New Rose (disquaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir New Rose.
New Rose
Description de l'image Logo New Rose.jpg.
Fondation 1980
Fondateur Patrick Mathé et Louis Thevenon
Genre Punk rock
Pays d'origine France
Siège Paris

New Rose est un disquaire situé rue Pierre-Sarrazin au cœur du Quartier latin (Paris 6e), ainsi qu'un label. New Rose ouvre ses portes en 1980 et devient le principal disquaire indépendant parisien spécialisé dans le rock, le punk et les musiques alternatives.[réf. nécessaire] Lieu de rencontres à la fois des branchés et de la faune[style à revoir] de la scène rock de l'époque, le magasin ferme ses portes au milieu des années 1990. Le label est actif au cours de la même période.

Le label[modifier | modifier le code]

Dirigé par Patrick Mathé et Louis Thevenon, New Rose (dont le nom dérive du premier 45 tours des Damned[1]) devient parallèlement un label en 1980[2]. Patrick Mathé, diplômé d'HEC, a d'abord travaillé chez RCA Records, avant d'ouvrir le magasin Music Box en 1976, puis le label Flamingo en 1978[3].

New Rose Records signe de nombreux groupes tels The Saints (premiere sortie du label en 1981[2],[3]), The Cramps, Johnny Thunders, ou encore Calvin Russell qui connaitra un grand succès en France[1] alors qu'il sera ignoré aux États Unis.[réf. nécessaire]. Le label commence également une activité de distributeur de labels français et internationaux, permettant à de nombreux groupes de rock français d'avoir leurs albums distribués à travers le réseau des disquaires indépendants, encore nombreux et actifs durant les années 1980. En 1992, New Rose Records est racheté par Fnac Music[4]. Patrick Mathé lance alors un nouveau label : Last Call[5].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Wreckless Eric enregistre un album live dans le magasin même, intitulé At the Shop, en compagnie de Fabrice Bertran et Eduardo Leal de la Galla.

Les signatures[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Luc Manet, New Rose story 1980-2000 », Les Inrockuptibles, 30 novembre 1999.
  2. a et b (en)Dave Thompson, « The New Rose Story », AllMusic.
  3. a et b Pierre Mikaïloff, Kick Out The Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Editions du Camion Blanc, 2012
  4. François-Régis Levol, « Patrick Mathé : New Rose ou l'oasis du rock US », Chronicart, 1er novembre 2000.
  5. Josselin Gutfreund, « Les disques New Rose. Fais pas ta rosière ! », Gonzaï

Lien externe[modifier | modifier le code]