La Souris déglinguée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LSD (homonymie).
La Souris Déglinguée
Description de cette image, également commentée ci-après

La Souris Déglinguée par Gil Giuglio à Paris, en 2011.

Informations générales
Surnom LSD, Fengkuangzhishu Faguoyuedui (concert en Chine)
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock alternatif, punk rock, punkabilly (débuts)
Années actives Depuis 1976
Labels New Rose, Celluloïd Records, Musidisc, Blue Silver (ancien), Merjithur Records (ancien)
Site officiel www.la-souris-deglinguee.com
Composition du groupe
Membres Tai-Luc
Rikko
Muzo
Cambouis

La Souris Déglinguée, parfois typographié La Souris déglinguée et souvent abrégé LSD, est un groupe de rock alternatif français, originaire de Versailles, dans les Yvelines. Il est constitué autour du chanteur Tai-Luc, en 1976, et toujours en activité. Le répertoire du groupe, remarquable par son éclectisme musical et culturel, passe du punk au rock sixties, de la oi! au dub par le rap et le rock 'n' roll, et par sa thématique qui s'étend du Vietnam à la banlieue « rouge » de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts[modifier | modifier le code]

Lors d'un entretien avec le webzine Nyark Nyark, le chanteur Tai-Luc explique les origines du groupe. En 1973, Tai-Luc était élève au lycée Hoche à Versailles, et habitait avec sa mère à Vélizy-Villacoublay[1]. « Au lycée, je rencontre Jean-Pierre, le guitariste, on est assez proche d’un jeune homme qui n’a pas eu la chance de continuer sa scolarité, Hervé. Il y a aussi un jeune homme qui jouera de l’harmonica avec nous, Terkadec, il a une collection de disques gigantesque. J’achète ma première guitare en 1976, on a tous envie de faire du bruit ensemble. En 1977, je suis avec Jean-Pierre à Londres, on va voir un groupe de punk qui n’a pas sorti de disques, the Jam, avec 999 en première partie, au Nashville Rooms. Comme contact avec le punk anglais ce n’est pas trop dégueulasse  !! Mais en même temps, si on est impressionné par la performance, on ne l’est pas trop par la technique. On se dit, tiens ça ne paraît pas très dur à reproduire, notre niveau n’est pas très loin du leur, et vice-versa. C’était vachement encourageant. En 1978, je suis invité en Californie par des membres de ma famille vietnamienne fraîchement arrivés. Là-bas, j’ai vu des groupes punks extraordinaires. Dead Kennedys ne sont pas encore au rendez-vous, mais je vois the Avengers[1]… »

La Souris Déglinguée est formé en 1976, à Versailles, dans les Yvelines[2]. Il s'est forgé sa réputation sur la scène, mais aussi grâce au soutien des critiques, de Laurent Chalumeau, qui, depuis le début des années 1980, dans le magazine Rock & Folk[3], n'a jamais cessé de le soutenir, à Philippe Manœuvre[4]. Le groupe n'entame véritablement sa carrière qu'en 1979 avec un premier 45 tours auto-produit, Haine, Haine, Haine. L'EP traite de la zone, des révoltes de la jeunesse, de la France, et de l'Asie[5]. Cependant, les médias s'intéresseront au groupe à l'occasion d'une bagarre interrompant un concert à l'Opéra Night, le 7 janvier 1981[5].

Le premier concert « officiel » de LSD est organisé à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, en 1979, et le premier single du groupe est financé par des amis. En 1982, Tai-Luc effectue son service militaire, et le reste du groupe joue en concert sans lui[1]. Un concert à Toulouse, toujours sans lui, sera même filmé[1]. En 1983, le groupe innove constamment et n'hésite pas à jeter des ponts avec d'autres styles musicaux en introduisant cuivres, accordéon et voix féminines, comme sur l'album Aujourd'hui et Demain. C'est pendant cette année qu'ils sont rejoints par Muzo au saxophone[6]. Encore cette même année, ils font paraître leur chanson As-tu déjà oublié ? sur la compilation W.W. quai de la gare[1]. En mars 1983, le groupe décide d'enregistrer un nouvel album sous le titre de Aujourd’hui et demain[1].

