Jacques Thollot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Thollot
Nom de naissance Jacques Thollot
Naissance
Vaucresson (France)
Décès (à 67 ans)
Mainneville (France)
Activité principale Batteur, Compositeur
Genre musical Free jazz
Instruments Batterie
Années actives 1959 - 2014
Labels Nato, Futura, Palm, etc.

Jacques Thollot[1], né le à Vaucresson en Seine-et-Oise et mort le à Mainneville dans l'Eure[2] est un batteur et compositeur français de jazz et de free jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Thollot entre au conservatoire à 11 ans et fréquente la cave du Club Saint-Germain avec son père saxophoniste[3].

En 1959, dans une émission télévisée Jazz Memories et l'épisode En direct du Club Saint-Germain[4] présentée par Sim Copans, on peut voir Jacques Thollot à la batterie âgé de treize ans et jouant le standard de jazz A Night in Tunisia de Dizzy Gillespie. Il est accompagné par Georges Arvanitas au piano, Robert Garcia au sax ténor, Bernard Vitet à la trompette, et Luigi Trussardi à la contrebasse. Il cite Art Blakey et Max Roach comme ses références.

C'est dans ce club qu'il rencontre le batteur Kenny Clarke qui devient son professeur, et à 13 ans devient son « remplaçant attitré » au Blue Note. Il a ainsi l'occasion de jouer avec de grands noms du jazz, de passage à Paris, comme Bud Powell ou Chet Baker.

Au début des années 1960 il joue dans le groupe du pianiste Jef Gilson avec lequel il expérimente le free jazz et enregistre plusieurs albums[3].

Après un voyage en Afrique, il revient à Paris où il devient le batteur d'Eric Dolphy au Chat qui pêche. Il est engagé dans le groupe New York Total Music Company de Don Cherry, avec lequel il part en tournée dans toute l'Europe.

Il participe à l'enregistrement de diverses musiques de films. Il enregistre son premier album solo Quand le son devient aigu, jeter la girafe à la mer[5] en 1971, en utilisant la méthode du re-recording et devient l’un des pionniers de la musique électronique[3].

En 1979, au festival de Nîmes, il doit jouer en première partie de Weather Report, mais le leader du groupe, Joe Zawinul, s'y oppose. Il est reprogrammé en première partie de Stan Getz, qui ne vient pas, et Jacques Thollot fait de ce concert un succès[6].

Il apparaît peu dans les années 1980, puis forme en 1993 un trio avec Jean-François Jenny-Clark et Tony Hymas qui donnera lieu à l’album A Winter’s Tale. Il travaille à partir de 1996 avec le guitariste Noël Akchoté[3].

Après plusieurs années d'absence, Jacques Thollot forme un nouveau quartet avec Nathan Hanson (saxophone), Tony Hymas (piano) et Claude Tchamitchian (contrebasse) au début des années 2010.

Jacques Thollot est marié à l'actrice et réalisatrice Caroline de Bendern, La Marianne de Mai 68[6]. Il meurt d'une crise cardiaque le [6] à l'âge de 67 ans.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album posthume :

  • 2017 : Thollot in Extenso, Nato

Participations :

Musiques de films :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF14038312)
  2. « Décès du batteur Jacques Thollot », sur http://culturebox.francetvinfo.fr, France TV, (consulté le 2 octobre 2014).
  3. a b c et d Sam Nolin, « Jacques Thollot (1946-2014), Quand le jazz n’est plus là », sur Gonzaï, (consulté le 17 août 2018)
  4. « Le batteur Jacques Thollot (13 ans) "Night in Tunisia" » [vidéo], sur ina.fr, ORTF, (consulté le 17 août 2018)
  5. (notice BnF no FRBNF38076322)
  6. a b et c Francis Marmande, « Jacques Thollot (1946-2014), batteur et compositeur de jazz », sur Le Monde, (consulté le 17 août 2018)

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • WorldCat

Liens externes[modifier | modifier le code]