Iceni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les peuples celtes du sud de l'Angleterre.

Les Iceni ou Icènes[1] étaient un peuple brittonique présent dans la région qui est aujourd’hui le Norfolk et le Suffolk au nord-est de la Bretagne, entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle apr. J.-C.

Aux suites de la bataille dite de Watling Street, qui entraina la mort effroyable de plus de 80 000 Celtes Brittoniques de la coalition armée contre l'armée de l' Empire Romain, cette grande défaite, qui verra aussi la mort de la Reine Boudica, entrainera de grandes représailles contre les peuples Brittoniques, dont les Icènes, ce qui entrainera la quasi-disparition des ethnies Brittoniques. Certains historiens n'hésitent pas à parler de "purification ethnique " ou de " Génocide", un terme qui semble plus approprié, pour asseoir la puissance de Rome de l'Empereur Néron sur le sud de l'ile de Grande-Bretagne. La résistance, et la répression entrainera aussi de grandes famines, toutes aussi ravageuses en vies humaines.

Invasion romaine[modifier | modifier le code]

À la suite de l'invasion initiale de l'île par les Romains en 43 apr. J.-C., le roi des Icènes Antedios fit alliance avec les envahisseurs, s'assurant de cette façon que son pays serait épargné.
Sous l'Empire romain, leur ville principale ou civitas était Venta Icenorum (Caister by Norwich de nos jours).
À l'époque de l'invasion romaine, leur chef, Prasutagus, se fit leur allié par suite de laquelle, l'Empereur Claude le laissa comme roi mais du point de vue romain, c'était pour la période de sa vie. À sa mort, le fait que le royaume devait revenir à l'empereur et que Boadicée, la femme de Prasutagus, et ses filles furent violées par des officiers romains, provoqua une révolte. En 61, Londres est détruite à la suite de l'échec du soulèvement contre Rome conduit par la reine Boadicée elle-même (Bodicea ou Bouddica).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. icône Commons Pierre Larousse, « Icènes », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 9e, (lire en ligne), p. 538.