André Gunthert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Gunthert
Description de cette image, également commentée ci-après

André Gunthert en 2013.

Naissance
Nationalité Drapeau de la France Française
Domaines Histoire Culturelle
Études visuelles
Histoire de la photographie
Institutions EHESS
Directeurs de thèse Louis Marin et Hubert Damisch

André Gunthert (né en 1961) est maître de conférence à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), où il occupe la chaire d'histoire visuelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Gunthert soutient en 1999 à l'EHESS un doctorat en histoire de l'art intitulé La Conquête de l'instantané. Archéologie de l'imaginaire photographique en France, 1841-1895[1] sous la direction de Louis Marin puis de Hubert Damisch.

De 1989 à 2001, il est chargé de cours en tant que doctorant puis postdoc dans les universités de Paris VIII, Paris III, à l’École nationale de la photographie d’Arles et à l’université de Mannheim. Il est élu en 2001 maître de conférences à l’EHESS.

Auteur de nombreux articles et ouvrages[2] consacrés à l’histoire des pratiques de l’image, son premier livre est consacré à Albert Londe : L’Instant rêvé, préfacé par Louis Marin. En 1996, il traduit la Petite histoire de la photographie de Walter Benjamin. En 2007, il codirige avec Michel Poivert L'Art de la photographie[3] aux éditions Citadelles-Mazenod (prix de l'académie des Beaux-Arts). Ses recherches portent en particulier sur la "révolution technologique" constituée par l'arrivée de l'image instantanée au XIXe siècle. Il poursuit actuellement ses recherches sur les nouveaux usages de l’image numérique et les usages ordinaires des images.

Il crée son premier blog consacré aux études visuelles en 2005, intitulé Actualités de la recherche en histoire visuelle[4]. En 2009, il lance un média collaboratif d'enseignement et de la recherche nommé "Culture Visuelle" [5], composés de divers carnets de chercheurs dans la discipline. Son nouveau blog l'Image Sociale [6] propose un prolongement en ligne, de son séminaire de recherche.

Associé au sauvetage et au redressement de la plus ancienne association de photographes, la Société française de photographie, il y occupe les fonctions de secrétaire général (1993-2005), en relance le Bulletin dès 1994 puis fonde en 1996 la revue Études photographiques[7].

En 2017, il devient chroniqueur sur le site d'Arrêt sur images[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'instant rêvé, Albert Londe (avec Denis Bernard, préface de Louis Marin), Nîmes, éd. Jacqueline Chambon, 1993.
  • L'Art de la photographie (avec Michel Poivert (dir) ), Paris, éd. Citadelles-Mazenod, 2007 (prix de l’académie des Beaux-Arts; traduction italienne par L. Cetti, Electa, Milan, 2008; traduction espagnole par M. Garcia, Lunwerg, Barcelone, 2009).
  • Paris 14-18. La guerre au quotidien. Photographies de Charles Lansiaux (avec la collaboration d’Emmanuelle Toulet), Paris, Paris Bibliothèques, 2014.
  • L'image partagée. La photographie numérique[9], Paris, Textuel, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Conquête de l'instantané. Archéologie de l'imaginaire photographique en France, 1841-1895 [1]
  2. Publications signalées sur son blog personnel : André Gunthert, travaux, sur le site du Lhivic.
  3. André Gunthert et Michel Poivert, « [Voir sur son blog : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2007/10/15/522-l-art-de-la-photographie Parution de L'Art de la photographie] », Actualités de la recherche en histoire visuelle, 15 octobre 2007.
  4. Actualités de la recherche en histoire visuelle, sur le site du Lhivic.
  5. http://culturevisuelle.org
  6. [2]
  7. http://etudesphotographiques.revues.org
  8. [3], arretsurimages.net, juillet 2017
  9. http://imagesociale.fr/limage-partagee

Liens externes[modifier | modifier le code]