dans une gorge étroite bordée de bois, de façon à protéger ses flancs et ses arrières.

Bien que moins nombreux, les Romains, par leur discipline, défirent les tribus alliées en leur infligeant de lourdes pertes. Les Bretons, sûrs de la victoire, avaient disposé derrière eux des chariots avec leurs femmes pour qu'elles puissent assister à la bataille. Cette présomption leur coûta cher: lorsqu'ils se débandèrent, les chariots leur coupèrent le chemin. Les Romains tuèrent indistinctement les hommes, les femmes et même les bêtes de somme. Quelque 80 000 Bretons restèrent sur le terrain, alors que les Romains n'en perdaient que quatre cents.

La bataille marqua la fin de la résistance à la domination romaine en Bretagne dans la moitié sud de l'île ; période qui dura jusqu'en 410.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tacite, annales, XVI, 37

Articles connexes[modifier | modifier le code]