En 1984, ils sortent un mini-album, intitulé La cité des anges, dernier disque dans lequel le groupe joue encore d'anciens morceaux comme Nostalgique, écrit par Tai-Luc à Pékin en 1981[1]. En 1987, ils sont invités à jouer à l'Usine de Montreuil, en Seine-Saint-Denis[1]. La même année, ils jouent au Zénith de Paris « pour 20 ou 30 francs l’entrée », organisé par Pierre Marty et son épouse Nguyen Duy de l’association Bigoudi Impérial[1]. Puis ils décident de tourner en France[1]. En 1988, ils effectuent la tournée Rock en France et changent de label, passant de Blue Silver à Musidisc[1]. Au sein de Musidisc, LSD publie son deuxième album studio, Quartier libre[1].

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

Connu pour avoir un des noyaux de fans les plus importants et les plus incontrôlables de France, l'International Raya Fan Club, (I.R.F.C.), eux-mêmes issus de la «périphérie»[réf. nécessaire], les thèmes de chansons de LSD leur ressemblent et parlent du quotidien avec poésie, avec une belle ligne mélodique dans les compositions et une sorte d'obsession pour le Viêt Nam et l'Asie, chers à Tai-Luc.

En décembre 2005, le groupe sort Mekong, son quinzième album et, en 2006, l'album Live au Glaz'art accompagné d'un DVD. En 2009, l'album As-tu déjà oublié sort sur le label Clandestines. Mixés par Rémi Berger, ces tous premiers enregistrements de LSD datent de 1980.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Le samedi 23 janvier 2010, le groupe fête ses trois décennies d'existence au Bataclan, boulevard Voltaire à Paris. En 2012, LSD joue au Midi festival de Shanghai et Pékin, sous le nom de Fengkuangzhishu Faguoyuedui (疯狂之鼠法国乐队). En 2014, le psycho-jazz de LSD résonne au New Morning, à la chapelle de la Maison d'arrêt de Fresnes, et au festival franco-britannique de street punk, à Boqueho.

Durant les premiers mois de l'année 2015, les concerts donnés à Toulouse, Perpignan et Chez Paulette à Toul, sont des préludes au « Musicorama lysergique » du samedi 9 mai à l'Olympia à Paris[7],[8]. Le concert à l'Olympia sera complet. La même année, en début août, ils jouent aux Arènes de Fréjus[9]. Ils sont aussi programmés depuis 2014 au festival Fiesta la Mass à Rennes ; mais cette programmation est annulée et censurée par le label Mass Productions par convictions politiques et médiatiques après leur représentation aux Arènes de Fréjus, une ville administrée par le Front National[10].

En avril 2017, un nouveau vinyle, intitulé Hirondelle Saigon sur Seine, est annoncé[11].

Membres[modifier | modifier le code]

1976[modifier | modifier le code]

  • Sylvain F. (chant)
  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Jean-Pierre Terkadec (chant et harmonica)
  • Xavier Vercken (batterie)

1977[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Jean-Pierre Terkadec (chant et harmonica)
  • Rikko (basse)
  • Michel Romagnoli (batterie)
  • Hervé Philippe (producteur et manager)

1978[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Jean-Pierre Terkadec (chant et harmonica)
  • Rikko (basse)
  • Michel Romagnoli (batterie)
  • Michel B. (guitare)
  • Hervé Philippe (producteur et manager)

1979[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Jean-Pierre Terkadec (chant et harmonica)
  • Rikko (basse)
  • Jean-Claude Dubois (batterie)
  • Hervé Philippe (producteur et manager)

1983[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Jean-Pierre Terkadec (chant et harmonica)
  • Rikko (basse)
  • Jean-Claude Dubois (batterie)
  • Muzo (saxophone)
  • Hervé Philippe (producteur et manager)

