Chantal Nobel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chantal Nobel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Chantal BonneauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Prononciation

Chantal Bonneau, dite Chantal Nobel est une actrice française, née le à Rouen en Seine-Maritime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Chantal Nobel est née à Rouen en Seine-Maritime, fille de Guy et Denise Bonneau. À douze ans, son père meurt. Sa mère se remarie avec Bernard Loisel, pharmacien.

Elle commence sa formation au conservatoire à rayonnement régional de Rouen et se fait connaître d'abord sous son vrai nom Chantal Bonneau, avant d'adopter celui de Jackie Nobel et officiellement Chantal Nobel[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1968, Chantal Nobel connaît un premier succès à vingt ans, en jouant au théâtre Boeing Boeing.

En 1969, elle apparaît dans les rôles mineurs pour son premier film d'espionnage La Main noire de Max Pécas et la comédie La Honte de la famille de Richard Balducci.

En 1979, elle décroche le rôle principal, celui de Sophie, née Lambrefoux, veuve Champlitte et épouse de Nicolas Ozareff, en plein Premier Empire dans La Lumière des justes, adapté de l'œuvre romanesque éponyme d’Henri Troyat.

En 1985, après sa participation au Rallye Paris-Dakar aux côtés de Georges Groine, elle tient le premier rôle féminin du feuilleton à succès Châteauvallon.

Accident[modifier | modifier le code]

Le , à 3 h 20 du matin, sa carrière s'interrompt brutalement après un enregistrement de l'émission Champs-Élysées, elle est victime d'un grave accident de voiture à bord de la Porsche 924 Carrera GT conduite par le chanteur Sacha Distel, lors de la traversée de Maltaverne, petit village près de Tracy-sur-Loire[2].

Affirmant qu'il ne roulait qu'à 70 km/h, Sacha Distel donne sa version de l'accident : « J'ai vu les bandes blanches plastifiées qui deviennent aussi glissantes que des flaques d'huile dès qu'il pleut. Dans la courbe à gauche, à la sortie du parking des camions, si j'avais été trop vite, comme certaines personnes bien intentionnées l'ont laissé entendre, je serais sorti à droite, n'importe quel pilote professionnel vous le dira. Or, la voiture a touché un petit remblai de béton le long de la chaussée. Ça a fait déjanter les deux roues droites, la voiture, déséquilibrée, a fait un petit tête-à-queue et est allée se ficher dans un pylône à proximité »[3].

Après vingt et un jours passés dans le coma à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, grièvement blessée au visage et handicapée à vie à 80%, elle se retire de la vie publique dans le sud de la France, mettant fin du même coup à la série Châteauvallon. Elle porte plainte contre Sacha Distel[4],[5].

Lors de son hospitalisation en 1985, trois paparazzi pénètrent dans sa chambre d’hôpital pour prendre des photos d’elle contre sa volonté. L’affaire a donné lieu à la condamnation des paparazzi et inscription au fichier. La « jurisprudence Chantal Nobel », découlant de l'arrêt de la cour d'appel de Paris du , élargit la notion de respect du domicile. Il est en effet admis dans cet arrêt que la chambre d’hôpital est considérée comme le domicile privé du patient pendant le temps où il y réside[6].

Elle entreprend une terrible rééducation. C’est là que, six mois après le drame, elle épouse en secret, alors qu’elle ne se déplace qu’en fauteuil roulant, son compagnon Jean-Louis Julian. Ils achètent une maison à Ramatuelle.Les séquelles de ses blessures l’obligent encore à marcher avec une canne[7]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Chantal Nobel épouse en premières noces Jacques-Henri Marin, dont elle a une fille : Alexandra, née en 1971. Après son divorce, elle se marie au joaillier Jean-Louis Julian, bijoutier à Saint-Tropez et Courchevel, avec lequel elle a deux enfants dont une fille, Anne-Charlotte.

Ses enfants lui ont donné quatre petits-enfants [8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Les Dossiers du professeur Morgan (saison 3, épisode 2 : Un travail d'artiste)
  • 1977 : Aurore et Victorien : Agnès de Réquistat, la sœur ainée d'Aurore
  • 1977 : Mariages : Fabienne
  • 1978 : Ces merveilleuses pierres : Jacqueline Lefranc
  • 1979 : La Lumière des justes : Sophie de Champlitte / Sophie de Lambrefoux
  • 1980 : Les Dames de cœur : Agatha (saison 1, épisode 4 : Jupons en batailles)
  • 1981 : Salut champion : Juliette Majoureau (13 épisodes)
  • 1983 : Secret diplomatique (saison 1, épisode 3 : JMort d'un ambassadeur)
  • 1985 : Châteauvallon : Florence Berg (26 épisodes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chantal Nobel », Télé 7 Jours, no 516,‎ 14-20 mars 1970.
  2. « On a retrouvé Chantal Nobel, la star de la série Châteauvallon ! », sur Pure People, (consulté le 30 avril 2020).
  3. « Sacha Distel : « Ma vérité » », Télé 7 Jours, no 1308,‎ 22-28 juin 1985.
  4. « Procès Chantal Nobel », INA, 8 décembre 1988, couleur [présentation en ligne] : Ouverture du procès intenté par Chantal Nobel contre Sacha Distel à Nevers. À la sortie du tribunal les photographes attendent Sacha DistelL. Ambiance dans la salle d'audience avec le procureur de la république et les différents avocats. Arrivée de Sacha Distel. Brève interview de son avocat maître Raymond Illouz sur le manque de preuves. Interview du mari de l'actrice, Jean Louis Julian répondant aux accusation de ses beaux parents. - Bref extrait Châteauvallon et quelques images montrant Chantal Nobel invitée à l'émission de Michel Drucker juste avant son accident..
  5. Jacques Cordy, « Chantal Nobel contre Sacha Distel », sur Le Soir, (consulté le 30 avril 2020).
  6. « Procès paparazzi / Chantal Nobel », INA, 11 juillet 1985, couleur [présentation en ligne] : Procès des trois jeunes photographes "paparazzi" qui ont tenté de photographier Chantal Nobel sur son lit d'hôpital, à la Pitié Salpetrière, et qui ont été condamnés à une peine de quatre mois de prison avec sursis. Ce "scoop" a fait scandale.Alternance de photos et articles publiées dans Paris Match avec des images d'illustration de l'hôpital et le Palais de justice..
  7. Paris Match, « Chantal Nobel, la résurrection », sur parismatch.com (consulté le 20 mai 2020)
  8. « On a retrouvé Chantal Nobel, la star de la série "Châteauvallon" ! », sur www.purepeople.com (consulté le 20 mai 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]