La Marianne de Mai 68

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

icône image Image externe
La Marianne de Mai 68
(Jean-Pierre Rey)

La Marianne de Mai 68 (également appelée La Marianne de 68 ou La Jeune Femme au drapeau) est une photographie du reporter Jean-Pierre Rey prise le 13 mai 1968, place Edmond-Rostand près du jardin du Luxembourg, lors de la manifestation unitaire parisienne, étudiants, syndicats, travailleurs, entre les places de la République et Denfert-Rochereau à Paris, dans le cadre des événements de Mai 68. Elle fut publiée pour la première fois dans Life le 24 mai 1968.

Caractéristiques de la photographie[modifier | modifier le code]

Drapeau du Parti Nationaliste Vietnamien (1929–1945), agité par Caroline Bendern

Elle représente une jeune fille de 23 ans, Caroline de Bendern, sur les épaules de son ami, le peintre Jean-Jacques Lebel, brandissant le drapeau du Front national de libération du Sud Viêt Nam, au moment de la Guerre du Viêt Nam[1].

Le titre donnée à cette photo par les médias fait référence à la figure allégorique de Marianne. Cette image, devenue emblématique, a en effet été rapidement assimilée, par la presse nationale et internationale, à La Liberté guidant le peuple, bien que le tableau Delacroix ne représente pas Marianne à l'origine.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Il se trouve que Caroline de Bendern, jeune top-model britannique, est la petite-fille du richissime Maurice Arnold de Forest (en), anobli comte de Bendern par la reine Victoria. Lorsqu'il découvre la photo de sa descendante, faisant la Une de Paris Match, il en est tellement outré qu'il la déshérite immédiatement. Elle ne pourra pas se réconcilier avec son aïeul qui meurt quelques mois après en octobre 1968. De plus les agences de mannequins refusent de travailler avec elle, figure iconique d'une dangereuse gauchiste.

Caroline de Bendern porte plainte contre le photographe Jean-Pierre Rey en 1978, pour le dixième anniversaire de Mai 68, pour défendre son droit à l'image. Elle perd le procès, cette image étant considérée comme relatant un fait historique. Elle intente deux autres procès en 1988, puis en 1998 avant la prescription des faits. Elle perd à nouveau, pour les mêmes raisons que lors du premier procès[2].

Les différents procès ont fait jurisprudence sur les affaires concernant le droit à l'image lors d'un événement public relatant des faits historiques.

Postérité[modifier | modifier le code]

Cette photographie, devenue célèbre dès le mois de mai 1968, a rapidement fait le tour du monde, reprise depuis dans la presse française et étrangère pour illustrer les événements de Mai 68. Elle illustre également la couverture du premier livre de Patrick Poivre d'Arvor, ainsi que la couverture de Paris Match pour le 20e anniversaire des événements de Mai 68.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Fresnel, « Caroline de Bendern, égérie malgré elle », sur elle.fr, 21 avril 2008. Consulté le 9 avril 2009.
  2. « Droit à l'image et illustration d'événements historiques : Cour d'appel, Versailles, 1re ch. sect. A, 7 décembre 2000, Caroline de Bendern c/ Agence de presse Gamma », Légipresse, no 179, mars 2001, p. 35-36.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]