1991[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Jean-Pierre Mijouin (guitare et chœurs)
  • Rikko (basse)
  • Jean-Claude Dubois (batterie)
  • Muzo (saxophone)
  • Thierry Mathieu (baryton)

1994[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Rikko (basse)
  • Cambouis (batterie)
  • Muzo (saxophone)
  • Thierry Mathieu (baryton)

1999[modifier | modifier le code]

  • Tai-Luc (chant et guitare)
  • Rikko (basse)
  • Cambouis (batterie)
  • Muzo (saxophone)

Supplétifs :

  • Pedro (trompette)
  • Fred Damien (saxophone)
  • Patrick DKP (batterie)
  • Manu Camion (basse)
  • Daniel Amadou (cuivres)
  • Rumble Tom (batterie)
  • Olivier Pianko (claviers)
  • Olivier Pujol (claviers)
  • Patrice Renson (claviers)
  • Manu Reverdi (saxophone)
  • Wunder Manu (guitare)
  • Wunder Marco (chant)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Remix[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Studio W.W. 91 quai de la gare (avec le titre As-tu déjà oublié ?)
  • 1985 : Les héros du peuple sont immortels (avec le titre Aucun regret)
  • 1987 : Mon grand frère est un rocker (avec le titre Jeunes seigneurs (nouvelle version))
  • 1992 : I Only Play R'n'R for Kids to Dance : A Tribute to Johnny Thunders (avec le titre La fille de New-York)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Quartier libre
  • 1990 : Paris aujourd'hui
  • 1992 : À Rangoon À Lhasa
  • 1994 : Parti de la jeunesse
  • 1995 : Vénales fiançailles
  • 1996 : Princesse de la rue
  • 1997 : Hong-Kong
  • 2003 : Bataklang
  • 2004 : Concert à la piscine de Toulouse (1982)
  • 2005 : Profite de la guerre
  • 2005 : Saigon Dep lam
  • 2005 : Clandestines
  • 2005 : Esprit du delta
  • 2006 : Concert au Glaz'art

Concerts[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Interview - 1976/1979 Paris », sur nyarknyark.fr (consulté le 20 juin 2017).
  2. « La Souris Déglinguée : rien n'a encore changé », sur Brain Magazine, (consulté le 20 juin 2017).
  3. Rock & Folk, n° 184, mai 1982.
  4. « Comme lors du concert à guichets fermés de la Souris déglinguée au Bataclan », le 23 janvier 2010, Rock & Folk, n° 509, janvier 2010.
  5. a et b « Le putain de leader de La Souris déglinguée se souvient de la naissance du punk - VIDÉO. La Souris est le seul groupe rescapé de ces années de bruit et de fureur. Son leader raconte comment une bande d'allumés a ressuscité le rock.. », sur Le Point, (consulté le 20 juin 2017).
  6. « VIDÉOS. La Souris déglinguée, 35 ans de rock explosif ! », sur Le Point, (consulté le 20 juin 2017).
  7. « [ARCHIVE] La Souris Déglinguée à l'Olympia », sur Arte (consulté le 20 juin 2017).
  8. « La Souris déglinguée invite sa "famille" à l'Olympia », sur L'Express (consulté le 20 juin 2017).
  9. « La Souris rattrapée par le Chat…tillon: quand LSD choisit finalement son camp », sur lahorde.samizdat.net (consulté le 20 juin 2017).
  10. « Rennes. Le label « punk-rock » Mass Productions censure La Souris Déglinguée (LSD) [enquête] », sur breizh-info.com (consulté le 20 juin 2017).
  11. « La Souris Déglinguée sort un nouveau 45T », sur parisvox.info (consulté le 20 juin 2017).
  12. « AMIENS La Souris déglinguée en concert acoustique samedi 20 septembre [VIDEO] », sur courrier-picard.fr, (consulté le 17 mars 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]